Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’Assemblée nationale pour l’implantation d’éoliennes, mais uniquement dans les zones…prédéterminées

L’Assemblée nationale pour l’implantation d’éoliennes, mais uniquement dans les zones…prédéterminées

par
561 vues

La question du droit de veto des maires pour l’implantations de projets éoliens n’en finit pas de déchaîner les passions au Parlement. D’abord avancée par les sénateurs du groupe LR et votée en commission, la proposition avait été rejetée au profit d’un compromis consistant en une planification territoriale où maires et président d’EPCI auraient défini les zones pouvant accueillir des installations productrices d’énergies renouvelables, sans pouvoir s’opposer à la réalisation des projets une fois ce zonage effectué.

Ce dispositif complexe a subi les pressions du groupe LR de l’Assemblée nationale, qui cherche à marchander son soutien au texte mais dont les amendements, comme ceux qui visent à interdire l’implantation d’éoliennes à proximité des sites historiques ou en dehors des zones d’accélération validés par les maires, ont été mis en échec.

De fait, même si le zonage des maires sera considéré comme un critère prioritaire lors des appels d’offres publics, des éoliennes pourront quand même être implantées en dehors.

Le vote de la loi devrait être explosif et émaillé de surprises : une majorité de circonstance avec le PS (qui a déjà annoncé qu’il voterait le projet de loi) et les écologistes les plus modérés devrait se mettre en place, à condition de bénéficier, a minima, de l’abstention du groupe France insoumise. Rien n’est, pour l’heure, gravé dans le marbre et l’on pourrait également assister à une coalition LR-majorité plus classique.

Même si le texte, en l’état, donne des armes aux collectivités pour freiner l’implantation de projets éoliens, il ne constitue en rien un règlement du problème des nuisances des éoliennes terrestres et maritimes. Rappelons que 61% des Français demeurent favorables à un moratoire sur la question d’une énergie en voie d’obsolescence, qui a néanmoins été choisie comme un pilier du futur mix énergétique français.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

JR 13 décembre 2022 - 8:01

Bonjour, la France est formidable de talent, il faut désormais régler un problème qui a été créé de toute pièce: https://climatetverite.net/2022/12/12/fabien-bougle-les-gouvernants-sont-completement-soumis-au-lobby-eolien/ . Espérons que la commission d’enquête désigne les coupables de cette gabegie qui profite exclusivement aux puissances étrangères, qui entraine le déclin de la France et le déclassement des Français. Ce gouvernement parodique, plus préoccupé à planter des panneaux 80 km/h dans nos paisibles campagnes (ayant déclenchée la crise dite des GJ, ayant durée 18 mois), plutôt que de poursuivre une stratégie énergétique initiée par De Gaulle et mise en place par Giscard, c’était le plan Messmer de 1974. Hollande, puis Macron et ses complices à brassards verdâtres ont eux plaisir à déconstruire cette fabuleuse politique nucléaire, avec entre autres, la trahison de Voynet: https://climatetverite.net/2022/12/12/dominique-voynet-raconte-comment-elle-a-saborde-le-nucleaire-francais-a-bruxelles/ Merci. Bien à vous

Répondre
Dupond 13 décembre 2022 - 8:08

En espérant que les citoyens vont se réveiller pour arrêter cette folie des énergies renouvelables intermittentes .
Le nombre d’élus absents pour les votes est scandaleux . C’est la population ruinée qui paie leur idéologie de destruction de l’activité économique

Répondre
JR 13 décembre 2022 - 2:12

Bonjour Dupond, et oui, pourtant notre consommation est métronomique depuis 15 ans: https://www.climato-realistes.fr/prevoir-la-demande-future-delectricite/ Ne laissons pas les idéologues néo-religieux carbo-climatique et les macronistes jouer à la roulette Russe avec notre économie. Merci. Bien à vous

Répondre
Astérix 19 décembre 2022 - 8:34

Les députés, une fois élus, se contentent de percevoir leurs grasses rémunérations et ne font plus rien sauf parler pour ne rien dire ! Dès lors, le peuple doit reprendre la main en imposant l’inscription dans la constitution des référendums obligatoires.

Répondre

Laissez un commentaire