Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le serpent de mer du vote à 16 ans resurgit

Le serpent de mer du vote à 16 ans resurgit

par
438 vues

Désespérée par les sondages, la tête de liste écologiste aux élections européennes n’a rien trouvé de mieux que de proposer d’abaisser la majorité électorale à 16 ans.

Ce faisant, Marie Toussaint singe une nouvelle fois le programme des Insoumis puisque les députés LFI avaient déjà déposé le 25 août 2020 une proposition de loi (n° 3294) pour entre autres « instaurer le vote dès seize ans ». L’année précédente, Emmanuel Macron avait déclaré qu’il n’était pas fermé à l’idée d’abaisser la majorité électorale et, lors de la campagne présidentielle de 2022, la gauche et l’extrême gauche avaient mentionné le vote à 16 ans par un tir groupé dans leurs programmes.

Toujours à la pointe du progrès, Anne Hidalgo avait même proposé aux jeunes d’être éligibles. « Notre-Drame de Paris » argüait de manière stupéfiante que le droit de vote à 16 ans permettrait de « prendre conscience de ce que cela signifie d’être dépendant des autres » ! L’absence de vote des plus jeunes (comme des surmulots) avait d’ailleurs été fatale aux espérances de l’immense candidate…

La volonté réitérée du spectre politique de gauche et d’extrême gauche d’abaisser la majorité électorale se comprend. A l’image du vote des étrangers extra-communautaires aux élections locales, autre serpent de mer, les hommes politiques de ce bord croient pouvoir bénéficier des voix des personnes les plus influençables. Pour paraphraser Oscar Wilde, ne pas être écologiste à 20 ans, c’est ne pas avoir de cœur, être écologiste à 40 ans, c’est ne pas avoir de tête…

« Formés » par des enseignants du secteur public largement « progressistes » selon un programme obligatoire qui ne l’est pas moins, ignorants de la « vraie vie », beaucoup d’adolescents seraient une proie facile pour les démagogues. Quant au fait d’élire des individus très jeunes, à tout le moins aux élections nationales comme malheureusement c’est parfois le cas aujourd’hui avec des parlementaires de moins de 25 ans, c’est inciter aux carrières d’hommes politiques professionnels, nourris par les contribuables et déconnectés des réalités du monde du travail.

Il est vrai que plusieurs pays européens ont abaissé la majorité électorale, ne serait-ce que pour les élections locales. Il est également possible de voter dès l’âge de 16 ans dans les grands pays démocratiques que sont Cuba ou le Nicaragua, ainsi que le rappelait benoîtement la proposition de loi précitée des députés LFI…

La question de l’âge du droit de vote (pourquoi 18 ans plutôt que 16 ou 20 ?), il ne faut pas l’oublier, pose celle de la majorité pénale. Mais il n’est pas sûr que les écologistes s’en rendent compte…

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Laissez un commentaire

4 commentaires

Roven 8 juin 2024 - 7:47

Les bambins qui nous gouvernent cherchent des copains de récré !
Une fuite en avant à la recherche des voix qui leur manque de plus en plus mais qui risquerait, comme nombre des mesures stupides qu’ils affectionnent, de contribuer à la dégradation continue de notre pays.
Peut-t-on espérer encore que que les citoyens redeviennent sensés et cessent de voter pour des idéologues amateurs complètement hors sol ?

Répondre
Alain CASTEL 8 juin 2024 - 10:33

Pourquoi ne parlez-vous jamais du Vote Obligatoire, qui mettrait le Citoyen conscient d’être l’acteur de base de notre démocratie et les référendums incontestables. Nos Droits devraient être assujettis au moins à ce Premier Devoir, nous n’avons plus rien qui fait Nation. Merci pour votre réponse.

Répondre
Nicolas Lecaussin 10 juin 2024 - 10:56

Nous ne sommes pas pour le vote obligatoire ! Quand l’offre politique n’est pas bonne, le citoyen est libre de ne pas acheter.

Répondre
Albatros 13 juin 2024 - 1:47

Macron comme Attal sont des « bébés Ena-Sciences-Po ». En témoignent leurs « prestations » audiovisuelles qui ressemblent à des oraux potassés les nuits qui les précèdent. Ce sont des singes savants, sans doute très doués mais dépourvus d’épaisseur voire d’humanité.
Le très long monologue de Macron justifiant la dissolution ne dément pas le constat : il a dû être écrit en solitaire, en toute absence de vergogne et d’humilité.
La production de ce genre de personnages semble être devenue une spécialité française qui devrait être réservée à l’export.
Courage à tous et grand merci à l’IREF pour son existence.

Répondre