Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Nikolaï Mitrokhine : « Donbass : guerre civile ? Guerre interétatique ? Guerre hybride ? »

Nikolaï Mitrokhine : « Donbass : guerre civile ? Guerre interétatique ? Guerre hybride ? »

par Nicolas Lecaussin

Nikolaï Mitrokhine est un sociologue russe, historien, journaliste, chercheur spécialiste de la religion orthodoxe russe au sein de divers instituts de sociologie et d’économie en Russie. Il est co-auteur de cet ouvrage collectif qui fait le point sur ce qu’on appelle la guerre du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, entre avril 2014 et mi-2020, et qui est maintenant, après l’invasion russe de l’Ukraine, sous le feu de l’actualité. L’ouvrage propose une introduction au conflit et explique le principal point à propos de cette guerre : le rôle joué par l’invasion russe secrète. Contrairement à ce que le pouvoir russe a raconté, il n’y a pas eu de « soulèvement populaire » dans cette région. Les combats militaires dans le Donbass commencèrent à l’initiative de la Fédération de Russie, laquelle a armé et laissé passer à travers la frontière le groupe « bataillon Crimée » du lieutenant-colonel du FSB [Service fédéral de sécurité, les services secrets russes] en retraite Igor Guirkine (Girkin), spécialiste d’abord de la thématique « tchétchène », puis de l’« ukrainienne », connu également sous le pseudonyme de « Strelkov ».

Toujours pour comprendre ce qui se passe au Donbass, on peut lire le texte du même écrivain russe publié dans La vie des idées le 22 mars 2022, et intitulé : « A l’Est de l’Ukraine. Une vision (russe) du conflit au Donbass ». On y apprend comment, pour justifier l’invasion de l’Ukraine, Moscou réécrit l’histoire du conflit au Donbass depuis 2014 , et quel a été le rôle central du Kremlin dans cet affrontement, dans le pillage et la terreur organisés par les forces « pro-russes ». Bombardements, attaques incessantes, crimes, pillages… le conflit dans cette région n’a pratiquement jamais cessé. Poutine a voulu s’approprier la région et c’est ce qu’il va continuer de faire. Mitrokhine rappelle aussi les conséquences économiques de l’invasion russe de 2014 : « Les droits des propriétaires n’étaient pas protégés, leurs biens leur étaient extorqués puis redistribués entre les auteurs de ces extorsions. Les usines et les installations qui faisaient autrefois l’orgueil de ces régions ont été découpées pour en faire de la ferraille et expédiées en Russie pour presque rien, les travailleurs des usines restantes n’ont pas reçu leurs misérables salaires pendant six mois, et tous les rares profits de ce territoire autrefois prospère sont passés dans les mains des fonctionnaires et des oligarques de Moscou. Au moins un tiers de la population (peut-être jusqu’à la moitié) a quitté le territoire pour se rendre en Ukraine ou en Russie, car il était tout simplement dangereux d’y vivre — non pas à cause des bombardements, mais à cause des atrocités des vainqueurs et de l’absence de vie économique normale. » On sait à quoi s’attendre en cas d’une victoire russe et après l’annexion complète de ces territoires.

Achetez le livre

You may also like

3 commentaires

Gerard 16 avril 2022 - 1:54

Votre article est bien trop partisan pour donner une analyse objective.
Le massacre d’Odessa en Mai 2014 commis par des néo nazi contre des communistes montre bien qu’il existait un début de guerre civile en Ukraine.
Des dizaines de pro russes brulés vifs dans un immeuble puis achevés au sol lorsqu’ils se jetaient des fenêtres aux cris haineux d’extermination par des neo-nazi ne devrait pas être oubliés. Le comportement de la Police Ukrainiene et de la Justice ont été minables.

Cet article allemand de 2019 fait une analyse neutre en profondeur:
https://www.swp-berlin.org/publikation/the-donbas-conflict

Certes les Russes ont leur rôle, mais l’Ukraine n’a jamais pris en compte le peuple pro russe du Donbas, ce qui a conduit à l’échec des accords de Minsk.

On peut rappeler le premier tour des élections présidentielles de 2019 qui a montré le leadership du candidat pro russe dans le Donbas ainsi que plus de 700.000 passports Russes émis dans cette région depuis 2014. Cette population existe et elle ne souhaite pas rejoindre l’UE ni l’OTAN.

Répondre
Nicolas Lecaussin 16 avril 2022 - 7:56

C’est la Russie qui a envahi et a mis le pistolet sur la tempe des Ukrainiens. L’écrivain russe explique très bien le terrorisme mis en place par les milices russes.
Cdt
NL

Répondre
Obeguyx 16 avril 2022 - 8:40

Il y a beaucoup de « vrai » dans la chronique de Nicolas. Depuis plus de 5 siècles, les relations Ukraine – Russie sont très complexes et ont modelé des réactions qui nous échappent. Les Russes ne sont incontestablement pas « blancs-blancs », mais les Ukrainiens ne sont pas en reste. En aucun cas, cela ne justifie une guerre qui risque bien, à voir les derniers évènements, de s’étendre bien au-delà. Aujourd’hui, je pense plus à nos Amis Polonais qu’aux Ukrainiens, n’en déplaise aux « gauchos » de service.

Répondre

Laissez un commentaire