Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Emmanuel Macron gravement discrédité à Washington

Emmanuel Macron gravement discrédité à Washington

par
2 192 vues
La réponse extraordinairement distanciée de la Maison-Blanche aux déclarations choquantes d’Emmanuel Macron sur « les conflits américains dans le Pacifique qui ne sont pas les nôtres » illustre le peu de crédit dont le président français dispose encore à Washington.

À la suite d’une visite en Chine, incompréhensible pour un Américain, où le chef de l’État français s’est affiché, d’abord solennellement, puis en bras de chemise et en ami du président Xi, Emmanuel Macron a aggravé son cas. Ses déclarations soulignant sa volonté de voir une Europe souveraine s’interposer entre la Chine et les États-Unis, plaçant les deux nations de facto sur le même rang des hégémonistes, sont tellement outrancières que la Maison-Blanche préfère les ignorer.

« Nous avons une formidable relation bilatérale de coopération avec la France […] nous nous coordonnons étroitement sur les questions de sécurité en Ukraine, dans la zone indo-pacifique, au Sahel et ailleurs […] nous préférons nous concentrer là-dessus »  a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison-Blanche.

Dans le même temps, les élus du Congrès et tous les grands journaux américains, y compris ceux qui sont généralement favorables à la France et à son jeune président, ont réagi avec effarement. Le bilan de la visite d’Emmanuel Macron en Chine est catastrophique. Les exercices militaires d’encerclement et de bombardement de Taïwan par les forces de la Chine communiste, dans les heures qui ont suivi la visite du président français, ont achevé de ridiculiser une diplomatie française instrumentalisée par Pékin.

Dans les faits, le président Macron a implicitement donné son feu vert personnel à l’invasion de Taïwan par la Chine communiste. Il prétend représenter l’Europe et définir lui-même, sans mandat de l’Union européenne, quels sont les intérêts stratégiques du vieux continent en Asie. Il feint aussi d’ignorer la convergence d’intérêts de la Chine de Xi et de la Russie de Poutine, en guerre en Ukraine, à la reconquête de l’empire soviétique.

Ce dessein prétentieux d’Emmanuel Macron est tellement provocateur qu’il en est dérisoire. Surtout lorsque l’Europe sort d’un hiver où elle n’a pu se chauffer que grâce au gaz de schiste américain, et alors qu’elle est plus que jamais dépendante des moyens militaires américains pour défendre les frontières de l' »Europe de l’est ».

Macron accepte un partenariat stratégique avec la Chine

Dans un pays où démocrates et républicains ne sont d’accord sur rien, sauf sur l’urgence de combattre l’expansionnisme chinois, de contrer la volonté du président Xi de diviser les occidentaux et d’en finir avec la domination militaire, technologique et culturelle de pays démocratiques sur les affaires mondiales, le déplacement en grande pompe d’Emmanuel Macron en Chine, laisse les Américains pantois. Comment faire croire aux élus américains que la France est un allié fidèle et sincère ? Son président signe une déclaration avec Xi Jinping, proclamant « un partenariat global stratégique avec la Chine », adoptant la rhétorique chinoise du « monde multipolaire », « libéré des blocs et de la mentalité de la guerre froide », et moins dépendant « de l’extra-territorialité du dollar ».

Non, l’échec de la visite d’Emmanuel Macron n’est pas simplement le résultat d’une interview mal relue par l’Élysée, accordée dans l’avion du retour par un président fatigué. C’est bel et bien tout le déplacement en Chine, longuement préparé, qui constitue une faute majeure et représente un affront direct aux pays européens et aux États-Unis. La manière dont le président français a laissé Xi traiter Ursula von der Leyen, comme une hôte de second rang, en dit long aussi sur l’incroyable arrogance de l’Élysée.

L’ego de Macron déjà bien connu à Washington

Heureusement on connaît déjà à Washington l’ego surdimensionné d’Emmanuel Macron. Sa démarche a été correctement interprétée : celle d’un homme immature, humilié en son pays par des échecs répétés à réformer ne serait-ce que très marginalement un État providence en faillite, qui cherche désespérément à s’inventer un rôle de leader d’une nouvelle Europe souveraine.

