Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les dérives de Bercy

Les dérives de Bercy

par
3 359 vues

« ERREUR INATTENDUE » ! C’est le nouveau message qu’affiche le site des impôts quand vous cliquez sur le petit œil qui permet en principe de voir le détail d’un document de votre messagerie DGFIP. Ce qui est parfaitement exact c’est que c’est inattendu ! C’est aussi assez peu explicite et encore moins utile si vous souhaitez comprendre ou résoudre d’éventuels problèmes fiscaux.

J’ai eu plusieurs fois affaire à lui cette année comme probablement nombre d’autres contribuables déboussolés par le calcul final de l’IRPP (sorti en octobre au lieu de fin juillet début août avec trois mois de retard lesquels ont créé de plus  des embouteillages sur la messagerie des impôts. J’avais également  des difficultés avec le règlement des taxes locales non prélevées que je n’arrivais pas à payer dans les délais sur le site.

Il est paru ces jours-ci un livre de Mr Jouyet « Est-ce bien nécessaire Monsieur le ministre » sur les difficultés de la « débureaucratisation » expliquant combien le prélèvement à la source était un succès[1]. Personnellement je le cherche encore et surtout en quoi ? Je m’occupais de mes impôts une fois par an autrefois et, mensualisé, répartissait sans problème les sorties financières tant à ma convenance, qu’au profit de l’État. Surtout je m’occupais de mes impôts que je comprenais à peu près une fois par an. Aujourd’hui je m’en occupe au mois de janvier (avance sur déduction) au printemps, déclaration générale, au mois de juillet août sur le calcul final et le complément de déduction (lequel ne s’est soldé pour moi cette année qu’en octobre) Et surtout, je n’y comprends plus rien, malgré l’aide d’un cabinet spécialisé, à laquelle je me suis résolu à faire appel. Mon estimation personnelle intuitive est qu’il y a plusieurs milliers de cases potentielles à remplir dans la seule déclaration d’IRPP sans compter celles de l’IFI et de la fiscalité locale.  Le résultat est ci-dessus et dans un déplacement physique aux impôts pour finalement remplir ses obligations. Comme conception de la réussite, c’est particulier.

Nonobstant cet état de fait, Bercy réalise des campagnes de promotion « publicitaires » à la limite de la malhonnêteté : la première a concerné l’ajustement des paliers de l’IRPP pour l’année prochaine laquelle serait un cadeau généreux de l’État au profit des contribuables ! Chacun d’entre nous allait « gagner » un petit dégrèvement et une sorte de bonus fiscal. À un détail près : l’administration oublie soigneusement de mentionner que à situation personnelle inchangée, l’inflation avec blocage des taux aurait engendré un « super profit » totalement indu pour l’administration. Il y a encore quelques assujettis qui se rappellent de nos performances inflationnistes des années 70 – 80 et des mécanismes d’ajustement qu’il fallait renouveler tous les ans. Accessoirement et curieusement, l’ajustement des seuils n’est pas annoncé sur l’IFI, ceci de plus depuis des années. Le résultat est que l’impôt dû sur un bien immobilier lambda a dû probablement presque doubler depuis la création de l’ISF.  Il n’est pas annoncé non plus sur les taxes locales qui pour la partie foncière vont augmenter en moyenne de 9,3 % dans les 200 plus grandes villes françaises dans une inflation difficilement contenue aux environs de 5 % ! Au passage un merci particulier à Mme Hidalgo, et nos condoléances aux propriétaires de résidences secondaires qui seront bientôt un luxe réservé aux  Américains ou Chinois, voire aux oligarques russes. Il n’empêche, Monsieur Macron a tenu ses promesses et a supprimé la taxe d’habitation, suppression mitée systématiquement par les exceptions. Plus d’un contribuable doit se retrouver aujourd’hui avec un total de taxes locales supérieur à l’exonération de taxe d’habitation dont il a pu bénéficier par ailleurs !

[1] Au milieu d’un océan d’impuissance

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

7 commentaires

Tourecanyan 2 novembre 2023 - 10:13

Un excellent résumé de la spoiliation hypocrite organisée envers les propriétaires et bailleurs par le gouvernement

Répondre
Le Corfec 2 novembre 2023 - 10:26

Jouyet principal responsable . Demandez a Mme Lebranchu charger de la simplification administrative . Il n a cesse.de lui mettre des batons et de la menacer .

Répondre
Dupond 2 novembre 2023 - 10:55

Ennarques et principaux élus, entreptises mondialées , associés pour spolier les français .
C’est juste dramatique pour la société Française

Répondre
Moulin 2 novembre 2023 - 12:33

La France est en faillite virtuelle et ses administrations réduites aux expédients. Le problème de fond c’est le faible taux d’emploi de la population en capacité de travailler qui augmente les redistributions prélevées sur les vrais actifs.

Répondre
Oncpicsou 2 novembre 2023 - 3:01

Vous espérez de la transparence et de l’honnêteté de ces gens ? … ce sont eux qui ont inventé le fameux « 60% de taxes « DANS » le prix de l’essence » pour vous faire croire que l’essence n’est taxée « qu’à » 60% alors que c’est un trompe l’œil qui masque, par une astuce de présentation digne d’un escroc, qu’en réalité cela signifie qu’elle est taxée « A » 150% !
Alors attendez vous à tout sauf a quelque chose d’honnête. (Le prélèvement à la source fait partie de cette stratégie d’enfumage, évidement)

Répondre
Cardonne Yves 2 novembre 2023 - 4:12

Pour l’administration fiscale, simplifier consiste à créer un système d’informations complexe… permettant de renvoyer toujours plus de contraintes sur le contribuable ! Quant à Mr Jouyet… saluons sa prise de conscience soudaine, après avoir servi avec zèle et des décennies durant, le système bureaucratique et contre productif qu’il dénonce aujourd’hui.

Répondre
Picot 2 novembre 2023 - 6:59

Effectivement c’est devenu très compliqué à comprendre, et c’est certainement voulu pour nous faire avaler des choses que l’on ne voit pas passer. Il faut surveiller ce que fait le fisc comme le lait sur le feu. D’autant plus qu’à présent il se sert directement dans notre poche, c’est à dire dans notre compte en banque. Une façon de nous « soulager » de la gestion de nos affaires et donc de nous déresponsabiliser. Big brother veille sur nous. Beaucoup trop.

Répondre