Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Paris sous tutelle ? Le « gauchemar » continue…

Paris sous tutelle ? Le « gauchemar » continue…

par Aliénor Barrière

Anne Hidalgo a décidément bien de l’ambition : la présidence de la France, ce n’est tout de même pas rien ! Et c’est là que les conseils de grand-mère peuvent servir : « Qui vole un œuf, vole un bœuf ». Aucune allégation de vol à l’encontre d’Anne Hidalgo me direz-vous, oui, mais cette petite maxime se réfère surtout à une histoire de cohérence : si on n’agit pas bien face aux petites choses, on n’agira pas mieux dans les grandes.

Au regard de la façon dont Anne Hidalgo a géré la ville de Paris, peut-on considérer légitimement qu’elle apportera un bien à l’Elysée ? Hélas, hélas, le choc du réel est cruel et les actions en justice pleuvent… On parle même d’une mise sous tutelle de Paris ; rien de fait encore, mais l’action en justice est lancée, portée par la fédération Union parisienne et plusieurs autres associations. Et les griefs sont nombreux : déficit abyssal de plus de 7 milliards, refus d’Anne Hidalgo de justifier ses frais de représentation, dégradation du patrimoine, manque d’entretien de la voirie, insalubrité et mauvaise gestion du service de propreté, modification du plan de circulation sans concertation, suppression des places de stationnement, politique d’achats non maîtrisée et manque de maintenance des équipements publics… Plus grave que la gestion des biens, ses conséquences sur les hommes : « On dénombre environ 3 000 victimes d’accidents en 2020 liés à la carence d’entretien de la voirie, ce qui représente un coût d’environ 1,4 million d’euros », explique Maître Tabet, l’avocat de la fédération Union parisienne.

Après tout ceci, il y a fort à parier que les Français n’offrent pas leur cœur à Anne Hidalgo, même si les Parisiens lui en ont financé un à 650 000 € Porte de Clignancourt…

You may also like

1 commenter

ambelouis 27 décembre 2021 - 5:13

Paris sous tutelle ? Le « gauchemar » continue…
Pourquoi le rapport de la Cours des Comptes qui alerte, ne met-il pas en place des mesures de Tutelles, comme cela se pratiquerait dans n’importe qu’elle commune de France et de Navarre ?
LA LOI SUR L’ABOLITION DES PRIVILEGES votée dans la nuit du 4 août ne concernerait elle pas Madame Hidalgo, républicaine socialiste proclamée
Pourquoi madame Hidalgo ne serait-elle pas poursuivie et que son suivi pénal soit aussi expéditif que celui qui a « violenté » Monsieur FILLON ?
Quel triste pays, qui se dégrade dans l’ensemble de ses secteurs, devenu une « porte dégondée » qui laisse les scandales et injustices s’engouffrer à tous les vents politiciens….

.

Répondre

Laissez un commentaire