Accueil » La Chine veut installer une base navale au Cambodge

La Chine veut installer une base navale au Cambodge

par Benoît Chrétien

Mercredi 8 juin, l’ambassadeur chinois au Cambodge a présidé la cérémonie d’inauguration de ce qui n’est officiellement qu’une extension de la base navale cambodgienne de Ream, dans le Golfe de Thaïlande. Cette cérémonie d’apparence banale ne l’est pas aux yeux des Etats-Unis, de l’Australie et d’autres pays de la région, inquiets du développement d’un réseau de bases militaires chinoises dans le monde.

A entendre le porte-parole du gouvernement cambodgien, Phay Siphan, l’inquiétude de ces pays serait tout à fait démesurée puisque ces travaux n’ont pour but que de permettre la réparation de navires et s’inscrivent dans une simple « coopération entre la Chine et le Cambodge ». Les officiels cambodgiens ne manquent d’ailleurs pas de répéter que l’accueil de toute puissance militaire étrangère est interdit par leur Constitution. Le porte-parole chinois du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, tente, lui aussi, d’apaiser les esprits en affirmant que cette extension renforcera l’armée du Cambodge dans sa lutte contre le crime maritime.

Pourtant, et c’est ce qu’affirme le Washington Post qui cite un officiel chinois, la Chine serait bien le destinataire quasi exclusif de cette extension dont le but est d’accueillir des navires plus imposants qu’auparavant. Le think tank américain Center for Strategic and International Studies disposerait de photos satellite le prouvant. D’ailleurs la stratégie maritime de la Chine laisse peu de place au doute. La Chine cherche à sécuriser un peu plus ses routes maritimes dans une zone où le trafic mondial est extrêmement dense, non loin du détroit de Malacca. Au nez et à la barbe de Barack Obama, les Chinois étaient parvenus à occuper les îles Paracels qu’ils avaient artificiellement transformées pour accueillir des navires de guerre. L’Armée populaire de Libération est aussi présente à Djibouti et lorgne sur l’Afrique de l’Ouest et les îles Salomon avec lesquelles la Chine a récemment signé un accord de sécurité.

Le développement de la puissance maritime chinoise – construction de tout un réseau de bases militaires le long des voies navigables stratégiques et explosion du nombre et de la qualité des de ses navires de guerre – a de quoi inquiéter, même s’il se fait de façon très discrète.  Le processus, en effet, accompagne les discours aux relents belliqueux de Xi Jinping sur la revendication de certains territoires ou le recouvrement d’une puissance retrouvée.

You may also like

3 commentaires

montesquieu 9 juin 2022 - 6:00

Le Cambodge et son régime très anti démocratique est vraiment le pays malade de l’ex Indochine. Il est vrai qu’il ne vit que de la charité mondiale permettant à ses dirigeants de vivre comme des nababs vu le nombre de Rolls, Ferrari et autres véhicules circulant dans sa capitale!

Répondre
JLR 9 juin 2022 - 7:29

On s’étonnera qu’ils ne l’aient pas fait plus tôt : le Cambodge est, de fait, une colonie chinoise. Et quand on voit ce qu’ils ont fait de Sihanoukville dont les locaux ont quasiment été expulsés, ça fait froid dans le dos.

Répondre
REMI 9 juin 2022 - 12:24

Ce n’est qu’un début… Et l’Europe constate, muette en attendant béatement les suites…..Là et ailleurs…

Répondre

Laissez un commentaire