Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Direction d’Orange : de quel droit l’Elysée imposerait un candidat ?

Direction d’Orange : de quel droit l’Elysée imposerait un candidat ?

par Adélaïde Motte
prop_4_pendules.png

Difficile pour l’Etat d’admettre qu’il ne détient plus la totalité des actions d’Orange, mais seulement 22,9% d’entre elles, dont les 9,6% de Bpifrance. Alors que Stéphane Richard, ancien PDG d’Orange, a démissionné après sa condamnation dans le cadre de l’affaire Tapie, le comité de sélection du groupe a sélectionné trois candidats à cette place privilégiée. Après deux entretiens avec Bruno Le Maire et Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée, c’est Christel Heydemann qui a pour l’instant la préférence du ministère de l’Economie. Si elle est administratrice indépendante d’Orange depuis 2020 et vice-présidente Europe de Schneider Electric, elle présente un autre avantage non-négligeable selon Bercy : sa nomination permettrait de féminiser le CAC 40. Le conseil d’administration, lui, préfère Frank Boulben, ancien d’Orange ayant fait carrière aux Etats-Unis et aujourd’hui Chief Revenue Officer de l’opérateur américain Verizon, le troisième candidat étant Ramon Fernandez, directeur financier d’Orange.

Encore n’est-il pas certain que le nouveau directeur général du groupe soit finalement l’un de ces trois candidats, car l’Elysée peut en choisir un quatrième. Une prérogative étrange. Même si l’Etat français est le premier actionnaire d’Orange, avec trois sièges sur quinze au conseil d’administration, on peut se demander de quel droit le Président de la République reçoit personnellement les trois candidats désignés, et pourquoi il se permettrait d’en imposer un autre. Vivrait-on en république bananière ?

Les choix de l’Exécutif comme actionnaire et administrateur d’entreprise sont d’ailleurs souvent contestables. Dans le cas d’Orange, ne voulait-il pas que le mandat de Stéphane Richard cesse dès la fin de l’année 2021 ? Ce sont les administrateurs indépendants qui ont obtenu une transition en douceur pour le bien de l’entreprise. Sans tenir compte d’un quelconque agenda politique.

Ne faudrait-il pas profiter de la hausse du CAC 40 pour que l’État se sépare de ses dernières participations dans des entreprises ?

You may also like

1 commenter

Rémi 19 janvier 2022 - 8:36

Le Monarque Républicain s’attribue l’ensemble des Droits engendrés par la République et par la Monarchie…

Alors, l’espace de liberté réservé à la Démocratie est très étroit tout simplement….

Alors, le roi républicain s’attribue de décider, seul, les nominations stratégiques qui lui appartiendront pendant ses élections républicaines…

Alors :… »Et c’est pour cela que votre fille est muette »…

Répondre

Laissez un commentaire