Accueil » Greenpeace, la vérité éclate enfin

Greenpeace, la vérité éclate enfin

par François Turenne

Le Point a publié le 21 juillet une enquête détonante et troublante sur la plus connue des ONG environnementales, Greenpeace. Le premier enseignement est que Greenpeace ne s’implique pas concrètement dans la défense de l’environnement. Les dépenses en faveur de la protection de la biodiversité et de la nature ne représentent qu’une part minimale des dépenses totales de l’ONG, loin derrière les dépenses de communication.

Second enseignement : si l’ONG se bat contre le nucléaire, le pétrole ou le charbon, elle se bat beaucoup moins contre le gaz, une énergie fossile plus polluante que le nucléaire. L’enquête montre que Greenpeace Germany a exercé de nombreuses pressions sur les politiques allemands pour les encourager à fermer les centrales nucléaires et à construire de nouvelles centrales à gaz. D’ailleurs, Greenpeace a créé une filiale, Greenpeace Energy, qui commercialise du gaz en Allemagne. Officiellement, il s’agit de gaz vert. En réalité, la part de gaz vert atteint moins de 1% de l’offre. Idem en France, la coopérative Enercoop, fondée par Greenpeace et d’autres ONG, fournit de l’électricité à plusieurs milliers de ménages. Face aux hausses des tarifs de l’électricité, la coopérative a demandé sans états d’âme à pouvoir bénéficier de l’ARENH (Accès régulé à l’énergie nucléaire historique). Quelle ironie pour une ONG si opposée au nucléaire !

Troisième enseignement : sur le volet des financements, l’ONG revendique 3 millions de petits donateurs. La réalité est moins reluisante puisqu’elle est très dépendante des financements de grandes fondations, adossées à de grands groupes comme Coca-Cola, HP ou Goldman Sachs – dont une partie des actifs est investie dans le gaz naturel. Les journalistes du Point soupçonnent Greenpeace d’avoir bénéficié de financements de la part de Gazprom pour influencer les politiques énergétiques allemande et européenne.

Enfin, Greenpeace tente de se construire une image de sérieux en publiant des rapports prétendument scientifiques en lien avec des think tanks comme Négawatt. En réalité, l’ONG joue sur l’alarmisme de ses rapports, bourrés d’inexactitudes et de fausses informations, pour récolter des fonds et mobiliser les militants.

L’enquête du Point corrobore ce que l’Iref et plusieurs journalistes dénoncent depuis des années, à savoir que Greenpeace est une ONG de lobbying dûment financée pour porter des intérêts pas toujours liés à la défense de l’environnement.

Vous pouvez aussi aimer

10 commentaires

Laurent46 22 juillet 2022 - 5:38

Il falait attendre aussi longtemps pour qu’un média se rende compte de cette ignoble ONG ? La grande majorité des ONG ne sert qu’à faire de grosses rentes sans trop se fatiguer et sans aucune responsabilité à quelques individus.

Répondre
Broussard Christian 22 juillet 2022 - 5:39

Qui cela étonnera-t-il encore ?

Répondre
Almaviva 22 juillet 2022 - 6:59

Le rôle néfaste de cette prétendue ONG est parfaitement défini dans ce reportage. Merci de ces informations qui devraient être largement diffusée !

Répondre
montesquieu 22 juillet 2022 - 7:45

Qui n’a jamais douté que Greenpeace n’était pas « clean »?
Ne serait ce que ses actions contre les essais nucléaires qui n’étaient jamais contre les USA!
Les ONG ne sont pas toute, loin de là, vertueuses!

Répondre
Nicolas Lecaussin 22 juillet 2022 - 7:53

C’était justement contre les USA, ce n’est jamais contre la Russie et la Chine qui les financent..depuis l’URSS

Répondre
Lajoie Alain 22 juillet 2022 - 1:00

Vous avez entièrement raison: Aussi au Canada la mafia verte ( Greenpeace) est financée par de grosses compagnies et des pays comme la Russie et la Chine et leurs travaux pour protéger l’environnement ne sont pas leurs priorités.

Répondre
PAL 22 juillet 2022 - 3:11

Lire: « Confessions d’un repenti de Greenpeace » par Patrick Moore (cofondateur de l’ONG)

Répondre
u 22 juillet 2022 - 6:51

Déjà Mitterrand (que j’exècre), à l’époque (à propos d’une histoire de bateau qui m’avait beaucoup fait rire), avait vu juste et pourtant tout le monde lui est tombé dessus et le fond de l’histoire enterrée. Comme d’hab’, je dirais …

Répondre
Emile 22 juillet 2022 - 7:02

Les Grünen allemands étaient financés par l Allemagne de l EST ! Dany le Rouquin en sait quelque chose ! La guerre contre le Nucleaire Francais faisait trois gagnats les USA qui maintenait la,pression ,et la politique Allemande malgré la dependance reçente de la RUSSIE : les Verts preferent avoir tort avec le Charbon que Raison avec le Nucleaire et aussi profiter des tarifs de l électricité francaise a l Arehn avec un gouvernement d amacretin qui applique la débilité de ka CRE qui revend a EdF son électricité au prix DU MARCHÉ INDEXE SUR LE GAZ ! Et Agnes la Tristesse vous explique que le gvt a fait pression sur EDF dans l interet du pouvoir d achar des Francais ! Et le cretinisme ne meme temps Nationalise peut etre a bon essiant une dette de 66 Milliards + 6 lies a l operation decrite ! L ETAT nexiste pas ! C est ton travail ta Valeur ajoutee tes taxes ta TVA ! Ça ne suffisait pas d evendre les Arabelles au ricains pour les racheter apres ! Mais pourquoi allez vous voter ! Arretez allez a la peche , sans ardillon !

Répondre
Kapetanovic 23 juillet 2022 - 5:25

C’est presque étonnant que les journaux enquêtent encore… Il sera intéressant de voir comment cela sera commenté par la presse subventionnée et par les chaînes TV. Votre article du WSJ sur le vol des céréales ukrainiennes par les russes n’a pas été beaucoup commenté par ces médias ! A suivre…

Répondre

Laissez un commentaire