Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Le libéralisme, ce mot interdit en France

Le libéralisme, ce mot interdit en France

L'IREF dans Le Figaro

par IREF
L’emprise de l’État sur l’économie, la société civile et nos vies mêmes ne cesse de s’accroître. C’est là une cause majeure du malheur français, plaident les auteurs de cette tribune collective. Plusieurs membres de l’IREF font partie des signataires.

Comme de très nombreux Français, nous avons été déçus par la campagne électorale. La conjonction de la guerre, du Covid, de la crise économique et sociale devrait inspirer à la classe politique d’autres discours et d’autres réformes. Ce ne sont pas des promesses, des chiffres, des listes de nouvelles réglementations qui peuvent nous redonner espoir pour les années à venir.

Confier à un président ou une présidente et ses ministres la politique de notre pays pour cinq ans est un vrai choix de société. Ce choix peut-il se faire seulement entre le despotisme (le chef de l’État seul fera le mieux possible) et le populisme (tout changer, ignorer le contexte mondial)? Nous voudrions avoir un choix plus profond, en rupture avec ce que nous propose la classe politique depuis des décennies, mais nous n’avons pas repéré d’offre politique nouvelle. Nous attendons une rupture avec le tout État, le tout politique. L’État a tout envahi, et régit – entre autres – notre travail, notre revenu, notre santé, nos retraites, nos écoles, nos logements, nos transports, notre nourriture et jusqu’à notre culture et nos religions.

Cet État se veut providence, mais au prétexte de justice sociale il ne tient plus compte du mérite personnel, de l’effort, du savoir, de l’initiative. Il finance ainsi l’assistanat, les privilèges, les fraudes et les corruptions. C’est un État jacobin, qui dirige tout depuis les ministères de la capitale et ignore les réalités locales.

Lire la suite

Pr. émérite Pascal Salin (Université Paris Dauphine), président de l’Association pour la liberté économique et le progrès social (Aleps) ; Jean Philippe Delsol, avocat à la Cour, président de l’Iref (Institut de recherches économiques et fiscales) ; Pr Jean Philippe Feldman, avocat à la Cour, professeur à Sciences Politiques ; Pr. émérite Jacques Garello (Université Aix Marseille) ; Pr. émérite Francis Balle (Université Paris 2 Assas) ; Gérard Bramoullé, 1er adjoint d’Aix-en-Provence et professeur émérite à l’université Aix-Marseille ; Jean-Pierre Centi, président de l’Académie d’Aix-en-Provence ; Chantal Delsol, philosophe, membre de l’Institut ; Pr. François Facchini (Université Paris 1) ; Pr. Pierre Garello, directeur du Journal des Libertés (Université Aix-Marseille) ; Yvon Jacob, industriel, ancien député ; Pr. Alain Laurent, philosophe, directeur de la collection «Bibliothèque classique de la liberté» aux Éditions Les Belles Lettres ; Pr. émérite Jean-Didier Lecaillon (Université Paris 2 Assas) ; Nicolas Lecaussin, directeur de l’Iref ; Frédéric Mas (Contrepoints); Henri Lepage, économiste, directeur de l’Institut Turgot ; David Lisnard, maire de Cannes, président de Nouvelle Énergie ; Charles Millon, ancien ministre ; Hervé Novelli, entrepreneur, ancien ministre ; Marc de Scitivaux, économiste, rédacteur en chef des «Cahiers verts de l’économie» ; Patrick Simon, avocat au barreau de Paris ; Benoite Taffin, ancienne maire d’arrondissement de Paris.

You may also like

2 commentaires

Daniel 1945 24 avril 2022 - 6:37

La France est un pays communiste qui ne dit pas son nom, tout comme les Français qui demandent de plus en plus l’intervention de l’Etat dans tous les domaines.

Répondre
JR 25 avril 2022 - 3:11

Bonjour, la France se national-socialise, à l’image et à la demande de l’Europe qui ne cesse de dévoyer l’objectif de ses origines. Le IV -ème Reich est en Marche, mais « ne vous inquiétez pas, c’est pour votre bien ». Après le pass sanitaire, nous aurons le droit au pass « climatique » : https://climatetverite.net/2022/04/22/pass-climatique-vous-reprendrez-bien-une-dose-dautoritarisme/ . Il est urgent de désèscrologiser la planète et d’inciter à l’action énergétique. Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire