Accueil » Pour Sandrine Rousseau, « il y a des limites à la caricature »

Pour Sandrine Rousseau, « il y a des limites à la caricature »

par Adélaïde Motte

Peut-on rire de tout ? Charlie Hebdo, connu pour un humour qui déplaisait à beaucoup, disait oui. Sandrine Rousseau, députée écologiste, invitée sur le plateau de Quotidien, dit non.

Selon elle, toute personne qui partage les publications de son compte Twitter parodique « Sardine Rousseau » (qu’elle a tenté de faire interdire… sans succès) la cyber-harcèle.

On se permet de rappeler à Madame Rousseau que le principe de la caricature est précisément d’exagérer les traits caractéristiques des uns et des autres, que ce soit leur accent, la longueur de leur nez ou leurs faits et gestes.

Et si au lieu de vouloir restreindre encore un peu plus la liberté d’expression des autres, Sandrine Rousseau limitait volontairement ses propres prises de parole… Ne serait-elle pas moins caricaturée ?

Vous pouvez aussi aimer

2 commentaires

montesquieu 4 septembre 2022 - 8:20

Ne serait-il pas temps de remettre cette personne à sa juste place c’est à dire hors des UNES journalistiques?Elle dit n’importe quoi, est une ennemie des libertés individuelles, et fait tout pour qu’on parle d’elle.
Ignorons la et la France ne s’en portera pas plus mal!

Répondre
Astérix 5 septembre 2022 - 9:02

Mais les journaleux MONTESQUIEU en tiennent une sacrée couche !

Répondre

Laissez un commentaire