Joe Biden, pas plus que Donald Trump, ne concède quoi que ce soit de concret à la France mythomane d’Emmanuel Macron. Même les journalistes dociles qui couvrent l’Élysée ont fini par comprendre que le président américain n’amenderait jamais sa loi sur les subventions aux industries américaines qui investissent dans les filières décarbonées. Derrière les apparences de courtoisie, et des gestes symboliques d’amitié historique, au delà des fastes sans lendemain de la visite d’État accordée en novembre 2022 par Joe Biden à Emmanuel Macron à Washington, la Maison-Blanche ne s’est jamais excusée d’avoir volé aux Français le marché des sous-marins australiens. Avec le recul, et au vu des stupéfiantes affirmations d’Emmanuel Macron sur la divergence des intérêts, dans le Pacifique, de l’Europe et de ceux des États-Unis, on comprend que l’Australie ait préféré la technologie des submersibles américains, avec la coopération opportuniste des Britanniques.

Les services de renseignement américains écoutent beaucoup de conversations et suivent de près les échanges d’informations dans les cercles du pouvoir en France. Ils n’auront pas manqué de rendre compte à la Maison-Blanche des intentions transparentes d’Emmanuel Macron en Chine. Ils auront également bien compris que le chef de l’État français est obsédé par l’idée de ravir à l’Allemagne le rôle de locomotive de l’Europe. Quitte à donner, sans rien en retour, des gages au plus grand dictateur communiste du monde.

Pragmatique, l’administration Biden et son très francophone secrétaire d’État, Antony Blinken, n’ont aucun intérêt à transformer en crise diplomatique les énormes gaffes du président français en mal chronique de publicité. En ignorant la posture macronienne indigne d’un allié fiable, la Maison-Blanche ne donne pas à Pékin la satisfaction de fissurer la coalition, entretenue par les États-Unis en vue de contrer la montée des dictatures de Pékin et Moscou. Cette coalition va du Japon à l’Australie, de la Pologne au Canada, pays souverains, démocratiques, qui n’ont pas de leçon d’histoire et de géopolitique à recevoir d’un petit président français.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

8 commentaires

Roven 13 avril 2023 - 5:38

Le bilan des 2 quinquennats du petit coq va être catastrophique : un endettement irresponsable, des institutions dévalorisées, une politique étrangère saccagée (Afrique abandonnée, soumission à la Chine, flagornerie envers les Etats-Unis, prétention en Europe), des industries en partance, une ambiance sociale durable de conflit et de dégradations. Ce clientélisme politique d’un technocrate prétentieux, qui conduit à naviguer à vue, sans perspective réelle, à dire et à faire « en même temps » une chose et son contraire est au seul service de son avidité de pouvoir. L’Europe, qu’il rêve toujours de diriger, ne s’y trompera pas et l’étranger ne regrettera pas son départ, considérant navrés les français perdus, en panne d’hommes d’État…

Répondre
Bern 24 avril 2023 - 8:49

Bravo rien à ajouter !!

Répondre
PIERRE GODICHEAU 13 avril 2023 - 3:06

Je suis d’abord pour une Europe unie forte, à dominante libérale en économie.
Voir le programme de mon mouvement l’ALS et mes livres « Economie ou socialisme: il faut choisir » et « Pour un Etat juste et efficace ».
Ensuite, je préfère 100 fois les USA, malgré les terribles insufisances des sociaux-démocrates de Biden au régime national-socialiste de Poutine et au national-communiste Xi JinPing!

Répondre
Astérix 14 avril 2023 - 7:36

Macron a réussi le tour de force d’être détesté, à juste titre, par le monde entier ! La logique commanderait de démissionner !? mais pour cela il faudrait que Macron soit intelligent !?

Répondre
Picot 16 avril 2023 - 12:06

@Astérix
Pourquoi voulez vous qu’il démissionne? Il a été mis là par de grandes puissances financières et politiques dont l’UE, après deux élections truquées, pour démolir la France. Pour l’instant il fait très bien le job. Il est caractériel mais intelligent, même si ce n’est qu’un pion piloté par Bruxelles et Washington. Il fait peut-être n’importe quoi mais pour démolir un pays, le nôtre, c’est parfait.

Répondre
Astérix 27 avril 2023 - 9:43

Tout à fait PICOT.

Répondre
Geoffroy Claude 14 avril 2023 - 4:24

J’attendais mes prochains droits d’auteur pour vous envoyer à nouveau une — modeste — contribution, mais je ne comprends pas pourquoi mes commentaires (rares : je n’ai pas toujours le temps de vous lire) n’apparaissent pas (si nuls, en dire juste un mot, cela participe aux échanges)

Répondre
Albatros 18 avril 2023 - 2:25

Macron mérite le titre de Foutriquet, pas davantage.

Répondre