Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

EDF : le contribuable se fait racketter de 3 Milliards d’euros

Déjà actionnaire à 85 %, l’Etat français va injecter 3 Mds d’euros dans l’entreprise EDF. Depuis quelque temps, EDF annonce des résultats financiers très mauvais imputés ou bien à la chute des prix de l’électricité ou bien aux travaux nécessaires pour prolonger l’utilisation de plusieurs centrales nucléaires. Ces arguments sont en partie vrais mais les dirigeants d’EDF oublient de rappeler la très mauvaise gestion de l’entreprise ainsi que les extraordinaires privilèges dont bénéficient ses employés, les agents d’EDF. Tout cela payé par les contribuables.

Comme l’a montré l’IREF, 52 % de la facture d’électricité sont des taxes dont la plupart servent notamment à financer les avantages du personnel. Parmi ces taxes, il y a la Contribution tarifaire d’Acheminement (CTA) qui a été instaurée par la CNIEG (Caisse nationale des Industries électriques et gazières). Cette contribution est intégralement reversée par tous les fournisseurs et distributeurs d’énergie à la CNIEG, Cette taxe, qui représente environ 1 milliard d’euros par an, est entièrement reversée à la Caisse des retraites des agents EDF, afin de financer leur régime de retraite extrêmement privilégié par rapport à celui du privé : la retraite dès 50 ou 55 ans, différentes bonifications ou trimestres gratuits, le calcul de la pension à partir du dernier salaire, augmentation régulière des pensions de 5%, revalorisation de l’indemnité de départ à la retraite, temps partiel transformé en temps complet pour la retraite, instauration d’un régime complémentaire par capitalisation… De plus, ce régime particulier a été adossé au régime général et aux régimes complémentaires Arrco et Agirc sans aucune compensation. Conclusion : 1.3 Milliard d’euros a déjà été pris dans les caisses du privé pour financer le régime des agents EDF.

Le contribuable est en droit de se demander si cette injection d’argent public va pousser l‘entreprise à se réformer et à supprimer les avantages extraordinaires accordés à ses agents. Malgré une dette estimée à plus de 30 Mds d’euros et des retraites non provisionnées qui dépassent la somme de 90 Mds d’euros, les agents travaillent en moyenne 32h/semaine, ont droit à 30 jours de RTT/an et peuvent jouir du Comité d’entreprise le plus dispendieux, le CCAS, dont le budget s’élève à 470 millions d’euros/an. Tandis que le consommateur – qui est aussi contribuable – voit sa facture augmenter régulièrement : +1.7 % en 2011, + 2 % en 2012, + 5 % en 2014 et 2.5 % en 2015. La nouvelle participation de l’Etat est absolument inadmissible dans ce contexte. C’est un véritable racket sur le dos des contribuables.

Partager cet article :

Autres lectures ...

EPR d'Hinkley Point :
le nouveau casino du contribuable ?

Au secours, ils veulent faire pire que l’ISF


L’imposture de la nouvelle taxe régionale
600 millions d'euros d'impôts supplémentaires

Quand la droite sénatoriale veut créer de nouvelles taxes sur l’économie numérique



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (10)

Qu'ajouter à ce tableau ?

le 26 avril, 11:24 par Le Gargaillou

A ce tableau, il conviendrait d'ajouter que l'Etat (de gauche comme de droite) s'est fait verser des dividendes importants, quelques 20 milliards € sur les dernières années. Une entreprise bien gérée n'aurait jamais dilapidé ses resources à ce point. Cela a permis à l'Etat de réduire le recours à la dette pour financer son train de vie débridé.
Maintenant, on assiste en quelque sorte à une opération vérité, où l'Etat qui a pioché sans vergogne dans la caisse de l'EDF avec ces dividendes, est obligé de mettre la main à la poche pour permettre à EDF de poursuivre ses grands projets.
En lisant votre article, je trouve par ailleurs assez fabuleux que ce soit les syndicats qui jouent les lanceurs d'alerte dans cette affaire.
Naturellement, au lieu de leur demander de faire des efforts pour "sauver" l'entreprise, on va chercher l'argent des contribuables.

- Répondre -

taxes et retraites

le 26 avril, 13:24 par Jidé

En effet,le total des taxes appliqué sur le HT de l'abonnement et de la consommation qui représentait 52% en 2014 a aumenté en 2015 et représente désormais 57% (presque + 10%)sans d'ailleurs sembler émouvoir grand monde !
Pour l'adossement des retraites EdF au régime général c'est bien de l'évoquer car c'est une arnaque dont les médias on peu parlé à l'époque.
D'ailleurs il était question de faire la même chose pour la RATP et la SNCF. Cela a-t-il eu lieu ?

