Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Plus de 90 % des directeurs d’hôpitaux en Allemagne sont des chefs d’entreprise

Plus de 90 % des directeurs d’hôpitaux en Allemagne sont des chefs d’entreprise

par
264 vues

Les différences entre l’Allemagne et la France concernant le nombre de morts dû au coronavirus continuent à étonner. Le 5 avril, il y avait en Allemagne un ratio 17 morts/1 million d’habitants contre 116 en France, pour 96 000 cas en Allemagne et 90 000 en France. Pourquoi ?

Dans un article récent, nous avions insisté sur le poids de la bureaucratie en France, l’une des causes indéniables des difficultés à lancer toute procédure d’urgence. Une autre explication est liée à la gestion des hôpitaux allemands. Plus de 90 % de leurs directeurs sont de vrais chefs d’entreprise et non pas des médecins. Ce sont des managers, ils gèrent l’hôpital comme une société qui doit obtenir des résultats.

C’est la raison pour laquelle ils ont pu agir très vite, dès le milieu du mois de février, pour l’achat de matériel médical afin de faire face à l’épidémie. L’indépendance financière et la liberté managériale ont facilité la préparation rapide dans les hôpitaux. En France, les monstres bureaucratiques comme l’APHP (voir aussi le témoignage d’un ancien directeur) agissent au ralenti, sans aucune marge de manœuvre pour améliorer l’efficacité. Une preuve de plus que le système de santé devrait être géré à la manière du privé.

Vous pouvez aussi aimer

6 commentaires

Guy 9 avril 2020 - 4:53

Mal renseigné
Bonjour,
je sous cite : "Plus de 90 % de leurs directeurs sont de vrais chefs d’entreprise et non pas des médecins.".
En France aussi. Parce que je ne sais pas si vous savez, mais les médecins sont très rarement directeurs d'hôpitaux.
Et accessoirement, en Allemagne, d'autres facteurs, bien plus robustes expliquent la différence de réaction à la pandémie et surtout les meilleurs résultats.
Bonne continuation

Répondre
courdubra 11 avril 2020 - 11:14

Petit rectificatif
Monsieur Lecaussin, en France les directeurs d’hôpitaux ne sont pas médecins mais issus de l’Ecole d’administration de Rennes voire de l’ENA.

Répondre
Nicolas Lecaussin 11 avril 2020 - 11:47

Re : Petit rectificatif
C’est pire alors !
NL

Répondre
courdubra 11 avril 2020 - 12:51

Je ne sais si c’est pire, mais cela explique l’état de délabrement de nos hôpitaux publics, le privé et la médecine de vile que l’on a méprisé et exclu dès le début de la pandémie bénéficient d’une gestion beaucoup plus rigoureuse qui associe de vrais gestionnaires et des médecins. (J’ai travaillé 40 ans dans les hôpitaux publics).

Répondre
zelectron 11 avril 2020 - 11:59

Score macabre 5 à 1 au détriment de la France
Nicolas Lecaussin nous pond des billets d'un niveau d'exactitude exemplaire.

1) Et Macron pendant ce temps là fait tout ce qu'il peut pour nous faire accroire qu'il travaille, son cas est désespéré !

2) A comparer le sérieux d'un capitaine d'industrie à une larve de ponctionnaire le choix est aveuglant d'évidence . . .

Répondre
Martinie 5 mai 2020 - 9:39

Un tour de piste…
…et puis m’enfuir !
Retenu par la bureaucratie en 1990 pour un poste de Directeur, il m’a fallu 3 semaines pour prendre « mes jambes à mon cou » car déjà la santé était… bien administrée!
J’ai opté pour la vie ! Après quelques vicissitudes de même acabit, j’ai créé une SARL puis repris un hôtel-restaurant
Certes le fisc s’est toujours montré toujours plus gourmand et je ne parle pas ici de l’inspection du travail
La France, un pays de communisme soft

Répondre

Laissez un commentaire