Accueil » Le gaz américain au secours de l’Europe

Le gaz américain au secours de l’Europe

par Nicolas Lecaussin

Si les troupes de Poutine attaquent l’Ukraine et si les Européens réagissent, il est fort probable que l’autocrate de Moscou coupe le robinet du gaz. Certes, la Russie sera privée d’importantes rentrées d’argent, mais surtout plusieurs pays européens seront confrontés à une pénurie de gaz dont le prix a déjà explosé. Pour éviter une catastrophe énergétique, les exportations américaines de gaz naturel liquéfié viennent au secours de l’Europe. Le Wall Street Journal précise que samedi dernier, les sept terminaux d’exportation de GNL (gaz naturel liquéfié) américains avaient des navires amarrés, chargés et prêts à se diriger vers l’Europe.

La demande de gaz américain a été si importante que le chargement a atteint un record de 13,3 milliards de m3 aux terminaux d’exportation de GNL. L’administration en charge du contrôle a même fermé les yeux en laissant les bateaux se remplir à l’usine de Calcasieu Pass en Louisiane, qui est toujours en construction. Sur les quelque 60 méthaniers américains, plus des deux tiers se dirigent déjà vers l’Europe.

Les prix du gaz naturel ont grimpé en flèche sur le continent à cause des pénuries d’approvisionnement hivernales et des menaces de la Russie. Les exportations américaines de gaz sont vitales pour une Europe si vulnérable du point de vue énergétique.

You may also like

13 commentaires

gvans 15 février 2022 - 4:04

Pourquoi ne se pose t on pas la question simple : Et si la crise n’avait tout simplement comme but de remplacer le gaz Russe en Europe par du Gaz Américain ? Simple concurrence économique et élimination d’un concurrent commercial ? Aux Européens, du moins à ceux qui ne sont pas vendus au Capitalisme Américain, de réagir en refusant de suivre les USA !

Répondre
Nicolas Lecaussin 15 février 2022 - 9:33

Donc les Américains ont demandé à Poutine d’attaquer l’Ukraine pour qu’il perde le marché du gaz au profit des Américains !!!! Heureusement que les Américains sont là !

Répondre
JR 15 février 2022 - 8:43

Bonjour, je dirais le contraire, la crise organisée par Poutine fait monter les prix du gaz russe que tout le monde s’arrache. Chaque jour la Russie augmente sa balance commerciale en vendant plus cher son précieux gaz. Je pense que le maître mot est de conserver le sang froid. Cependant, nous avons une épine dans le pied avec nos fameux éscrolojadotistes qui brident notre politique énergétique en l’inféodant à l’idéologie ruineuse et inutile de l’expression à la mode « la décarbonation… » qui est un non sens économique, écologique, scientifique, industriel et humanitaire. Cela étant dit, il faudrait là aussi arrêter de faire la morale à Poutine et nous devrions privilégier les affaires et les échanges. Aussi rien ne nous empêche (sinon une loi liberticide) de relancer les recherches et l’exploitations de nos ressources. Merci. Bien à vous

Répondre
jozon 15 février 2022 - 5:06

Bonjour. Les oligarques US et d’Europe sont de grands malades, ils vendent la vie des gens contre une poignee d’or pareil à Juda. Pour la presse schizophrene leur etat de nuire n’est plus à demontrer. Il serait pas mieux de dire au US de balayer chez eux le monde n’a pas besoin de Sherif…..!

Répondre
Nicolas Lecaussin 15 février 2022 - 9:31

Si, heureusement qu’ils sont là sinon on serait sous les Russes et les Chinois !

Répondre
JR 15 février 2022 - 3:39

Bonjour Jozon, aussi, il eut été préférable que notre « zozo.com » de président de service, rappelons-le, élu grâce à trois costumes gratuits, s’abstienne de vouloir dispenser la morale au monde entier. En premier lieu, il serait bien avisé de rétablir les libertés en France, avant tout autres considérations sur les agissements des uns ou des autres. En d’autres termes, si seulement nous avions un président qui défend les intérêts de notre pays, à l’instar de Donald Trump par exemple, dans ce cas il serait déjà en train de rechercher du gaz et du pétrole sur nos terres.
Il est certain qu’avec Pompili l’hystéroclimatique de service, nous avons le temps de greloter. Mais au fait, pourquoi greloterions-nous, puisque TF1, BFMTV et la presse subventionnée par les contribuables aux ordres d’une idéologie gauchiste, nous rabâchent à l’indécence, du matin au soir que le climat se réchauffe pour cause anthropique ? Vous savez la fameuse molécule rare et bienfaisante de C02, qui en passant de 0,03 % à 0,04 % en 170 ans aurait des vertus tantôt échauffante, tantôt refroidissante, selon la taxe du moment à tenter de justifier… Merci. Bien à vous

Répondre
Mazurier 15 février 2022 - 7:05

On peut donc penser qu’une guerre en Ukraine est une aubaine pour les américains leur permettant de vendre leur gaz en Europe

Répondre
Nicolas Lecaussin 15 février 2022 - 9:29

Ils le vendent parce que l’Europe en a besoin

Répondre
Christian 15 février 2022 - 8:26

Poutine a déjà fermé une grande partie du robinet de gaz de Sibérie et sur les deux principaux gazoducs. Depuis deux mois, ils ne débitent que la moitié de leurs capacités. Les stocks en Europe sont à zéro.
Les Américains envoient du gaz liquéfié en Europe non par bonté de sentiments, mais parce qu’ils peuvent le vendre quatre fois plus cher. Très peu de bateaux pourront décharger sur un terminal méthanier. Il faut des installations spécifiques pour stocker le gaz à -160° et pour le regazéifier progressivement en fonction des besoins du réseau. Plus de 12 heures sont nécessaires pour décharger le bateau. Il faut aussi artificiellement odoriser le gaz. La France ne dispose que de quatre terminaux. Et ces installations sont déjà totalement utilisées. L’Italie en possède deux, la Belgique une. Elles sont toutes occupés à cent pour cent. Donc il ne sera pas possible de décharger plus de gaz.
L’Europe grelottera. Heureusement, l’hiver n’est pas trop froid.

Ceci démontre que les installations énergétiques sont des installations lourdes, à fort investissement.. On ne peut pas improviser du jour au lendemain une transition énergétique, ni fabriquer d’un claquement de doigts, un nouveau réseau d’acheminement..

Répondre
JR 15 février 2022 - 3:19

Bonjour Christian, la France pourrait aussi relancer ses recherches et ses exploitations de gaz et de pétrole, notre sous-sol en regorge. J’entends déjà les Escrolojadotistes « mais comment, vous ni pensez pas,… » . La réponse est limpide et sans appel; Il est plus efficient, moins polluant et bon pour l’emploi, d’exploiter à demeure les ressources dont nous avons besoin. Considérant que même avec les miracles que les investisseurs éscrologistes nous promettent, nous aurons toujours besoin d’un minimum de pétrole et de gaz, autant l’exploiter sur place. Cela étant dit, cela fait un moment que les réalistes énergétiques tirent la sonnette d’alarme. Nous payons très chers nos abscondes décisions stratégiques, ou plutôt nos décisions résultants des escrocs climatiques et des idéologues religieux. Si vous voyez un écolo, dites-lui de payer le surcoût de vos factures énergétiques. Merci. Bien à vous

Répondre
François 15 février 2022 - 2:00

Pour la consommation de la Belgique (qui possède le plus important port méthanier d’Europe, Zeebruges), le gaz russe ne représente que 4 %, ce qui est négligeable.
Pourquoi la France serait-elle incapable de ce que fait notre voisine belge?
Passez de 4 % à 0 % se ferait sans douleur en Belgique, qu’en serait-il de la France si elle devait passer à 0 % de gaz russe?

Répondre
JR 15 février 2022 - 3:54

Bonjour, c’est bien ce qui manque que nos élites (ou traitent) autoproclamées, de l’audace et le sens des affaires pour le pays. Au lieu de cela, ils préfèrent distiller des leçons de morale à la terre entière et inventer des impôts nouveaux à foison, la France, le pays aux mille taxes & impôts.
Clemenceau ne disait-il pas « La France est un pays extrêmement fertile; on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts » et depuis….c’est rien de le dire ! Merci. Bien à vous

Répondre
Christian 15 février 2022 - 4:50

Bonjour, François, La Belgique importe effectivement son gaz de la mer du Nord (Royaume-Uni et Norvège). La France peut-elle se passer du gaz russe, 20 % de ses importations ? Oui en achetant du gaz de la mer du Nord, ou des Pays bas… en concurrence avec la Belgique ; ce qui ferait monter les prix ! Nous devons remercier nos amis belges d’avoir augmenté leur production de nucléaire de 50 %, cet hiver, grâce à une forte disponibilité de leurs centrales, pour exporter en France. Mais ils doivent voter en mars 2022 la sortie ou non du nucléaire… qu’ils devront alors remplacer par le couple infernal éolien et gaz russe ! La production de la mer du Nord n’est pas extensible à l’infini. Les prix pourraient le devenir.

Répondre

Laissez un commentaire