Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques (...)

Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques conséquences (néfastes)

jeudi 23 septembre 2021, par Nicolas Lecaussin

Certains ont pu s’imaginer qu’avec la libéralisation de la vente du cannabis, les dealers allaient ouvrir des boutiques et payer sagement leurs taxes et impôts. Qu’ils allaient offrir des cartes fidélité et pratiquer des prix bas durant la période des soldes. C’est le rêve bisounours. La réalité est un peu différente et plusieurs données en provenance d’Etats américains qui ont légalisé la vente de cannabis devraient nous faire réfléchir.

En effet, on assiste – comme on devait s’y attendre – à l‘apparition de nouveaux produits beaucoup plus puissants, avec des niveaux de THC (le principal composant psycho-actif de la marijuana) allant jusqu’à 90 %. La part sur le marché de ces produits à base de cannabis concentré augmente rapidement. Depuis 2015 dans le Colorado, le nombre d’élèves du secondaire ayant consommé de la simple marijuana a diminué de 15 % mais le nombre de ceux qui ont déclaré avoir consommé de la marijuana concentrée a augmenté de 138,5 %.

Toujours dans le Colorado, l’utilisation de « dabs » (vaporisation) de marijuana chez les jeunes a été multipliée par cinq depuis 2017, tandis que l’utilisation de vapoteuses a doublé (voir le graphique). La consommation de cannabis très puissant chez les adolescents et les jeunes adultes est associée à un risque accru de dépendance et de développement de psychoses et de schizophrénie. Les législateurs du Colorado ont d’ailleurs adopté à l’unanimité, en juin, une refonte de la réglementation pour essayer d’en atténuer les effets néfastes.

Dans le Colorado et le Massachusetts, les appels au centre antipoison – principalement liés à l’ingestion de denrées à la marijuana par des enfants – ont augmenté, respectivement, de 112 % et de 140 % après la légalisation. Et selon les données de l’American Automobile Association et du ministère des Transports du Colorado, les décès sur la route impliquant un conducteur testé positif à la marijuana ont doublé après sa légalisation dans l’État de Washington et le Colorado.

Au Colorado, la consommation de marijuana chez les enfants de moins de 15 ans a augmenté de 15 % au cours des deux dernières années. Selon les données fédérales, la Californie, le Nevada et l’Oregon ont connu une augmentation de 20 % et plus de la consommation par les jeunes au cours des deux dernières années.

La première préoccupation de toute législation sur le sujet devrait être de rendre la drogue inaccessible aux jeunes, les dangers étant suffisamment avérés, autant sur l’équilibre de la vie quotidienne que sur le développement du cerveau. Le 14 juillet dernier, 13 chercheurs de renommée mondiale ont adressé une Lettre au leader de la majorité du Sénat, Chuck Summer, dans laquelle ils s’inquiètent des dérives concernant la commercialisation du cannabis. Ils mettent en garde contre une banalisation de ce commerce et l’apparition de nouvelles drogues, plus dures, qui prendraient la place du cannabis.

Cela veut aussi dire qu’il faut mieux dépenser les milliards qui servent à lutter contre la drogue, et qu’il faut aussi chercher ailleurs d’autres solutions encore plus efficaces. Informer les jeunes et les parents, les mettre en contact avec des associations, écouter les médecins, semblent relever d’un bon sens basique. Le reste est affaire de spécialistes, le sujet étant aussi complexe que douloureux. Pour le moment, la dépénalisation, même associée à une réglementation de la consommation, doit encore faire ses preuves. La législation et la commercialisation semblent déplacer le problème plutôt vers le pire que vers le meilleur. En attendant, les ravages de la drogue, eux, ne faiblissent toujours pas.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Legalisation-du-cannabis-dans-plusieurs-Etats-americains-quelques-consequences-nefastes

Vos commentaires

  • Le 24 septembre à 03:06, par zelectron En réponse à : Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques conséquences (néfastes)

    Quid du fentanyl,non cité dans votre article 50 fois plus puissant que le cannabis, (origine Chine qui sont aussi innocents que l’oiseau qui vient de naître)

  • Le 24 septembre à 06:44, par Sylvain CORNELOUP En réponse à : Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques conséquences (néfastes)

    Bonjour, de manière exceptionnelle, je suis en désaccord avec l’IREF, non sur le fond de l’article, mais sur l’angle : on ne retient que ce qui ne marche pas. Où est la synthèse des avancées réelles induites ?
    La mort dans l’âme, je suis pour la dépénalisation. Je retarde peut-être de deux guerres, mais on a vu ce qu’a fait la prohibition aux E.U.
    L’alcool est une drogue légale. La cigarette aussi. Mais, au moins, les conséquences désastreuses de leur utilisation sont connues et mesurées : mon beau-frère est mort à 54 ans d’un cancer alcoolo-tabagique. Par exemple, la mortalité routière liée à l’alcool a beaucoup baissé grâce à une approche correctement répressive, pour une fois. Pour le tabac, le paquet à 10 € (j’ai connu le paquet de Marlboro à 5 F) entraîne forcément des conséquences concrètes, même si on voit de plus en plus de parallèle. Personne n’envisage d’interdire, alcool et tabac, on lutte aussi efficacement que possible contre les conséquences concrètes, et on en assume le coût médical délirant. Et chacun boit ou fume en son âme et conscience : c’est la responsabilité individuelle, même si elle est très souvent mal utilisée (autre exemple : le coût sociétal de la malbouffe ; le prix payé en solidarité par la communauté nationale pour soigner les obèses et les diabétiques évitables est juste exorbitant, mais on fait avec).
    J’aimerais donc – enfin ! – lire une analyse non partisane des avantages et inconvénients comparés. Par exemple, vaut-il mieux de 100 % des achats de beuh partent dans la poche des trafiquants, ou que la majeure partie de ces sommes arrivent dans les caisses de l’État ? Comment se passe l’évolution de la criminalité dans les pays avec dépénalisation ? Et le rôle des parents ? Et, au fond, j’ai très peu de compassion pour les drogués, car il existe une chose, la seule chose qui nous différencie des animaux : le libre arbitre. Qu’ils se suicident d’un coup ou à petit feu (comme les fumeurs et les alcoolos), ça me laisse me marbre...
    Très cordialement, SC.

  • Le 24 septembre à 08:25, par Herve Rocle En réponse à : Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques conséquences (néfastes)

    Tout à fait d’accord avec Sylvain CORNELOUP ci-dessus.
    Pour lutter contre les trafiquants de drogue, il faut leur faire LA GUERRE. Pas chercher à les attraper, leur faire des procès, ou ils seront défendus par les plus gros ténors du barreau qu’ils ont largement de quoi payer, et qui leur éviteront, peut-être, des peines de prison... d’où ils continueront de gérer leur trafics.
    Faire la guerre c’est abattre l’ennemi clairement identifié, les têtes de réseaux qui ne se salissent pas les mains dans des tâches qu’ils font exécuter par leurs hommes de main. Et communiquer en boucle sur les chaînes d’information.
    On sait le faire avec les chefs terroristes dans les sahel, il faut avoir la volonté politique de le faire avec les gros caïds en France et partout dans le monde pour lancer un message clair aux lampistes qui, à 15 ans, rêvent d’être un futur Pablo Escobar.

  • Le 24 septembre à 10:21, par Dudufe En réponse à : Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques conséquences (néfastes)

    Il faudrait aussi que la police n’arrête pas des trafiquants pour rien ! En Côte d’Or un trafiquant ,reconnu comme tel,a été arrêté un mardi et... la police l’a de nouveau arrêté le jeudi !
    Le gouvernement fait semblant de lutter contre le trafic mais en réalité il laisse les juges faire n’importe quoi au niveau des peines .
    Je pense qu’il y a quatre raisons à cette faiblesse des juges.
    Un, par ordre "d’en haut" : plus de places dans les prisons.
    Deux, par idéologie politique.
    Trois , à cause des menaces qui pèsent sur eux comme pour ceux du tribunal de Pontoise.
    Enfin , cela doit arriver aussi,parce qu’ils sont achetés.

  • Le 24 septembre à 15:11, par Garçon En réponse à : Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques conséquences (néfastes)

    Sylvain CORNELOUP me semble tenir un propos de bon sens. Disserter sur la dangerosité du cannabis dans un pays comme la France qui compte 60 000 morts/an par cancer du poumon lié à la cigarette me paraît tout de même paradoxal. Pour l’alcool, je crois qu’on touche la barre des 40 000 décès.
    Pour le cannabis et sa légalisation, il faut étudier le cas hollandais, tout parallèle avec les Etats-Unis me semblant bancal tant ce pays est difforme par comparaison avec les autres pays occidentaux.

  • Le 24 septembre à 15:20, par Philippe En réponse à : Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques conséquences (néfastes)

    M. Lecaussin, en bon libéral conservateur, nous sert une bonne dose de moraline concentrée à 138,5 % !
    Entièrement d’accord avec les propos de Sylvain Corneloup. Les trafiquants, par essence, font commerce de produits interdits. Évidemment qu’ils n’allaient pas prendre "pignon sur rue" et entrer gentiment dans la "légalité" et officialiser leurs activités auparavant illégales ! Quel idiot a pu imaginer cela une seconde ? Il faut être capable d’une mauvaise foi démesurée pour utiliser un tel argument dans un article contre la dépénalisation d’une drogue douce.
    Le vrai problème réside encore et toujours dans la responsabilité individuelle et la liberté (celle du choix) d’agir comme bon nous semble. Bien entendu qu’il est nécessaire d’informer et d’éduquer les jeunes (et les moins jeunes) des dangers encourus à consommer des drogues mais on a beau faire la "guerre" à coup (coûts...) de milliards, on trouvera toujours des produits dangereux sur le marché.
    Comme évoqué par plusieurs commentateurs de cet article, les chiffres donnés sont forcément à charge. Quid du désengorgement du système judiciaire du fait de la dépénalisation ? Quid de la surpopulation carcérale ? Quid de la délinquance et des incivilités liées au trafic ?
    Pourquoi ne pas faire une étude complète et objective sur sujet plutôt que de se servir de données, relativement récentes et certainement pas globalisées, pour mettre l’accent sur ce qui ne va pas et jubiler à propos d’un sujet qui gêne la conscience des conservateurs ? Cette approche, intellectuellement malhonnête, ne contribue pas à faire briller l’IREF... Dommage.

  • Le 24 septembre à 15:30, par Michel Raoust En réponse à : Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques conséquences (néfastes)

    Totalement d’accord avec vous !
    Vous pourriez ajouter deux arguments anti-légalisation : toujours au Colorado, il a été calculé que pour un dollar de taxes engendrées par cette légalisation, il en coûtait à l’Etat 4,5 dollars pour couvrir tous les coûts sociaux et médicaux générées par cette drogue "légale".
    La guerre contre la drogue peut être gagnée sans légaliser, en augmentant considérablement les campagnes de prévention, à l’instar de la Suède qui a le plus faible taux de fumeurs réguliers de cannabis en Europe et le plus grand nombre d’heures consacrées à la sensibilisation dans les écoles aux dangers des drogues.

  • Le 24 septembre à 18:16, par Obeguyx En réponse à : Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques conséquences (néfastes)

    Personnellement et pour toutes choses je me pose l’essentielle question : "A qui profite le crime ?" Et on retombe toujours sur les mêmes depuis l’avènement du socialisme en 1981. Les mandats Chirac et Sarko sont du reste tous trois complètement socialistes.

  • Le 29 septembre à 07:57, par jean Guicheteau En réponse à : Légalisation du cannabis dans plusieurs Etats américains : quelques conséquences (néfastes)

    La comparaison avec l’alcool est un peu abusive, car les effets ne sont pas les mêmes. Baudelaire, qui a pratiqué les deux, écrit dans écrivit dans " Du Vin et du Haschisch" :

    "Jamais un État raisonnable ne pourrait subsister avec l’usage du haschisch. Cela ne fait ni des guerriers ni des citoyens. En effet, il est défendu à l’homme, sous peine de déchéance et de mort intellectuelle, de déranger les conditions primordiales de son existence, et de rompre l’équilibre de ses facultés avec les milieux. S’il existait un gouvernement qui eût intérêt à corrompre ses gouvernés, il n’aurait qu’à encourager l’usage du haschisch."

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière