Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » En Chine, les investissements directs étrangers ont chuté de 100 à 20 milliards de dollars

En Chine, les investissements directs étrangers ont chuté de 100 à 20 milliards de dollars

par
562 vues

L’année 2023 a été proclamée « année de l’investissement en Chine » par le Parti communiste chinois (PCC). Une autre réalité se cache pourtant derrière la communication du gouvernement : la Chine a subi une chute des investissements directs étrangers qui ne s’élèvent plus qu’à 20 milliards de dollars au premier trimestre 2023, contre 100 milliards de dollars au même trimestre de l’année précédente. La baisse des investissements, de la consommation, et la hausse du taux de chômage des jeunes s’expliquent également par les trois années de politique zéro-covid qui ont durement affecté l’économie.

Les autorités locales tentent donc d’attirer les entreprises occidentales par un certain nombre d’avantages nouveaux : dans la province du sud du Guangdong par exemple, des « récompenses » de 10 % de la valeur du contrat sont prévus pour les entreprises américaines. Aux Etats-Unis, c’est considéré comme des pots-de-vin. D’autres provinces, à l’instar de la province du Zhejiang, prévoient de construire de meilleures routes, de mettre en place des avantages fiscaux ou de subventionner l’achat d’équipements haut de gamme.

Ces tentatives se heurtent toutefois au programme de sécurité nationale du président Xi Jinping. Cette année, une campagne a durement frappé des consultants, des auditeurs et des entreprises étrangères qui ont subi des perquisitions, des enquêtes, voire des détentions au nom de la lutte contre l’espionnage : cinq employés du Mintz Group, une entreprise américaine spécialisée dans la lutte contre la fraude et la corruption, ont ainsi été arrêtés sans avoir « reçu d’avis officiel à propos d’une procédure légale ». C’est aussi le cas de l’entreprise Crane, un fabricant de distributeurs automatiques installé en Chine depuis les années 1990, mais qui a fortement réduit ses investissements du fait de l’insécurité juridique croissante. Nous pourrions également citer l’entreprise américaine Pixelworks, spécialisée dans le traitement de la vidéo et des pixels, contrainte de séparer ses opérations en Chine et aux États-Unis afin de se conformer à la pression constante de Beijing. Il ne fait aucun doute que brimer les entreprises occidentales tout en essayant d’augmenter les investissements étrangers en Chine est une stratégie perdue d’avance.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

1 commenter

X 18 juillet 2023 - 6:24

Il n’y a vraiment rien de bon à attendre de la Chine. On a fait la part trop belle à leur commerce extérieur sans réciprocité de leur côté.
Protectionnisme, espionnage de nos systèmes technologiques permanent… Que de naïveté de la part des Occidentaux.
Il faut travailler dur à nous rendre totalement et définitivement indépendants de ces gens qui ne respectent rien ni personne, et les isoler le plus possible.
Car c’est un rouleau compresseur qui écrasera tout sur son passage.
Attention, grand danger!

Répondre