Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Autocritique du président de la banque JP Morgan : il s’excuse auprès du Parti communiste chinois

Autocritique du président de la banque JP Morgan : il s’excuse auprès du Parti communiste chinois

par Nicolas Lecaussin

Jamie Dimon, le PDG de JP Morgan Chase, s’est excusé cette semaine pour avoir plaisanté sur le Parti communiste chinois. Il était à Hong Kong et a fait une blague sur le fait que le Parti communiste fêtait son centième anniversaire tout comme JP Morgan. « Je parie que nous durerons plus longtemps », a déclaré M. Dimon.
Le lendemain, il s’est excusé auprès de Pékin : « Je regrette et je n’aurais pas dû faire ce commentaire. J’essayais de souligner la force et la longévité de notre entreprise », a-t-il déclaré dans un communiqué publié par la banque. Le PDG s’est même excusé… deux fois. Il a ensuite ajouté : « Je regrette mon récent commentaire car il n’est jamais juste de plaisanter ou de dénigrer un groupe de personnes, qu’il s’agisse d’un pays, de ses dirigeants ou de toute partie d’une société et d’une culture ». Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré : « Nous avons pris note de la nouvelle ainsi que de sa réflexion sincère sur ses remarques. C’est la bonne attitude ».
M. Dimon ne s’est pas jamais senti obligé de s’excuser pour ses propos critiquant la politique de son propre pays, pourtant nombreux. Au-delà de son geste de repentance, il faut remarquer la persistance de l’hémiplégie occidentale à l’égard du passé. Le communisme, avec ses dizaines de millions de morts en Chine, n’est pas condamné comme le nazisme. Le PDG se serait-il excusé auprès d’un parti nazi ? Courber l’échine devant les dictatures, au-delà de la honte de celui qui s’y adonne, n’a d’autres effets que de les faire perdurer.
M. Dimon est citoyen américain vivant aux États-Unis, mais il se comporte comme un citoyen chinois contraint de faire son autocritique lors d’un procès politique.

You may also like

4 commentaires

Phil novembre 27, 2021 - 4:42

Autocritique du président de la banque JP Morgan : il s’excuse auprès du Parti communiste chinois
Dans le même registre.
La pandémie Covid-19 vient de Chine, mais personne n’ose blâmer le pcc pour cela. Plus personne ne parle de la Chine et de sa responsabilité en la matière. Au contraire on imite ce pays pour nous contrôler encore plus…

Répondre
Guillot novembre 27, 2021 - 4:44

Autocritique du président de la banque JP Morgan : il s’excuse auprès du Parti communiste chinois
Il faut vous remercier pour ce petit pamphlet qui remet les pendules à l’heure envers ces petits patrons qui pour sauver leurs magots se déshonorent à jamais et portent en réalité atteinte à l’image de leur entreprise. Au conseil d’administration de celle-ci d’en tirer les conséquences envers ce dernier alors qu’ii appartient désormais à ceux de son microcosme de le bannir, c’est pourquoi il revient à chacun d’entre nous de dénoncer de tels propos.

Répondre
en fait novembre 27, 2021 - 9:39

Autocritique du président de la banque JP Morgan : il s’excuse auprès du Parti communiste chinois
Oui, certains deviennent un peu indignes.
les crimes communistes sont quasi tabou.
il ne faut jamais généraliser vs les capitalistes, mais, il y a la célèbre « phrase » – les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons – attribuée à de très grands libéraux soit Staline, soit au P.C.C.
par contre pour l’autre libéral de l’équipe Lénine il semble certain que – ils travailleront avec peine à leur propre suicide – soit de sa main.
Enfin, de nos jours, il est légitime de se poser des questions sur le métier de « banquier » : créateur de richesses ou agent des politiques ?

Répondre
patrice saint mézard novembre 27, 2021 - 12:59

Autocritique du président de la banque JP Morgan : il s’excuse auprès du Parti communiste chinois
Syndrome Rantanplan…encore et toujours…

Répondre

Laissez un commentaire