3 mai, 13:47 - Nicolas Lecaussin

Oui,malheureusement... D'où la situation catastrophique des caisses complémentaires..

- Répondre -

Mettre fin aux privilèges des agents d'EDF

le 26 avril, 18:10 par BOROWY André

Il est inacceptable d'augmenter sans cesse les taxes se rapportant au prix payé sur les consommations et les abonnements des particuliers pour le profit des personnels d'EDF.

D'autre part, en tant que retraité du privé, on ne peut plus accepter que les caisses de retraite du privé soient dépouillées par l’État au profit des retraités d'EDF

3 mai, 13:48 - NL

En effet.. merci de nous lire !

- Répondre -

Comment stopper ces scandales ?

le 26 avril, 19:49 par Tchard's

Depuis des années, j'adhère à un certain nombre d'associations qui comme vous dénoncent ces scandales. Mis à part le constat, tout continue...sans changements. Je me demande donc, quelles actions devons nous mener pour mettre fin à ces inégalités ? Les "gâté" de l'Etat sont chaque jour plus nombreux et les contribuables, de moins en moins !Nous n'avons plus la majorité. Avez vous des idées ? A vous lire

# Re : Comment stopper ces scandales ?

26 avril, 21:27 - Nicolas Lecaussin

Il faut continuer à marteler notre message et à dénoncer tous ces privilèges ! Merci de nous soutenir !
Nicolas Lecaussin

- Répondre -

Edf et ses débordements

le 26 avril, 23:33 par Alain Desmarais

Bonsoir,
Je suis totalement d'accord avec votre article. Je trouve exorbitants les avantages du ccas ainsi que ceux des salariés en général. Une fois de plus on constate que l'Etat (actionnaire à 85%) est un mauvais gestionnaire et naturellement les contribuables sont priés de payer sans discuter. On vient nous dire que les régimes de retraite du privé sont à bout de souffle mais nous payons pour ces privilégiés, en passant je note que ceux de la sncf toujours prompts à se mettre en grève ne sont pas mal non plus...

- Répondre -

Ce n'est pas si simple

le 27 avril, 17:37 par Porcheville

D'où tenez-vous que les retraites augmentent régulièrement de 5% (par an ?) ? Elles sont bloquées comme toutes les autres depuis des années. Le départ à la retraite à 55 ans ne vaut que pour les services insalubres et actifs, pour les sédentaires c'est 60 ans. Le calcul de la retraite à partir du dernier salaire, il faudrait préciser que ce dernier est hors primes donc 80% du revenu salarial. Au total la retraite d'un cadre dans le privé et à EDF est du même ordre.
Ceci dit le statut actuel est totalement anachronique et ne se justifie plus du tout. Depuis des décennies on aurait dû cesser de l'appliquer aux nouveaux embauchés et nombreux sont ceux qui verraient d'un bon œil une retraite par points généralisée. L'Etat est le grand responsable de la situation ; il a pillé et politisé à l'extrême la gestion d'une entreprise industrielle par un interventionisme délirant (tarifs maintenus au dessous du prix nécessaire par clientélisme, prélèvements éhontés dans la caisse, sans parler des 2% du CA versés au comité d'entreprise pour amadouer la CGT, ce scandale gigantesque aurait dû cesser depuis longtemps).

3 mai, 13:50 - NL

Sources : Rapport interne, Cour des Comptes, Rapports parlementaires...

- Répondre -

Pourquoi les médias ne dénoncent elles pas les malversations de la CCAS

le 28 avril, 12:46 par Philippe

Les erreurs de gestion de EDF vont couter 3 milliards € aux contribuables. Il serait pourtant facile de commencer les économies en supprimant le 1% sur le CA, 500 millions €/an qui alimentent les caisses de la CCAS et finance de façon occulte la CGT et le partie communiste.
Un procès de 3 semaines, après une procédure de 10 ans, pour escroquerie, abus de confiance, recel, a vu la condamnation du président du CCAS Jean LAVIELLE à 18 mois de prison avec sursis, la sénatrice communiste Brigitte Gonthier Maurin, 9 mois avec sursis, pour emplois fictifs ; Jean Paul Blandino, 8 mois avec sursis ; et des amendes fortes contre la CGT, l'Humanité la Fédération des Mines et de l'Energie.
Ce procès dont les médias n'ont pas parlé n'a servi à rien et les folles dépenses continuent
en 2010, 550 millions€, pour 470 millions de recettes soit 80 milions de pertes. Mais que fait l'état actionnaire principal ????

- Répondre -

Article imprécis et faux sur EDF

le 30 avril, 10:13 par vérité ou pas

Je vous écris juste pour vous dire que votre article est imprécis en plusieurs points. Tout d'abord j'aimerai savoir qui sont les agents qui partent en retraite à 50 ans, cela fait 20 ans que je suis dans l'entreprise et je n'ai jamais vu cela, concernant ceux qui partent à 55 ans (uniquement des agents terrains qui avaient des astreintes) ce n'est plus d'actualité depuis environ 5-7 ans car depuis les modifications dites d'actif ont été remplacées par des comptes épargnes jours (10j de bonifications au lieu de 8 semaines/an). Sachant que cela devait impacter 20 à 30% de l'ensemble du personnel des IEG. Vous avez omis de parler de la taxe que les français paient afin de subventionner les énergies renouvelables que l'entreprise à l'obligation de rachat. De même vous dites que le comité d'entreprise a été condamné par le tribunal merci de donner les détails, quand on veut faire du sensationnel il faut aller jusqu'au bout des choses, comme par ailleurs quand vous dites qu'une entreprise bien gérée n'aurait jamais dilapidé ses ressources (20 milliards d'€) n'oublié pas que l'entreprise est gérée par l'état et seulement par elle.... Merci et bonne journée.

3 mai, 14:06 - Nicolas Lecaussin

Ca dépend en effet des catégories de personnel. Mais notre article est encore loin des privilèges des agents, cadres pour ce qui est des salaires.Le CCAS a été épinglé régulièrement par la Cour des Comptes dans plusieurs rapports et condamné en octobre 2014 : 12 condamnations ! Le CCAS est une véritable organisations mafieuse aux mais de la CGT

- Répondre -

Le génie de nos dirigeants !

le 30 avril, 11:13 par Astérix

Affichez sur internet :"Time is money, compteur de la dette publique"
et regardez bien chaque rubrique proposée...! Le résultat de 40 années de gestion irresponsable.... et ce ne sont pas 3 milliards que le contribuables paiera à la sortie....
Nos gouvernants incompétents ne font que des dettes puisqu'ils savent que ce sont les électeurs qui paieront ! aux électeurs de réfléchir !! ??

- Répondre -

Un management à la française.

le 25 octobre, 12:08 par ROLET Bernard

EDF est le fruit d'une nationalisation gaullienne dont l'objectif, à moyen terme, était de réhabiliter d'urgence (en s'appuyant sur les crédit Marshall) l'ensemble français des moyens de production, de transport et de distribution d'électricité, ensemble mis à mal par les séquelles de la débacle militaire de 1940.

Mais cette nationalisation ne fut achevée qu'après la démission du général, qui refusait de se laisser engluer dans un régime renaissant des partis politiques, régime digne de la défunte IIIème République.

Le statut d'EDF qui en résulta fut un effroyable fourre-tout dans lequel se mêlait la crainte du communisme et de sa courroie de transmission, la CGT, ainsi que la volonté d'assurer des fauteuils dorés aux politiciens en fin de mandat. C'est ainsi que l'on a entériné le statut délirant du Comité d'Entreprise, financé par un prélèvement sur le chiffre d'affaire (et non pas sur les bénéfices), prélèvement dont le montant ne pouvait être que très élevé et appelé à augmenter rapidement.

Le CE d'EDF est aisi devenu une grande entreprise, entièrement contrôlée par la CGT. Après l'effondrement de l'Union Soviétique, elle est même devenue la principale source de financement du Parti Communiste Français à grands coups de fausses factures et de commandes de complaisance à des sociétés fictives dont le seul objet réel était (et est resté) la collecte des prébendes.

Au début, cela ne s'est pas trop senti car le corps technique du personnel était resté de grande qualité. Le coût de l'énergie aux bornes des centrales, de son transport et de sa distribution étaient ainsi très bas (toutes sources d'énergie primaire confondues). Cet avantage était hélas presque entièrement neutralisé par la gestion calamiteuse du groupe mais le résultat final n'était pas mauvais par rapport à la concurrence européenne naissante et fut accepté par l'opinion publique soigneusement désinformée.

Mais cela a empêché EDF de devenir le plus grand exportateur européen et amputé la balance des paiements française d'une énorme source de profits potentiels. Elle ne s'en est jamais relevée !

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications