Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

dimanche 12 septembre 2021, par Thierry Benne

Il n’est pas de jour, de semaine ou de mois sans qu’un article, sans qu’une étude, sans qu’une tribune ne se penchent doctement sur les moyens de faire rendre gorge aux retraités pour relancer notre économie, en amputant encore plus sévèrement qu’aujourd’hui leur pouvoir d’achat déjà fort entamé.

I- Haro sur les retraités

Certes la rumeur pourtant démentie d’une relance imminente de la réforme des retraites a déjà précipité vers le tocsin médiatique une bonne partie de notre intelligentsia qui dénonce une fois de plus le caractère insupportable de la ponction de 13 à 14% de notre PIB qu’opèrent nos retraites. Sans se demander d’ailleurs si l’importance de ce prélèvement ne correspond pas au choix d’une certaine forme de souveraineté nationale, où les Français préfèrent ménager la sérénité de leurs vieux jours, plutôt que de manger leur blé en herbe et de se trouver fort dépourvus une fois venu l’hiver de leurs âges. Quoi qu’il en soit, il n’est pas de jour, de semaine ou de mois sans qu’un article, sans qu’une étude, sans qu’une tribune ne se penchent doctement sur les moyens de faire rendre gorge aux retraités pour relancer notre économie, en amputant encore plus sévèrement qu’aujourd’hui leur pouvoir d’achat déjà fort entamé. Alignement de la CSG-retraite sur le taux de droit commun, remise en cause de l’abattement de 10% pour frais, relèvement des barèmes des donations, seconde journée de solidarité : l’imagination de nos politiques est sans borne...Certains de ces censeurs même n’hésitent pas à aller plus loin. Ils proposent ainsi d’instituer un nouvel impôt Covid sur les retraités, au prétexte que ceux, qui ont eu le front de survivre à la pandémie, doivent nécessairement contribuer un peu plus à la solidarité nationale, puisqu’à l’inverse de certaines catégories sociales durant la pandémie ils ont continué à percevoir l’intégralité de leurs pensions. Naturellement pour toutes ces élites, les prélèvements qu’on redouble ainsi sur les retraités n’auront absolument aucune incidence sur leur consommation, ni sur la "silver économie", lesquelles, c’est bien connu, ne participent en rien à l’économie nationale.

II- Chat échaudé craint l’eau froide

Mais qu’importe ! Ces viles "contingences" n’entament pas les nouvelles exigences de ces économistes de haut vol (à tous les sens du terme) qui veulent que les vieux se dépouillent le plus vite possible et le plus généreusement possible de la plus grande partie de leur patrimoine en faveur de leurs descendants. Car il est naturellement entendu par principe et sans l’ombre d’une discrimination qu’un patrimoine de vieil épargnant est infiniment moins productif et moins utile qu’un patrimoine de jeune actif en quête d’investissement pour se loger ou s’établir. Même si on croit retrouver une forme de raisonnement chère aux écologistes dont les suggestions – on le sait – ne comportent jamais que des avantages, on ne peut être qu’atterré que les médias puissent colporter à longueur de colonnes, à longueurs d’interviews de tels propos, sans développer le moindre sens critique accessible pourtant à un gamin de 12 ans. En effet si l’on entreprend d’étrangler les retraités ou même seulement de les mettre durablement au pain sec, dès leurs premières années de retraite ils ne vont pas tarder à appréhender le caractère incertain des années suivantes de plus en plus difficiles pour l’équilibre de leurs finances. Il suffit d’envisager plusieurs années de séjour en EHPAD à une trentaine de milliers d’euros par an, au double pour un couple, voire d’autres situations de dépendance confirmée pour poser très clairement le problème. Proportionnellement très peu de patrimoines sont suffisants pour résister durablement à de telles ponctions sur de longues années et personne ne sait encore de quoi demain sera fait. Si bien qu’alerté par la dégringolade de son pouvoir d’achat et taraudée par l’incertitude du lendemain, avec une obligation alimentaire qu’elle répugne à réclamer à ses enfants, l’immense majorité du peuple des retraités va avoir naturellement le réflexe de conserver assez de ressources pour faire face aux dernières années de vie les plus coûteuses, plutôt que de se démunir imprudemment vis-à-vis d’une génération qui ne ménage pas ses anciens.

III- Une génération qui oublie ses origines

N’oublions pas en effet que, si l’ordre du jour est à l’amputation du pouvoir d’achat des retraités, c’est la génération aujourd’hui aux commandes qui le veut, c’est-à-dire précisément les actifs qui, pendant deux décennies et plus, ont été hier pour leur subsistance et leur éducation à la charge de leurs parents et grands-parents. Ceux-là même veulent tout de go mettre à la diète les retraités, en en faisant glisser beaucoup vers les seuils de pauvreté, ce qui mobilisera nécessairement une assistance dont personne ne veut mentionner le coût. Nul doute alors que le chacun pour soi va rapidement remplacer cette solidarité intergénérationnelle, dont on ne cesse de nous rebattre les oreilles, d’autant plus qu’on la voit peu à peu se noyer dans les égoïsmes collectifs des uns, les ingratitudes individuelles des autres et les inepties de nos élites. Bien sûr pour des esprits aussi éminents que ceux de Messieurs Attali, de Closets, El Karoui ou pour l’équipe de France-Stratégie, qui baignent dans la stratégie mondialiste, seul compte l’avenir, les "rentes" (sauf bien sûr celles dont ces ténors ou leurs pairs peuvent profiter) qui sont les ennemies jurées de l’économie et il faut châtier les retraités, ces nantis, ces égoïstes, ces fainéants, ces parasites enfin qui aspirent goulûment le sang des actifs et qui grippent comme autant de grains de sable la belle machine productiviste.

IV- La fin des retraites ou le retour du bon sens ?

Mais il n’est pas venu un seul instant à notre brillante intelligentsia l’idée qu’une telle politique mènera droit à une guerre des générations de la pire espèce et qu’on ne raye pas impunément d’un trait de plume l’avenir d’une population qui représente plus du quart de la population française et quelque 38% de son corps électoral. On est atterré que nos plus prestigieuses universités, que nos plus grandes écoles puissent régulièrement produire des cerveaux quasi-lobotomisés, car rigoureusement incapables d’imaginer et de percevoir les inconvénients des politiques qu’ils prônent. Enfin, il y a une notion qui a complètement échappé à la génération réformatrice, c’est que les chats ne font pas des chiens : elle risque fort d’ici deux ou trois décennies de voir fondre sur elle-même et de la part des générations futures de nouvelles avanies plus injustes, plus délétères encore que celles qu’elle aura sans scrupule déversées sur ses aînés. Et ce sera justice, donnant ainsi raison à tous les oiseaux de mauvais augure qui prédisent dès maintenant la fin des retraites. Mais peut-être est-il temps encore que les gens de bonne volonté se lèvent et s’unissent pour éviter ce qui serait socialement un véritable suicide collectif ?

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Il-faut-cesser-de-prendre-les-retraites-pour-des-canards-sauvages

Vos commentaires

  • Le 13 septembre à 04:15, par Martinie En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Aucun pompier n’est en mesure dorénavant de combattre l’incendie !
    Sur cette question comme sur tant d’autres ( immigration, instruction élémentaire, finances publiques etc…) l’autruche et la démagogie ont guidé les choix d’une armée de politiciens qui savaient pouvoir compter sur une majorité de nos concitoyens biberonnée à l’assistance et pour laquelle la responsabilité assumée était un « gros mot »

    A 72 au compteur, je cherche encore une explication à cette dichotomie qui m’avait « renversé « dès ma prime enfance mais instituée en postulat non questionnable ( même en famille !) et pourtant ravageur chez 90 % de la population : il y a des intellectuels et des manuels !
    Chez Moi, ma main dépend de mon cerveau et « en même temps « elle apprend à mes circonvolutions pariétales …mais suis-je un être à part ? En voie d’extinction sûrement…
    Nos artisans et ingénieurs ont reconstruit la France en 30 ans ( de 1945 à 1975 pour faire court ) et les membres de la botte de l’ENA ont confisqué, en 15 /20 ans, là valeur ajoutée créée…tout en préemptant tous les leviers d’une démocratie vivante, bradant les fleurons de l’industrie après y avoir honteusement pantouflé et ruiné la France
    Elle est pas belle la France top-intello ?
    Avec exactement le même pourcentage de « réussite » au baccalauréat ( ce qui en tient lieu) et les conséquences de ce désastre sur les comportements sociaux, les choix et les arbitrages pour l’emploi , il n’y a pas lieu de s’étonner du déclin, que dis- je de la décadence du pays

  • Le 13 septembre à 05:20, par Laurent En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    La situation actuelle des taxes et charges en France relève d’une escroquerie Républicaine sans précédent, et ce n’est pas fini. La décentralisation à la Française n’est qu’un outil supplémentaire pour taxer davantage encore. La France est en danger de mort.
    Mais comment faire autrement par exemple je connais une femme qui n’a jamais travaillée, Mère sans emploi puis RSA plus primes s’est fait payer réfrigérateur, lave linge, lave vaisselle, literie, soins entièrement gratuit avec implants pourquoi pas, à 50 ans toujours fatiguée, pouvant s’offrir quelques semaines de vacances / an et aujourd’hui perçoit 1200 € pour se payer le permis de conduire et demain la retraite minimale supérieure au minimum retraite que touche un petit salarié qui a trimé toute sa vie. OUI la France donne plus au fainéants qu’au travailleurs et ce sera le cas de tous les migrants arrivant en masse tous les jours. pendant ce temps là on fait de plus en plus payer le salariés qui pour certains, complémentaires commune obligatoire en sont pour un stricte minimum et un maximum de leur poche. Alors les taxes et charges ne vont pas baisser de si tôt dans ce misérable pays qui se fout royalement de ceux qui travaillent pour le grand plaisir de fainéants. j’oublie aussi les contraintes comme les PV à répétition pour rien car la France pays des Droits de l’Homme tape fort sur ceux qui font encore un peu de richesse. Il est préférable en France de vivre au RSA que d’aller faire de petits travaux. Sans parler des étudiants qu’il faut arroser car ils ont beaucoup de fric pour les loisirs et vacances mais rien pour faire des études ! la nouvelle société en pleine dérive.

  • Le 13 septembre à 06:28, par Prothon Paul En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    "L’épouvantable bourde de la retraite à 60 ans, c’est donc de l’ordre de 100 milliards de surcoût annuel pour notre économie."
    Tiré du blog du 31 mai 2018 de Xavier Fontanet (professeur associé de stratégie à HEC Paris)
    "Rappelons que si nous sommes dans cette situation, c’est du fait de la campagne démagogique de François Mitterrand en 1981 pour la retraite à 60 ans, qui coûte environ 100 milliards par an à notre économie d’après Xavier Fontanet" cité par Yves Montenay.

  • Le 13 septembre à 06:56, par gaston79 En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Nombreux parmi ceux qui accusent aujourd’hui les retraités sont des tenants forcenés de la retraite par répartition qui édicte le principe selon lequel les rentes correspondent au « rendement » des actifs de l’année. Or ceux-là voudront bien se souvenir que les retraités actuels ont cotisé dans un régime qui a l’époque était le suivant : 3 actifs pour 1 retraité (et non 1,6) ; 38 heures de travail par semaine (et non 35) ; espérance de vie (pour les hommes) de 4 ans de moins qu’aujourd’hui ; absence de RTT, de congés pour paternité et autres « récup » et avantages accordées par le droit du travail récent. Ces sont donc bien les jeunes générations qui ont progressivement détérioré les équilibres du système et non les retraités d’aujourd’hui dont nombreux parmi eux réclamaient déjà à l’époque un système en capi qui eût déchargé les jeunes des contraintes liées au système en répartition d’hier.

  • Le 13 septembre à 07:52, par Pierre Bouchet En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Il y a un moyen de faciliter la mise en consommation d’une partie de l’épargne des "seniors", c’est d’élargir ou de lever un grand nombre des limites mises actuellement en travers des donations et successions. Par exemple, mon épouse et moi (76 ans) avons déjà fait des donations-partage en faveur de nos enfants, ce qui leur a permis soit de sortir de la précarité, soit d’acheter leur logement. Nous sommes disposés à en faire d’autres, en leur faveur et celle de nos petits-enfants, mais actuellement, ayant consommé les limites d’exonérations, nous sommes bloqués pour le faire, tant les droits à payer seraient insupportables. De quand datent les limites de 100000 euros, celles de 38500 euros , sans jamais être réévaluées en fonction de l’inflation ? Pourquoi faut-il 15 ans pour récupérer une marge d’exonération, alors qu’il suffisait de 10 ans il y a quelques années ?
    Et pourquoi gardons-nous des assurances-vie, si ce n’est pour que nos enfants, le moment de notre décès venu, puissent régler les gros droits de succession sur tous nos autres biens ? Alors qu’une baisse de ces droits permettrait que nous leur donnions de suite une partie des fonds qui sont dans nos contrats d’assurance-vie...
    A trop vouloir taxer les donations et successions, on empêche la transmission et la liquéfaction de bien des sommes détenues par des "seniors"...

  • Le 13 septembre à 08:20, par AlainD En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Tout le monde a pu constater que Macron et ses obligés n’aiment pas les retraités. Ce jeune énarque, ce chef, comme il aime se faire appeler nous a bombardés, laminés depuis son élection. Pour la prochaine, j’espère que tous les retraités se souviendront des vacheries qu’il leur a faites.
    Quant à tous ces donneurs de leçons qui papillonnent autour de lui je leur souhaite de vivre un peu plus dans la réalité que dans la brume énarchique à laquelle ils sont habitués.

  • Le 13 septembre à 08:22, par Teisserenc En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Ma retraite ? Elle est payée à 90% par des caisses privées. J’aI cotisé en conséquence et ne peut admettre que le fruit de ces cotisations soit avalé par des tiers.

  • Le 13 septembre à 09:09, par Didier40 En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Bonjour bientôt retraité après 42 ans de travail je viens de recevoir ma notification retraite de base mon dieu ça fait peur bientôt la notification retraite complémentaire je pense terrible je commence à comprendre les inactifs et assistés

  • Le 13 septembre à 09:09, par jeanj En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Etant en retraite, depuis des annes les montants verses n’ont pas augmentes.
    Cette annee ( installee en pure declaration informatisee), mon taux
    D’imposition est passe de 11,5 % a.....plus de 18 %.........????
    Facile d’embobiner (VOLER) les "anciens" en utilisant les meandres pernicieux
    d’une administration perverse ou INCOMPETANTE.

    Et pratiquement.il est impossible de contacter un responsable (s’il en est)ou
    devoir se deplacer loin pour aller attendre dans des queues interminables.
    souvent encombrees par n’importe qui. ! (meme probleme aux urgences)

  • Le 13 septembre à 09:44, par PICOT En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Ces ahuris oublient, effectivement, qu’ils seront un jour retraités eux aussi. Ils se mettent des baffes tous seuls comme des grands et ne s’en rendent même pas compte. Quelquefois la haine des "vieux" apparait dans toute sa splendeur. Pendant cette épidémie, en effet, le Rivotril a été "autorisé" par notre gouvernement dans les EHPAD, voire fortement encouragé, pour soulager ceux qui avaient de gros problèmes respiratoires. Pour mémoire ce médicament est formellement contrindiqué dans ces cas là. La qualité d’une civilisation se reconnaît au respect qu’elle porte à ses anciens. Je ne sais plus qui a dit ça mais c’est la vérité.

  • Le 13 septembre à 10:58, par Bel En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Je suis retraitée du bâtiment on me refuse un emprunt de 13000euro pour m’acheter une voiture correcte pour moi et ma compagne pour 2400 euro net

  • Le 13 septembre à 12:34, par JP En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Tout nu.
    Je crois que peu ont compris la philosophie qui sous tend ces decisions anti retraités.
    Il suffit de consulter les propositions des "think tank" les plus en vue (Terra Nova et autres Picketi...).
    Le citoyen pour être parfaitement socialement egal sur toute sa vie doit naitre et mourrir tout nu c’est à dire ne beneficier que de son travail. En consequence il faut faire en sorte que les futurs parents soient socialement égaux (impot + redistribution) , que les enfants naissent egaux (tout nu + redistribution) et que les futurs retraités ne puissent pas transmettre à leurs enfants (mourir tout nu + confiscation/redistribution).
    Il n’a pas effleuré un instant ces cerveaux que cette philosophie est contraire aux droits de l’homme et du citoyen et aux fondements même du droit de propriété privée. C’est curieux.

  • Le 14 septembre à 09:04, par Ghislaine FEDYCKI En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    comme le dirai notre Toinette à l’époque de Molière ’c’est un roi qui nous faut mais c’est un roi qui nous faut avec tous ces fouteurs de MOTS incapables de gérer les problèmes et pas toujours avec des mauvais sentiments mais ’on ne SAIT PAS TOUT !!!
    avec mon mari = 85 ans de cotisations !!! beaucoup et peu a l’écoute de tout ce baratin économique le tout bouffé par le géant progrès médicaux et courses au fric pharmaceutique économie de VACCIN lequel est le bon, qui va gagner le gros lot ?
    laisssons la DIVINE PROVIDENCE faire son oeuvre !!!!
    a chacun son époque dans le passé les vieux voyageaient donc échangeaient Où en sommes nous ? un aventurier avec des risques mais maintenant il voyage et raconte la misère qu’il a vu mais en fait ne peut rien fairre !!!!

  • Le 16 septembre à 10:13, par Dudufe En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Gaston79 parle de 38 h par semaine. A mes débuts en 56 j’en faisais 45 + ,si je le souhaitais,5 en heures "sup.".

  • Le 19 septembre à 07:38, par zelectron En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Les retraités : taillables et corvéables à merci, plumables comme les oies sans qu’elles crient, éliminables par fake-vaccins interposés, effaçables par "erreur" administrative . . . ce sont quelques avanies qui n’existaient pas avant 68, auparavant les patriarches étaient respectés et écoutés.

  • Le 19 septembre à 08:15, par DUMONT En réponse à : Il faut cesser de prendre les retraités pour des canards sauvages

    Ces jeunes qui dénigre les retraités et prônent pour réduire les pensions, devraient penser à leur avenir, ils sont obligés de vieillir c’est la seule justice, ils récolteront ce qu’ils ont semés quand ils arriveront à leurs retraites, si ils y arrivent.
    Là ça sera trop tard.
    Bonnes chances !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière