Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > L’ambassadrice de Biden à l’ONU critique son propre pays ! Honteux (...)

L’ambassadrice de Biden à l’ONU critique son propre pays ! Honteux !

vendredi 16 avril 2021, par Nicolas Lecaussin

Normalement, un ambassadeur représente les intérêts de son pays et défend les valeurs de l’État qui l’a nommé. Ce n’est pas le cas de l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Mme Linda Thomas-Greenfield, récemment nommée par Joe Biden. Dans un discours qu’elle a tenu le 14 avril dernier pour les 30 ans de la National Action Network, elle a déclaré que l’une de ses priorités était la « lutte contre l’injustice raciale et la discrimination ». Selon l’ambassadrice, son vécu serait même l’exemple parfait de « l’une des plus grandes imperfections de l’Amérique. J’ai vu par moi-même, a-t-elle continué, comment le péché originel de l’esclavage a tissé la suprématie blanche dans nos documents et principes fondateurs. » Et elle a conclu en soutenant que les minorités seraient des victimes des « crimes haineux au sein de la société américaine ».

Mme Thomas-Greenfield est noire et « pourtant » elle est ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU ! Son discours critique contre son propre pays qui serait oppresseur est une aubaine pour des dictatures comme la Chine, le Venezuela, Cuba, l’Iran ou la Russie qui, en plus, sont aussi membres du Conseil des droits de l’homme des Nations unies ! Enfin, Mme l’ambassadrice devrait savoir que son pays, l’Amérique, reste toujours le pays des libertés et de la réussite où des millions de personnes du monde entier veulent s’installer.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/L-ambassadrice-de-Biden-a-l-ONU-critique-son-propre-pays-Honteux

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière