Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’Urssaf a mis la main sur les cotisations retraites de 400 professions libérales

L’Urssaf a mis la main sur les cotisations retraites de 400 professions libérales

par
1 410 vues

Ni vu, ni connu. L’Urssaf n’a pas (encore) réussi à faire main basse sur les retraites complémentaires du privé, mais elle s’est emparée de celles des professions libérales. Fondée en 1978, la Cipav est la principale caisse de retraite des professions libérales. Elle couvre plus de 400 métiers et compte 1.4 millions d’adhérents dont 477 000 sont actifs. Le montant de ses réserves est estimé à 6.6 milliards d’euros (selon son dernier rapport d’activité) et celui des cotisations est de 1.2 Mds d’euros par an. Environ 50 % du portefeuille de la Cipav est aujourd’hui positionné sur des produits de taux, 38 % en actions et 12 % en immobilier. Elle offre un rendement technique de 6,80 %. Un adhérent met 12 ans, après son départ en retraite, pour récupérer les sommes cotisées. Grâce à ce taux de rendement allié à un rapport démographique favorable (6,6 cotisants pour 1 retraité), la caisse dégage un excédent qui lui permet de constituer des réserves sur le long terme. La Cipav est bien gérée, ce qui n’a pas plu au gouvernement qui vient de confier ses cotisations à l’Urssaf , décision prenant effet le 1er janvier 2023.
Comme la Cour des comptes l’a dûment relevé, et comme l’Iref l’a écrit, les comptes de l’Urssaf sont truffés d’erreurs. Elle devient pourtant l’interlocuteur unique des professionnels libéraux relevant de la Cipav pour la collecte de l’ensemble de leurs cotisations et contributions sociales personnelles. On « punit » un organisme qui fonctionne correctement en transférant l’argent qu’il reçoit à un autre qui est incapable de mettre de l’ordre dans sa comptabilité. Après la Cipav, à qui le tour ?

9 commentaires

Patrice Coconnier 2 décembre 2022 - 8:20

Ce hold-up est évidemment scandaleux. Il est dans la droite ligne macronienne consistant à étatiser et centraliser au maximum (cf. la suppression de la taxe d’habitation…). Je suis surpris que les adhérents de la Cipav se soient laissés faire.
Par ailleurs je ne comprends pas trop votre chiffre de rapport démographique de 6,6 cotisants pour 1 retraité. En effet vous écrivez plus haut que la Cipav compte « 1,4 millions d’adhérents dont 477 000 sont actifs », ce qui pour moi signifierait qu’il y a 923 000 retraités ou ayants droit, soit un rapport peu favorable de 0,52 actif par retraité

Répondre
AUR ++ 2 décembre 2022 - 10:17

Même rapt que du temps de Mitterrand sur la Caisse des CADRES DIRIGEANTS….
L’Histoire se renouvelle, quel que soit le gouvernement… il voit kidnapper l’argent de ceux qui ont travaillé au bénéfices des nantis goinfrés et des illégaux…
Ainsi se vit ou subit notre prétendues démocratie…Ou alors qui se prétend être une « DES-MAUX-CRATIE » avec ses lois et ses « Justices » de circonstances adaptées intitulées ALIBABA ET LES 40 VOLEURS ET PLUS ENCORE ….!

Répondre
Astérix 10 décembre 2022 - 8:36

Dans URSSAF, vous avez URSS …!

Répondre
GHUS 2 décembre 2022 - 11:06

Comment ce transfert a-t-il été possible ? A-t-il fait l’objet d’un texte voté à l’assemblée nationale puis au sénat avec l’aval des députés/sénateurs de droite ou d’un 49.3 ? Le CAdm de la Cipav a-t-il autorisé ce transfert ? Y a-t-il un recours juridique possible pour faire annuler ce transfert ? Y a-t-il eu d’autres caisses de retraite qui ont subi ce détournement ? Les fonds ainsi récupérés par l’Urssaf vont-ils être fondus dans la masse du déficit ou vont-ils continuer d’être gérés de manière autonome ? Tout cela me laisse perplexe et me fait craindre le pire pour les excédents de l’Agirc et de l’Arrco.
Quand un Etat doit faire face à un tel déficit budgétaire, un tel niveau d’endettement et un tel niveau d’imposition, il n’a plus que 2 solutions : voler ce qui ne lui appartient pas ou se déclarer dans l’incapacité de rembourser ses dettes. Cela ne vous rappelle-t-il pas les préconisations de la NUPES ?

Répondre
Laurent46 2 décembre 2022 - 4:17

Il y a de longues années déjà que l’Etat cherche à mettre ma main sur la Cipav. Voilà chose faite, le tour des autres viendra aussi. Il faut bien financer les retraites des fonctionnaires pour lesquels l’Etat n’a jamais cotisé.
On parle souvent du nombre impressionnant de fonctionnaires à la charge de l’Etat en oubliant les retraités, car actifs ou retraités c’est toujours le contribuable qui paye et faite le compte si vous pouvez d’autant qu’il y a aussi beaucoup de gros, très gros revenus. Qui peut se permettre cela ? le bout du tunnel n’est pas pour demain.

Répondre
Picot 2 décembre 2022 - 5:46

C »est ainsi qu’on tue les professions libérales. En Macronie, un régime parfaitement socialiste pour ne pas dire plus, on n’aime pas le mot libéral qui veut dire liberté. Catastrophe en vue pour presque tous les retraités du privé. Pas du public.

Répondre
Astérix 7 décembre 2022 - 6:47

En parfait accord PICOT !

Répondre
Duhamel 2 décembre 2022 - 7:00

Et avec tout ça le scandale de la réforme des retraites qui va s’appliquer au Privé mais pas question d’aligner lesfonctionnaires sur le Privé : les SNCF , EDF et autres services ,gardent leurs privilèges sans même l’obligation de travailler 35 h .A quand une privatisation par région ???????? OU EST L’ÉGALITÉ RÉPUBLICAINE ?

Répondre
A 4 décembre 2022 - 11:04

Bonjour.
Pourquoi écrivez-vous que cela n’a pas plu au gouvernement que la cipav soit bien gérée ?
Cordialement.

Répondre

Laissez un commentaire