Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Monsieur Bruno Le Maire, ce n’est pas le capitalisme qui doit changer, c’est votre politique !

Monsieur Bruno Le Maire, ce n’est pas le capitalisme qui doit changer, c’est votre politique !

par Nicolas Lecaussin

Dans une interview accordée au journal Les Echos (3-4 mai), le ministre Bruno Le Maire affirme : « Au-delà des réponses politiques, une chose est sûre : le capitalisme doit changer. Sinon, les colères nous emporteront ». Le ministre se trompe et il prouve qu’il n’a rien compris. Si la France va mal, ce n’est pas parce que le capitalisme doit changer. C’est parce que les politiques économiques mises en place ne visent qu’à renforcer l’Etat au détriment de la liberté et de l’initiative individuelle. Qu’il s’agisse de François Hollande et de son gouvernement socialiste ou d’Emmanuel Macron et son gouvernement LREM qui est, en fait, une nouvelle forme d’étatisme, c’est bien le poids croissant de l’Etat qui attise les colères.

Le mouvement des gilets jaunes à ses débuts était contre les taxes sur les carburants. En quoi le capitalisme est-il coupable ? C’est bien l’Etat et les politiques qui ont mis en place toutes ces taxes. Ce sont les dépenses publiques (57 % du PIB), les prélèvements obligatoires (46 % du PIB) et le nombre record de fonctionnaires (plus de 5.6 millions) qui font de la France la championne du monde de l’obésité étatique ! Si la France dépense 10 points de PIB de plus que la moyenne UE et 12 points de plus que l’Allemagne, si le déficit public français est trois fois plus élevé que le déficit moyen des pays de la zone euro, si la dette publique est à 99.1 % du PIB, si les dépenses sociales (33 % du PIB) sont les plus élevées de tous les pays membres de l’OCDE et si le taux e chômage en France est au moins deux fois plus élevé qu’aux Etats-Unis, qu’en Allemagne et qu’au Royaume-Uni, ce n’est pas la faute du capitalisme mais de l’étatisme !

Malheureusement, on ne prend pas le chemin des bonnes réformes et les dernières annonces d’Emmanuel Macron vont toujours dans la même direction, étatiste. Les conseillers de Bruno Le Maire auraient peut-être pu lui dire que dans les autres pays, ce sont les décideurs politiques qui ont fait de bonnes réformes. En Suède et au Canada au début des années 1990, au Royaume-Uni et en Allemagne, aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande ou en Australie, aux Etats-Unis aussi, ce sont les réformes de l’Etat, les baisses de la fiscalité et des dépenses publiques, qui ont redynamisé les économies. Ce n’est pas le capitalisme qui a changé mais les politiques économiques.

You may also like

9 commentaires

CLAUDE 7 mai 2019 - 9:33

CQFD
CQFD mais BLM est agrégé de lettres modernes et passé par l'ENA (2 ans) pas dans l'intérêt de la France, mais dans celui de sa caste.
« Les 3 règles du gouvernement : si ça bouge, le taxer. Si ça continue à bouger, le réglementer. Si ça s'arrête de bouger, le subventionner » – Ronald Reagan

Répondre
Astérix 19 novembre 2020 - 10:10

Excellent, mais souvenons nous, de nombreux français se moquaient de ce cow boy de Reagan, acteur de cinéma… Ces nombreux français préfèrent ces crétins de technocrates incompétents incapables de prévoir; depuis des années ils rêvent que leurs enfants fassent l'ENA….
Je préfère un cow boy acteur qui sait gérer à nos incapables contents d'imposer des dépenses publiques à 64 % du PIB ce qui nous conduit à la faillite assurée.

Répondre
François 7 mai 2019 - 11:10

Monsieur lemaire
Selon une célèbre phrase de Michel Audiard au sujet d' une certaine catégorie de personnes,
Ils osent tout c'est à cela qu'on les reconnait.
Monsieur Le Maire en est un parfait exemple de fatuité incompétente.

Répondre
Jose 7 mai 2019 - 12:16

Justification de la suppression de l'ENA
Son libéralisme de façade ne résiste pas aux vieux réflexes de l'énarque qu'il est : interventionnisme de l'Etat et mise en cause des forces contraires.
Il a été formaté ainsi.
Il justifie la suppression de l'ENA, cette école dont les pays qui marchent mieux que nous, se dispensent.
On peut remarquer que l'énarque est un produit qui ne s'exporte pas. Il n'a pas une grande valeur marchande. Au contraire de nos ingénieurs.

Répondre
Henri Royer 7 mai 2019 - 4:06

Balayons devant notre porte
Ce n'est pas la fautes des autres si le budjet n'a jamais été en équilibre depuis des décennies.
Ce n'est pas la fautes des autres si, dans les années 80 on prônait des entreprise sans usines.
Ce n'est pas la faute des autres si on a cede devant les bonnets rouges (et le lobby des routiers) avec comme conséquence la disparition du transport ferroviaire.
Etc

Répondre
balizy91 7 mai 2019 - 4:29

Je vais me répéter
Bruno LE MAIRE n'est ni le Maire,ni l’amère qu'il nous faut, nous autres les besogneux travailleurs ou "déjà" retraité.(excusez les mauvais jeux de mots)
Les bourgeois de banlieue ouest,bonne famille, bonnes études et bonnes à tout faire à disposition depuis la naissance ne peuvent pas comprendre à quel point ils sont rejetés.Quand en plus ils passent par le moule à prétentieux, ENA "Élites de la Nation Autoproclamés"
Il est typiquement ce que la France d'en bas rejette et récuse.
OUI IL FAUT SUPPRIMER L'ENA
OUI il faut mettre ces types au travail (le vrai)
pendant ce temps là, il ne pourront plus raconter n'importe quoi

Répondre
la Mouchette 7 mai 2019 - 4:39

L'étatisme le fléau de la croissance
Le roi Macron n'a pas tout compris dans l'art de gouverner ,il veut tout contrôler au détriment de la liberté et de l'initiative individuelle .Il se trompe lourdement ,et les réformes struturelles ne se font pas .quand nous sommes les champions toutes catégories concernant les derniers chiffres 57% du pib des prélèvements obligatoires ,nous allons tout droit dans un mur sans filet .les français attende tout de l'état ,les aides en tout genre ils veulent le tout gratuit pour leur santé ,payer le moins d'impôts possible ,et travailler le moins possible .C'est la france !!!nous sommes les champions du monde ! la grande surprise vas venir! la grande crise financière ,qui arrive à grand pas et!les pendules françaises vont être remise à l'heure .

Répondre
cendu 7 mai 2019 - 7:51

Incompétent
Que peut-on espérer d'un monsieur qui :
– Ministre de l'agriculture de Sarkozy ne sait pas ce qu'est un hectare (il n'a su répondre à aucune question à ce sujet),
– Ministre des finances ne sait pas que 100 x 100 = 10000.

Je n'y croyais pas. Mais on m'a indiqué https://www.youtube.com/watch?v=E3jF9tpmZ9Y

Répondre
AlainD 3 février 2021 - 7:27

Bercy messieurs-dames ?
Non pas merci, tant que la France sera dirigée par des énarques hauts fonctionnaires et non par des gestionnaires, nous n'en sortirons pas !!
Nous avons affaire à un monde d'entre-soi qui connaît peu de choses du fonctionnement d'une entreprise : voyez Macron qui voulait faire de la France une start up nation, où en est il aujourd'hui ?
Oui, la France souffre d'obésité administrative, nos gouvernants sont les champions des réglementations, commissions, hautes autorités, lois et décrets que l'on empile sans jamais faire le ménage dans le maquis de textes existants. Que dire de la taille du gouvernement et des cabinets ministériels ?
Alors je pose la question au président de la république avec les mêmes mots que les siens : Que faites vous du pognon de dingue que vous nous prenez ?

Répondre

Laissez un commentaire