Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Venezuela : les raisons de la catastrophe économique

Venezuela : les raisons de la catastrophe économique

lundi 17 mai 2021, par Gabriel Collardey

Le Venezuela, pays béni de son pétrole mais maudit de ses gouvernants socialistes. Autrefois poumon économique de l’Amérique du Sud et désormais épicentre d’une catastrophe économique, humanitaire et sanitaire. En l’espace de moins de 10 ans, le PIB a fondu de 90% ! Le modèle chaviste tant loué par certaines élites politiques et intellectuelles pourrait-il avoir failli ? Aux racines de cette crise, la seule raison économique n’éclaire pas tout, l’économie et le politique étaient imbriqués. Des signaux d’alerte sont apparus dès 2014 dont les causes principales sont à rechercher dans les premières années du chavisme.

La gestion chaviste, l’exemple de la faillite d’une économie étatisée

Entre 1958 et 1998, le Venezuela a été l’un des rares pays démocratique d’Amérique du Sud mais la décennie 1990 fut marquée par une crise de la représentativité et des scandales de corruption. Au plus fort de cette crise, en 1992, le général Hugo Chavez et ses comparses militaires tentèrent un coup d’état … qui échoua. Finalement gracié en 1994, il se présenta à l’élection présidentielle de 1998 et la remporta. Le nouveau président était résolu à appliquer les principes de sa doctrine bolivaro-socialiste, qui reposait sur une nationalisation massive des entités productrices de richesse (pétrole, gaz, banques). Surtout, le gouvernement a organisé un système de transfert massif de la rente pétrolière vers l’Etat pour financer des programmes sociaux et organiser un système clientéliste et corrompu.

Ses réformes économiques héritées du castrisme ont rapidement rencontré une très vive opposition, notamment auprès des employés de l’entreprise pétrolière nationale PDVSA. Ceux-ci, appuyés par les syndicats, menèrent une grève massive en 2002. Ils réclamaient plus de libertés économiques, moins de taxes et de meilleures conditions de travail. A l’issue de cette grève Chavez fit licencier, arrêter et condamner à l’exil les salariés de l’entreprise et les syndicalistes, avec comme conséquence une perte irremplaçable de cerveaux et de compétences pour l’industrie pétrolière. Par ailleurs, la politique chaviste s’est caractérisée par un fort clientélisme et la distribution illimitée des fonds issus du pétrole à la population, majoritairement en faveur de ses électeurs.

Dans le même temps, le pouvoir a délaissé les investissements dans les infrastructures pétrolières et non pétrolières, préférant distribuer plutôt qu’investir. En 1998, la production de pétrole s’élevait à 3,6 millions de barils/jours contre environ 3millions b/j courant 2010 et 2,4 en 2014. Paradoxalement, les revenus tirés du pétrole ont augmenté grâce à la hausse importante du prix du baril entre 2005 et 2012. De plus, le Venezuela a découvert de nombreux champs pétrolifères dans le nord et le centre du pays. Mais du fait du manque d’investissement dans les raffineries et dans le matériel de forage, le gouvernement a dû, pour une grande part, en céder l’exploitation aux Chinois, aux Russes et aux Américains. Fait surprenant, une partie du pétrole extrait au Venezuela est raffinée au Texas et dans l’Illinois.

Un chiffre illustre parfaitement le déclin de la production du pétrole : en 2000 le pays était le 4ème exportateur de brut au monde, il n’était plus que le 12ème en 2013. La gestion catastrophique de l’économie a contraint le gouvernement à faire du troc avec la Chine, emprunts - à des taux élevés - en échange de pétrole, dans le but de maintenir le système de corruption généralisé et l’importation de biens. Entre 2007 et 2014, le Venezuela s’est endetté auprès des Chinois à hauteur de 50,4 milliards de dollars.

L’effondrement sans fin de l’économie vénézuélienne

Le pays possède les premières réserves de pétrole au monde, soit 17,7% - et 90% des seules réserves d’Amérique du Sud. L’économie en dépend à 95%, l’industrie pétrolière représentait près de 40% des recettes de l’Etat en 2014. Mais le licenciement des employés de l’entreprise PDVSA, s’ajoutant à la vétusté des installations, ont conduit à une baisse continue de la production. En 2012, l’une des plus grandes raffineries du pays, située à Amuay, a explosé à cause du manque d’entretien. Une autre raffinerie, dans le nord, qui produisait 1millions de baril/ jours en 2005, est aujourd’hui fermée car désuète. La production actuelle n’est plus que de 600 000 b/j contre, nous l’avons vu, 2,4 en 2014.

Si le gouvernement pouvait arroser allègrement sa population de pétrodollars tout en imposant un contrôle strict des prix pour maintenir une illusion de richesse, rappelons que le cours du baril de pétrole est fixé au niveau international. In fine, le château de cartes était voué à s’effondrer dès que les cours baisseraient trop drastiquement. Afin de faire perdurer le système mis en place par Hugo Chavez il fallait que le prix du baril se maintienne aux environs de 100 dollars, un « prix juste » d’après Nicolas Maduro, le successeur de Chavez. Mais à partir de 2014, les cours ont commencé à décliner. Le pétrole brut extra-lourd vénézuélien ne se négocia plus qu’autour de 40 dollars le baril, ce qui fit plonger les recettes de l’Etat, d’autant que ce type de pétrole nécessite des coûts de production importans (autour de 37 dollars). Une crise monétaire est venue encore aggraver la situation. Le gouvernement avait par décret ordonné le transfert des réserves de devises étrangères de la Banque centrale vers le budget de l’Etat pour acheter des denrées alimentaires à l’étranger, les réserves de devises ont ainsi fondu comme neige au soleil.

La chute des recettes a entraîné celle de la monnaie dont le cours était fixé de manière artificielle par le gouvernement sur le cours du dollar. D’où une pénurie de biens de première nécessité et de denrées alimentaires, car juste avant la crise de 2014 et les sanctions américaines de 2017, le pays importait 70% des biens de consommation. Or avant l’arrivée au pouvoir des chavistes il était autosuffisant grâce à sa production agricole qui en faisait l’un des greniers céréaliers et fruitiers d’Amérique du Sud. Mais à cause des expropriations massives, de la redistribution des terres à des paysans peu formés et faiblement dotés en capital, ce secteur aussi s’est effondré. Aujourd’hui, la population manque de tout (l’inflation s’élevait à 3 000% en 2020) et le pays souffre régulièrement de pannes de courant géantes.
Nouvel exemple de la faillite du chavisme, le gouvernement s’était engagé à investir l’argent du pétrole dans la rénovation et la modernisation du réseau électrique… sans résultat. Paula Vazquez [1] raconte que les fonds ont été détournés par le régime. De plus, explique-t-elle, le gouvernement a supprimé les appels d’offre pour l’entretien et la modernisation du réseau électrique dont la charge a été confiée à des entreprises proches du pouvoir qui n’avaient pas les compétences requises. Pourtant en 1990, le Venezuela surproduisait de l’électricité la vendait à tous ses voisins.

Entre 1999 et 2011, le régime chaviste a bénéficié de près de 608 milliards de dollars de revenu grâce au pétrole grâce à l’augmentation du prix du baril à presque 100 dollars. Pour 2012, le pays a empoché 92 milliards de dollars. Une partie de cette somme a été distribuée à la population pour acheter la paix sociale et une grande partie détournée au profit du régime en place, ne laissant que peu de ressources à la compagnie nationale pour l’entretien et la modernisation des raffineries et pipelines. Or dans le même temps, l’économie était asphyxiée par l’Etat, qui en contrôlait chaque pan et nationalisait toutes les entreprises nouvellement créées. Pour preuve, entre 2007 et 2009 Chavez a dépensé 23 milliards de dollars afin d’exproprier de grands propriétaires terriens et nationaliser les compagnies de télécoms, agroalimentaires et les industries de fer et d’acier. Ce désastre économique et humain, ce sont Hugo Chavez et Nicolas Maduro qui en sont entièrement responsables. Leur système économique socialiste, doublé d’une logique clientéliste, ne pouvait mener qu’à la ruine du pays. Le Venezuela doit désormais importer du pétrole d’Algérie ! Ce fait édifiant démontre, s’il en était encore besoin, la faillite totale du régime chaviste. La population est en train de mourir de faim, mais Nicolas Maduro, en bon dictateur, s’accroche au pouvoir et récompense ses fidèles avec des paniers repas distribués par les services de l’Etat.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Venezuela-les-raisons-de-la-catastrophe-economique

[1Chercheuse au CNRS, spécialiste du Venezuela

Messages

  • remarquable article qui résume bien la catastrophe économique liée aux choix politique, corruption, erreurs et fautes de gouvernement.
    Jean-Pierre Audy
    ancien député européen (2005-2014)
    ancien vice-président de la délégation Parlement européen / Mercosur (2010-2014)

  • Distribuer plutôt qu’investir, imposer plutôt que gérer, favoriser sa clientèle plutôt que favoriser ceux qui produisent. Qui ne voit pas que c’est aussi la politique de la France depuis 40 ans. La France est sur la pente du Venezuela.

  • M. Audy, Merci pour ce commentaire très appréciable et apprécié

  • cybernetik77
    En effet, des similarités importantes entre le Venezuela et la France. On dépense beaucoup en social sans investir dans les écoles, infrastructures et innovation.

  • La description de la catastrophe economique et politique du Venezuela est exacte. Les analystes et historiens se demandent comment le pays riche a pu, s’effondrer a ce point. Comment expliquer que le lieutenant-colonel Chavez (et non pas general)ait pu arriver au pouvoir ? Avant Chavez, certains observateurs parlaient d’un "pays riche et d’un peuple pauvre".Il est vrai que la redistribution de la richesse ne fonctionnait plus. Les partis politiques AD et Copei se partageaient le pouvoir. Depuis la creation de PDVSA par Romulo Betancourt, un vrai democrate, lui - initiateur de l’OPEP- la manne petroliere enrichissait le pays, sans que les politiques s’inquietent de diversifier l’economie. C’etait une economie de rente. Peu a peu, les elites politiques et economiques perdirent le sens de leur role. Le "caracazo" de 1989 lorsque les pauvres des "barrios" de Caracas saccagerent la ville, aurait du etre un avertissement. Chavez apparaissait comme un recours pour maintenir le calme de la population, en 1998, quand il se presenta a la presidentielle. Le paradoxe est que son programme de lutte contre la pauvrete et lutte contre la corruption ne se realisa jamais. Les Venezueliens avaient cru en ces promesses. Mais tres vite, ils se rendirent compte que le pays devenait plus pauvre et plus corrompu. Enfin, et peut-etre surtout, il ne faut pas oublier le jeu de Castro et de Cuba dans l’effondrement du Venezuela. Depuis longtemps, Castro voulait mettre la main sur le petrole venezuelien. Il presenta Chavez qu’il jugeait "primaire" ce qui est vrai, comme son heritier parce qu’il avait besoin de l’argent venezuelien pour Cuba. Les freres Castro ont impose a Chavez, moribond, Maduro comme successeur parce qu’ils savaient pouvoir le manipuler.
    Le plus surprenant dans l’histoire de ce pays est qu’il fallu deux dictatures, celle de Juan Vicente Gomez et celle de Perez Jimenez pour transformer et moderniser le Venezuela. Betancourt avait poursuivi la modernisation. Apres lui, les elites politiques, economiques devinrent oligarchies que denoncait deja Chavez. L’oligarchie chaviste, constituee d’incapables a detruit le pays. La reconstruction du Venezuela demandera plusieurs annees..

  • A LIRE
    EDIFIANT
    surtout que :
    - les reserves du Venezuela sont 17% des reserves du Petrole mondial
    - en1990 le vénézuela était autosuffisant grâce à sa production agricole qui en faisait l’un des greniers céréaliers et fruitiers d’Amérique du Sud
    - en 1990 le Venezuela surproduisait de l’électricité la vendait à tous ses voisins.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière