Accueil » Sans réglementations, les stagiaires sont mieux payés

Sans réglementations, les stagiaires sont mieux payés

par Lucas Léger

Alors que le gouvernement cherche à limiter le nombre de stagiaires dans les entreprises, aux États-Unis, les compagnies High-tech se battent pour attirer les meilleurs.

Le site MarketWatch vient de publier la liste des entreprises qui paient le mieux ses stagiaires. Contre toute attente, il ne s’agit pas nécessairement d’entreprises bien établies, les deux premières étant deux sociétés High-tech basées en Californie dans la Silicon Valley, respectivement Palantir et VMware et dont les rémunérations peuvent atteindre jusqu’à $84 144 annuels, soit un montant de près de 60 % supérieur au salaire médian. Plus généralement, ce sont les sociétés sur les marchés des hautes technologies – Twitter, Facebook, Goolge, Amazon, LinkedIn – qui offrent les meilleures rémunérations à leurs stagiaires. Ces sommes font souvent rêver les étudiants fraîchement sortis de l’université.

Elles nous enseignent aussi deux choses sur le système de rémunération des stagiaires Outre-Atlantique. Premièrement, il n’existe pas de loi ni aux États-Unis, ni en Californie, obligeant les entreprises à payer de tels montant. Ensuite, ces sommes permettent d’attirer les meilleurs éléments, faisant jouer ainsi une concurrence saine entre ces entreprises. En France, ce n’est peut-être pas la façon dont les stages sont encadrés qu’il faudrait reconsidérer, mais plutôt comment certaines entreprises pourraient renouer avec l’innovation et se permettre de bien rémunérer leurs stagiaires.
A rapprocher de la proposition de loi acceptée par l’Assemblée Nationale française la semaine dernière, qui veut protéger les stagiaires contre les abus des entreprises » !

You may also like

1 commenter

airone 10 mars 2014 - 11:27

point de vue de l'entreprise
j'ajouterais une autre reflexion négligée par Lucas LEGER, comment l'entreprise considère le stagiaire : une main d'oeuvre bon marché ou de futurs candidats de valeur à convaincre ?
De plus, on parle de rémunération ou d'indemnisation, le stagiaire est considéré comme un élève ou un subordonné ?
On voit là le mélange peu clair entre un candidat à l'éssai, un étudiant en devenir ou un personnel aisément corvéable.
Je ne suis pas sur que tous les chefs d'entreprise ou drh soient prets à jouer le jeu honnêtement.

Répondre

Laissez un commentaire