Accueil » Et si Mélenchon gagnait ?

Et si Mélenchon gagnait ?

par Jean-Philippe Delsol
La NUPES a réussi à fédérer la gauche autour de ses idées les plus extrêmes. Il est très peu vraisemblable qu’elle gagne une majorité car elle a peu de réserves de voix. Il n’empêche qu’il est urgent de lui faire barrage. L’idéal serait que Renaissance (Macron) ne puisse pas gouverner seul et que Les Républicains soient suffisamment nombreux et crédibles pour négocier un programme de gouvernement avec un nouveau premier ministre plus libéral et moins technocratique que la socialiste E. Borne. Pour ce faire, il faudra voter et faire voter utilement dimanche prochain.

Car Mélenchon est le nouveau nom du communisme, un marxisme rebouilli à dire vrai, à la française, à la marseillaise même, mais non moins dangereux. Peut-être plus dangereux parce qu’il est déguisé sous la gouaille du personnage.

Les mesures de collectivisation s’égrènent : limitation de salaires (de 1 à 20 dans l’entreprise), blocage des prix, interdiction des coupures d’eau, électricité, gaz, interdiction des licenciements économiques pour les entreprises qui versent des dividendes ou bénéficient d’aides de l’État, impôt sur les sociétés progressif, augmentation de la progressivité de l’impôt sur le revenu, réinvention des ateliers nationaux de 1848, rétablissement des 35 heures et même des 32 heures dans certains métiers, généralisation d’une 6ème semaine de congés payés…. Et encore gratuité des produits de première nécessité, mais qu’est-ce qu’un produit de première nécessité ? Endettement gratuit de l’Etat et dette perpétuelle… Sans oublier toutes les mesures à l’encontre des familles, de notre culture, de nos libertés personnelles….

Si M. Mélenchon, d’aventure, gouvernait, il deviendrait difficile de travailler en France, et périlleux d’entreprendre ! Le pire à craindre pour les entrepreneurs est sans doute le rétablissement et le renforcement de l’ISF ainsi que les droits de succession à 100% au-delà de 12 M€.

Car plus que le gain, les motivations profondes des chefs d’entreprise, comme celles de la plupart des chefs de famille, sont souvent de réussir leur vocation et de transmettre. Des impôts sur le revenu plus importants, des droits de succession et un impôt sur la fortune élevés détruiraient la propriété, la transfèrerait dans les mains de l’Etat qui est toujours un piètre gestionnaire.

Beaucoup de Français, ceux qui créent de l’activité et de l’emploi du moins, voudraient alors quitter le navire, partir de France. Ce n’est jamais facile de s’expatrier. Les Français au surplus aiment la France et beaucoup renonceraient. Le mouvement d’évasion aurait néanmoins sans doute l’ampleur, significative, de celui de 1981 ou encore de 1995, lors du déplafonnement Juppé de l’ISF. Parce que les entrepreneurs n’aiment pas non plus être vilipendés come de vilains riches lorsqu’ils ont bâti leur entreprise par l’effort et l’initiative. Ceux qui partiront seront sans doute les plus innovants, les plus audacieux. Les individus sensés fuient volontiers la jungle comme le goulag. Et Mélenchon nous promet une sorte de goulag.

Certes, Mélenchon en reviendrait sans doute assez vite comme Mitterrand avait dû faire son « tournant de la rigueur » en 1983, après l’échec de sa politique de relance keynésienne. Mais il serait trop tard, une partie de la France profonde qui travaille, qui crée, qui transmet, qui investit en silence aurait été endommagée, peut-être gravement.

Mélenchon soutient que son programme couterait 250Md€ mais en rapporterait 267 parce que, dit-il, cela provoquerait « une relance générale de l’économie par la consommation populaire ». Il croit encore, avec Keynes, que l’accroissement de la dépense publique a un effet multiplicateur positif. C’est loin d’être toujours le cas. Si ça l’était, la France serait très riche et en plein emploi après 40 ans de déficits budgétaires et de dépenses publiques parmi les plus importantes du monde ! Mais les euros dépensés par la puissance publique sont ceux que les particuliers ne dépensent pas. Or ceux-ci sont plus efficaces que celle-là La réalité observent les économistes est qu’ « en deçà d’un certain seuil, la dépense publique a un effet positif, mais au-delà de ce seuil, son impact sur la croissance est négatif ». Nous sommes très au-delà de ce seuil.

Faisons barrage!

Vous pouvez aussi aimer

16 commentaires

Mesnil 13 juin 2022 - 6:54

Toute personne sensée ne peut être que d’accord avec le risque que représente Melenchón, fils d’immigré espagnol qui a su trouver accueil en France mais cherche plutôt à détruire la société française. Comme remerciement, on fait mieux!
Cela dit, les gouvernements successifs ont tout fait pour nous mener vers ce genre de situation. Il y a, en effet, longtemps que nombre de mesures auraient dû avoir été prises dans de nombreux domaines. Et les promesses creuses ou jamais tenues de Macron et d’autres n’ont fait que provoquer une réaction violente et aveugle.
Alors…

Répondre
BOB69380 13 juin 2022 - 5:10

Remettre les pendules à l’heure
MESNIL, Jean-Luc Mélenchon naît le 19 août 1951 à Tanger, au Maroc, alors zone internationale, où ses parents travaillent. Il est le fils cadet de Georges Mélenchon, receveur des Postes, télégraphes et téléphones (PTT), et de Jeanine Bayona, institutrice, tous deux Français d’Algérie française (« Pieds-noirs ») Son grand-père paternel, Antonio Melenchón, est un Espagnol de la région de Murcie. Au début des années 1900, Antonio s’installe à Oran, en Algérie française et y épouse Aimée Canicio, elle aussi d’origine espagnole, de Novelda. Du côté maternel, son grand-père François Bayona est né en 1889 près de Valence, en Espagne, et est marié à Jeanne Emmanuelle Caserta, une Algéroise d’origine sicilienne. Voir Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Luc_M%C3%A9lenchon#Naissance_et_famille
Bien à vous.

Répondre
Mesnil 19 juin 2022 - 12:59

Je vous remercie de vos précisions. J’aurais dû vérifier auparavant. Mea culpa. Cela dit, ça ne change pas grand chose au fond du problème.
JNM

Répondre
Daniel 1945 13 juin 2022 - 7:39

C’est quoi un vote utile ? Depuis Sarkozy et le référendum sur l’Europe le vote est inutile, il ne faut pas chercher plus loin le record de l’abstention.

Répondre
Obeguyx 13 juin 2022 - 7:41

Décidément, tout est dit, merci Jean-Philippe DELSOL. Je crois qu’il faut que la France s’enfonce bien profondément dans la « bouse » (comme en « 40 ») pour qu’elle ait un sursaut salvateur (ne pas confondre avec « sur sot », ça c’est « nupes »).

Répondre
Jacques Baudouin 13 juin 2022 - 8:40

La pseudo victoire de mélenchon est la réelle défaite de macron!

Répondre
Gilles Vedun 13 juin 2022 - 12:03

L’un l’autre ou l’autre, qu’importe, vous savez que la constitutionnalité de ces élections n’est pas assurée y compris eu égard au bilan financier du dernier exercice qui n’a pas été publié ..

Répondre
AlainD 13 juin 2022 - 2:05

Que tous les Dieux de l’Olympe nous préservent de ce fléau ! Avec lui qui n’a jamais vécu que de deniers publics ce serait la virée dans le mur en presque moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. Voilà un type qui n’a fait que des promesses de camelot, qui a réussi à « rassembler » mais pour combien de temps les restes des partis socialiste et communiste, il y a ajouté des verts/rouges en flattant leurs délires, la semaine prochaine il recueillera les miettes des plus à l’extrême gauche que lui. Ce qui me semble triste c’est qu’une jeunesse, trompée par un Macron pendant 5 ans, se soit jetée dans les bras de ce totalitaire qui si jamais il arrivait ouvrirait un goulag pour tous ceux qui ne voudraient pas se soumettre car c’est ce qu’exigerait ce soi-disant insoumis. Non, si par le plus grand des malheurs il arrivait au pouvoir il serait temps de chercher une herbe plus verte ailleurs.

Répondre
Picot 13 juin 2022 - 3:19

Macron détruit la France systématiquement, mais d’une autre façon. Il faudra donc, au 2e tour, choisir entre la peste et le choléra. Un choix impossible.

Répondre
orilou 13 juin 2022 - 3:47

Melanchon a réussi à rassembler ??? En bon camelot il fait des promesses qu’il sait ne pas pouvoir tenir ! Le seul point commun entre ses partenaires la secte écologiste et un socialisme rose pâle qui n’a plus de convictions c’est : la récupération d’un maximum de sièges au parlement. Ensuite, ils se battront car ils ne sont d’accord sur rien ou presque.
Notre coq risque effectivement d’y laisser des plumes !

Répondre
JR 13 juin 2022 - 8:49

Bonjour, triste fin pour notre ex pays, que veulent les Français ! Merci. Bien à vous

Répondre
Dudufe 14 juin 2022 - 10:56

Et si Mélanchon était une créature de Macron ? C’est vicieux mais pas impossible. En effet au deuxième tour les électeurs vont tellement avoir peur de lui,avec un tel programme qu’ils vont voter en masse pour Macron!

Répondre
Picot 14 juin 2022 - 3:32

Sauf erreur de ma part, encore un coup de ciseau?

Répondre
Henri Romeuf 16 juin 2022 - 12:01

La France est liée à l’Union européenne depuis 2007 et la ratification (en catimini, quasiment de manière honteuse) du traité européen pourtant rejeté par 55% d’électeurs en 2005. En d’autres termes, Mélenchon PM ne pourra jamais faire tout ce qu’il voudra. Et connaissant le personnage, je sais qu’il en profitera pour mettre son échec inéluctable sur le dos du Traité européen.

Répondre
Dupond 19 juin 2022 - 8:48

C’ est le résultat de la médiocrité des élus devenus des professionnels de la politique. Aucune vision de l’avenir et marchandage idéologique des partis. Les citoyens sont écoeurés, résultat : + 50 % abstention et 40 % de vote de refus de ces élus

Répondre

Laissez un commentaire