Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

Journal des Libertes
anglais
Accueil » Les bonnes nouvelles malgré tout du second tour

Les bonnes nouvelles malgré tout du second tour

par
1 174 vues

On aura été consterné par la campagne électorale et par les résultats du second tour. Toutefois, l’observateur peut trouver des motifs de satisfaction à l’issue de la journée du 7 juillet, sans pour autant se transformer en Pangloss.

  • Ouf, ils sont battus !

Nous avions dénoncé la sortie du président des Jeunes Républicains contre le libre-échange en décembre dernier. Elle ne lui a pas porté chance. Guilhem Carayon s’est depuis présenté sur la liste LR des élections européennes, sans succès, avant de suivre Eric Ciotti dans sa collaboration avec le Rassemblement national. Candidat aux élections législatives dans le Tarn, il a cette fois mordu la poussière face au macroniste. Il pourra méditer le fait que la droite a besoin de candidats aguerris et aux forts principes si elle entend vraiment se redresser.

Raphaël Arnault, le candidat LFI parachuté dans le Vaucluse et particulièrement controversé, a certes été élu. Mais les députés sortants LFI n’ont pas tous connu le succès. Ainsi, Rachel Keke, qui avait brandi récemment un drapeau palestinien au Palais-Bourbon, seul fait de gloire de son mandat, est éjectée de l’Assemblée. Mais surtout, nous éviterons les provocations de Philippe Poutou, gréviste professionnel, parachuté (un de plus !) dans l’Aude, et qui a nettement perdu face au candidat du Rassemblement National. Sans doute un complot du grand capital…

  • Heureusement, ils feront partie de la nouvelle Assemblée !

Le ministre délégué chargé du Logement, Guillaume Kasbarian, a été largement réélu devant le candidat RN en Eure-et-Loir ll s’agit du seul membre du Cabinet Attal qui se revendique du libéralisme et qui n’hésite pas à citer en exemple Hayek. Preuve que l’on peut être libéral et élu ou reconduit dans son mandat.

Enfin et surtout, François Hollande, dont on se plait à dire qu’il pourrait être un jour Président de la République (d’aucuns pensent qu’il l’aurait déjà été), a été élu en Corrèze, le département des immenses chefs de l’État, à la faveur d’une triangulaire. Il aura obtenu moins de la moitié des suffrages et il aura bénéficié du maintien du candidat LR face au RN. Une élection triomphale dans la ligne du personnage. Ses premières déclarations, dans lesquelles il s’est ingénié à prendre l’exact contrepied du discours triomphaliste de Jean-Luc Mélenchon, promettent. Ce chantre de l’humour, fût-il involontaire, va sûrement mettre de l’animation dans l’hémicycle…

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

4 commentaires

Jean-Aymar de Sékonla 10 juillet 2024 - 9:09

Comme vous, je vais regarder le bon côté des choses.
Et si une assemblée ingouvernable était une chance pour la France ?
– Plus de loi imbéciles sur des sujets mineurs débattues pendant des jours.
– Plus de 49.3 ?
– Plus de loi redondantes avec celles existantes et non appliquées.
– Plus de lois ne voyant jamais les decrets d’application.
– Plus de lois nuisibles au pays…
– Plus de discours débiles à supporter sans pouvoir réagir.
– Etc.
Un gouvernement au chômage ?… les français ne s’en apercevraient même pas!
…je penses même qu’ils s’en porteraient mieux!

Répondre
gillet 10 juillet 2024 - 9:58

C’est stupéfiant que les électeurs on votés en majorité pour La France Inculte!

Répondre
J.C. BOUTE 10 juillet 2024 - 12:12

Des motifs de satisfaction ? Merci de préciser lesquels !

Répondre
CLEMENT 10 juillet 2024 - 12:14

Au moins, vous avez gardé votre humour…

Répondre