Accueil » Quand les contribuables texans subventionnent EDF et l’Etat français

Quand les contribuables texans subventionnent EDF et l’Etat français

par Nicolas Lecaussin
Le Texas a beau être un état républicain et plein de ressources en pétrole, l’écologisme et le progressisme y sont aussi très actifs, surtout dans les grandes villes. Pour suivre la mode des énergies renouvelables et ne pas être accusés d’être des ennemis de la planète, de nombreux maires texans ont investi massivement dans les énergies vertes. A tel point qu’aujourd’hui, on estime que 25 % de la production d’électricité de l’État vient de l’énergie éolienne. Environ 15 grandes entreprises éoliennes américaines se partagent ce marché et l’un des grands investisseurs étrangers sur place n’est autre qu’EDF. Sa présence s’est renforcée à partir du début des années 2010, surtout, précisément, dans l’éolien.

On achète très cher l’énergie verte pour la revendre 10 fois moins cher !

La ville de Georgetown, dans l’ouest du Texas, a par exemple signé avec l’entreprise française un contrat sur 20 ans pour une capacité de 144 mégawattheures provenant du parc éolien Spinning Spur 3. Le problème, c’est que dans la majeure partie de la région le vent souffle surtout la nuit, donc quand le besoin d’électricité est moindre. Comme le maire de Georgetown (comme bien d’autres dans l’Etat)  se targue de proposer à ses habitants une énergie 100% renouvelable, un accord forfaitaire a été conclu avec EDF, afin de payer le même prix pour cette électricité, le jour ou la nuit, même si le prix du marché est négatif. Ainsi, les nuits venteuses, Georgetown produit souvent un surplus d’électricité, qu’elle est obligée d’acheter en vertu de son contrat avec EDF. Comme cette électricité doit être consommée au moment où elle est produite, la ville doit la vendre sur le réseau texan. Et quand elle parvient à la vendre, c’est environ 10 fois moins cher que le prix payé à EDF. Les contribuables texans payent donc deux fois : une fois pour bénéficier de l’énergie verte et une autre fois quand on la revend à perte ! Et ils payent aussi pour les subventions locales et fédérales !

Les conséquences n’ont pas tardé. Le Georgetown Utility Services, le service public municipal qui fournit à tous les résidents leur électricité, a annoncé une hausse des tarifs de 13 dollars par mois après avoir constaté plus de 20 millions de dollars de pertes sur le marché au cours des quatre dernières années. De nombreux habitants ont signalé des factures  beaucoup plus élevées alors que la ville ne cesse de s’endetter. Cela se passe au Texas, en Amérique, mais la situation rappelle beaucoup celle de l’Allemagne où l’on a aussi voulu passer aux énergies vertes coûte que coûte. D’où l’explosion des prix et la pénurie d’énergie.

Plus de 600 millions de dollars de subventions pour EDF

Le Texas du renouvelable a été frappé par une crise énergétique sans précédent en février 2021 à cause d’une terrible vague de froid. Environ 5 millions de Texans ont été privés d’électricité et de chauffage et ont été sauvés par… les centrales à charbon des Etats limitrophes.

Qu’importe. La course aux renouvelables n’en continue pas moins. Et les subventions pleuvent sur les fournisseurs verts. Selon la Texas Public Policy Foundation, pour chaque tranche de 39 cents versée en subventions fédérales à l’industrie pétrolière et gazière entre 2010 et 2019, l’éolien a reçu 18,86 $ et le solaire 82,46 $, soit 48 et 211 fois plus ! EDF et l’Etat français, son principal actionnaire, en ont bien profité. Ils peuvent remercier les contribuables texans : EDF a, selon les estimations, déjà empoché plus de 600 millions de dollars de subventions publiques pour leur fournir de l’énergie verte.

You may also like

3 commentaires

Obeguyx 18 février 2022 - 8:22

Encore merci Nicolas pour cet article. Il fallait bien trouver quelques ressources pour palier au gaspillage imposé à EDF par l’Europe sur NOTRE production énergétique. Rien que pour ça, oui, merci aux texans.

Répondre
Vedun 18 février 2022 - 9:33

Les américains investissent dans leurs entreprises et nous leurs vendons le nôtres as usual.

Certains écologistes postules qu’on ne sait même plus faire des centrales nucléaires qui nous ont permis d’être une puissance qui compte.

Le débat autour de l’énergie est jonché d’hypocrisie et de conflits d’intérêts politiques ; ça paye les campagnes à droite et à gauche et ça doit bien faire rigoler les américains et les autres

Les américains comme les autres surfent sur la tradition de collaboration de l’establishment français ; c’est de bonne guerre.

L’Allemagne y renonce et cherche à nous fourguer ses invendus et nous devrions sauter dessus, alors allons..

Plutôt que de palabrer, mieux vaudrait trouver un budget prévisionnel comme tout un chacun doit en produire un pour ne serait-ce qu’acheter une maison.

Bien à vous

Répondre
JR 18 février 2022 - 10:14

Bonjour Verdun, absolument et comme habituellement la France ne vend même pas, elle donne ses joyaux et ne défend jamais ses intérêts. C’est la raison pour laquelle Mitterrand a fait supprimer la loi sur la haute trahison.
« Il n’y a de nouveau que ce qui est oublié »
Désormais, chaque inondation quelque peu catastrophique, chaque tornade, chaque anomalie météorologique est rattachée au réchauffement climatique qui parait-il nous menace, et dont en plus nous serions responsables !
La grande différence entre l’Allemagne, les USA, la Russie et la Chine, c’est que leurs présidents défendent les intérêts de leurs pays, pas nous. Nous sommes les naïfs de service, avec un éscrolo-mondialo-Davosien en déclin à 80 km/h à la tête du pays (grâce à 3 costumes et à une « justice » exceptionnellement supersonique), il ne faut pas en attendre plus. Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire