Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’Office des mineurs ou quand l’Etat méprise l’initiative privée qui marche

L’Office des mineurs ou quand l’Etat méprise l’initiative privée qui marche

par
1 400 vues

Le décret n° 2023-829 du 29 août 2023 nous apprend que le gouvernement a décidé la création d’un office central dénommé « Office mineurs » (OFMIN), rattaché au ministère de l’Intérieur et des Outre-mer (et plus précisément aux directions générales de la police nationale et de la police judiciaire). Il serait opérationnel dès la fin septembre. Selon le décret, « Cet office exerce ses missions en lien avec les services du ministère chargé de l’enfance, du ministère chargé de la jeunesse, du ministère de l’intérieur, du ministère de la justice, du ministère des affaires étrangères, du ministère chargé de l’éducation nationale, du ministère chargé de la santé, et du ministère chargé des sports. » Il est une « réponse à la hausse des atteintes faites aux mineurs. Il sera compétent en matière de lutte contre les infractions commises à l’encontre de mineurs ».

Tout cela paraît pavé de bonnes intentions même s’il faut toujours se méfier des créations d’organismes publics dans un pays comme la France, qui étouffe sous le poids de l’administration. De plus, l’utilité de ces « machins administratifs » ne saute pas aux yeux et bon nombre d’entre eux sont régulièrement épinglés dans les rapports de la Cour des comptes. A peine annoncé, cet Office des mineurs a précisément déclenché une forte réaction de la part de Martine Brousse, la présidente de… La Voix de l’Enfant dont les missions sont exactement les mêmes. Il s’agit d’une association créée en 1981, devenue une véritable fédération de 82 associations présentes dans 80 pays. Elle travaille avec un vaste réseau de tous les professionnels concernés, bénévoles, éducateurs, pédiatres, pédopsychiatres, policiers… Autant dire qu’elle a de l’expérience dans la protection des mineurs. Or, lors d’une interview sur France Info, Mme Brousse s’est plus que vivement étonnée : « Nous n’avons même pas été consultés ! » Elle ne sait pas sur quelles bases cet office a été créé, elle ne sait rien sur la manière dont il va être géré. Elle déplore que Gérald Darmanin ne se soit pas manifesté (« C’est la première fois depuis plus de 40 ans de la Voix de l’Enfant qu’un ministre de l’Intérieur ne reçoit pas des professionnels qui travaillent au quotidien » sur le sujet). Elle s’agace visiblement beaucoup de ce que l’on ne cherche pas, avant tout, à profiter de l’expérience de ceux qui depuis des années, accomplissent des choses formidables et qui fonctionnent, à les soutenir, à renforcer leur action, apporter des idées nouvelles.  Elle se demande s’il ne s’agit pas surtout d’annonces «  qui sont faites sans tenir compte de la réalité du terrain. Il n’y a pas de politique cohérente et interministérielle sur la question des violences sur mineurs. »

Une fois de plus, l’Etat veut à toute force se substituer au privé. Réflexe habituel dans notre pays, qui nous semble manifester un insupportable mépris envers tous ceux qui font preuve d’esprit d’initiative, de dévouement sans bornes et qui, par-dessus le marché, réussissent ! Au lieu de s’en inspirer, l’Etat préfère gaspiller l’argent des contribuables et créer des postes de fonctionnaires dont l’implication dans cette cause très noble – la protection des mineurs – n’égalera   jamais celle des bénévoles et des employés d’une association privée qui existe depuis plus de 40 ans.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

6 commentaires

Picot 9 septembre 2023 - 8:24

Et oui. Tout ce qui est libéral ou privé doit disparaître dans notre beau pays dirigé par des »élites », lesquelles sont atteintes d’une grave crise d’urticaire dès que le mot LIBERTÉ est prononcé. L’État veut tout contrôler, absolument tout. Un autre exemple : la mise à mort en cours de la médecine libérale, enfin ce qu’il en reste. Bientôt nous n’aurons plus que des Centres de Santé, avec des professionnels salariés, donc aux ordres.

Répondre
LOUIS 9 septembre 2023 - 8:28

Au train où vont les choses, on peut soupçonner que cet office « protégera » les mineurs façon mafia !

Répondre
Brignone 9 septembre 2023 - 8:51

C’est effectivement pour casser tout ce que fait le privé et de plus pour mettre encore un « copain ou copine » à la tête de ce ministère;
et un ministre de plus, je me demande comment vont faire tous les ministères concernés pour s’entendre
De plus j’espère q’il ne vont pas mettre à la tête de ce ministère un pédophile!

Répondre
Bruno GERMAIN 9 septembre 2023 - 9:16

Comme l’aurait sans doute dit Claude ALLÈGRE :
QUAND VA-T-ON ENFIN DEGRAISSER LE MAMMOUTH DE CETTE ADMINISTRATION FRANÇAISE !!!!!
Tous ces fonctionnaires aveugles, suffisants et parfaitement inutiles se complaisent tellement derrière leur bureau doré !
A l’inverse de TALLEYRAND qui se disait avec pertinence et intelligence :
« Quand je me regarde, je me désole, quand je me compare je me console ».
EUX, devraient se dire : « Quand je me regarde, que je suis beau ! et quand je me compare, quel sot : »

Répondre
palef 9 septembre 2023 - 10:16

Il ne manque plus que la même gabegie « infantilisante » soit installée au niveau européen…

Répondre
Eddy K 17 septembre 2023 - 8:13

Cela pourrait être un organisme immigrationniste, chargé de favoriser les MNA, « mineurs » ou censés l’être ?

Répondre