Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Chômage : une baisse en trompe l’oeil

Chômage : une baisse en trompe l’oeil

Jean-Philippe Delsol dans Entreprendre

par
309 vues
Oui, le chômage a baissé en France en 2021 avec la création de presque 650 000 emplois après une destruction de 315 000 emplois en 2020. L’emploi salarié est en hausse de 1,5 % par rapport à fin 2019. Tant mieux. Mais il faut craindre que cette hausse soit en trompe l’œil pour plusieurs raisons.
  • L’augmentation du nombre d’emplois s’explique presque entièrement par celle du nombre d’apprentis qui sont comptés parmi les salariés. Certes, c’est une très bonne nouvelle que dans le secteur privé, 698 000 contrats d’apprentissage aient été signés en 2021, soit 36 % de plus que l’année précédente et quasiment le double de 2019. Mais ce ne sont pas de vrais jobs. Hors ces contrats, il n’y aurait pas d’augmentation de l’emploi par rapport à 2019.
  • Le chômage partiel « covid » a été prolongé jusqu’au 28 février 2022. En décembre 2021, 420 000 salariés bénéficiaient de l’activité partielle, (soit 2,2 % des salariés du privé), après 380 000 en novembre 2021. Ce chômage partiel n’est pas intégré dans les chiffres du chômage.
  •  De nombreuses entreprises continuent de vivre sous perfusion des aides publiques et certaines continuent de ne pas payer leurs charges sociales. Alors que le nombre de cessations de paiement est en temps normal et en moyenne de l’ordre de 50 000 par an, il n’en a été déclaré que 35 000 environ en 2020 et 28 000 en 2021. Lorsque ces aides et facilités cesseront, il faut craindre que beaucoup de ces entreprises zombies aillent directement à la liquidation sans même passer par la case d’administration judiciaire. Ce sera autant de chômage en plus aujourd’hui retardé artificiellement.

Marginalement, il faut encore observer que le taux de chômage, calculé par rapport à la population active, a baissé mécaniquement par suite de l’augmentation de la population active : selon l’Insee, + 325 000 au troisième trimestre 2021, après + 320 000 au premier semestre, soit un niveau inédit et dépassant largement son niveau tendanciel, ce qui est sans doute dû d’ailleurs en partie à l’augmentation sans précédent du nombre d’apprentis.

Lire la suite

 

Vous pouvez aussi aimer

5 commentaires

LAURENT46 21 février 2022 - 6:15

Sans oublier les emplois aidés par l’argent gratuit du « Covid  » Cela étant on peut se tourner dans tous les sens, la politique et tout ce qui s’approche du pubic n’est que mensonges et manipulations. Et dire que ces gens ne se sentent plus respectés alors qu’ils sont majoritairement irrespectueux et de plus en plus proche de mafieux voir d’escrocs quand il s’agit de prélever l’argent des gens qui travaillent pour leur bon plaisir et leurs débauches.

Répondre
François MARTIN 21 février 2022 - 7:42

Seules une baisse des impôts et taxes et une simplification du fatras réglementaire sont susceptibles de stimuler l’activité et donc de faire baisser le chômage. Le gouvernement n’ayant rien fait de tel, il est assez logique que le matraquage médiatique sur la BAISSE DU CHOMAGE ne soit qu’une désinformation basée sur un tripotage des statistiques du chômage.

J’attendais, confiant, l’analyse de l’IREF, et “bingo“ c’est gagné ! Merci Monsieur Delsol !

Répondre
Obeguyx 21 février 2022 - 9:19

Ce n’est plus du trompe l’oeil, c’est du trompe « couillon ». Ancien entrepreneur, j’ai constaté dès l’année 1978, les mensonges éhontés des chiffres du chômage. A la fin de ma carrière (2011) j’avais même des données concernant des familles (de souche purement française, afin de ne pas accuser l’immigration) qui en étaient à leur troisième génération de chômeurs avec des propos du style : « mon grand-père n’a pas travaillé les 20 dernières années de sa Carrière ; mon père n’a encore jamais travaillé de sa vie et approche de la retraite et moi je suis chômeur depuis 4 ans. Mes ascendants (et non pas ah ! sans dent) ont tous eu un logement en location, alors pourquoi, moi, je devrais justifier d’un emploi ? ». Les scandales ont existé par dizaines de milliers et nos gouvernants n’ont jamais bougé un cil : électorat oblige !!! Pour information complémentaire : à la fin de ma carrière on finissait par loger dans le secteur privé des chômeurs de très longues durées (dont les logements sociaux ne voulaient pas ou plus) avec la caution d’unités sociales (d’aides familiales, une d’elle 3 employés en 1975 comptait 34 personnes en 2010 et d’autres associations s’étaient créées entre temps aves pléthore de personnel) qui permettaient d’avoir quelques garanties (mais hélas pas toutes les garanties). Ca, c’est de l’idéologie socialiste pure. Maintenant, on en est au :
« t’as pas cent balles !!! ».

Répondre
Rémi 21 février 2022 - 12:01

Le Chômage et Pole emplois : « les fourberies de Macron » Tragicomédie en 5 actes pour satisfaire un public à la fin du dernier acte en avril 2022…
Je quitte mon strapontin aujourd’hui avant d’être « formolé »…

Répondre
AlainD 22 février 2022 - 1:53

Les statistiques du chômage sont comme les sondages pour la présidentielle : bidons. Ni Macron ni son gouvernement n’ont de honte à nous présenter des résultats tellement sujets à caution. De leur part cela ne m’étonne guère, cela fait presque 5 ans que l’on nous nourrit d’illusions et de séances de bonneteau, par contre que les journalistes ne dénoncent pas ces pratiques me défrise quelque peu. Ah oui, c’est vrai, les journaux sont subventionnés et les journalistes (sauf changement récent de leur régime) bénéficient d’un abattement de 30 % de leur revenu fiscal. Faut il y voir une relation de cause à effet ?

Répondre

Laissez un commentaire