Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Résidences secondaires en Bretagne : le mythe de l’invasion parisienne enfin démenti

Résidences secondaires en Bretagne : le mythe de l’invasion parisienne enfin démenti

par
1 198 vues

“Le moitié des résidences secondaires en Bretagne appartient… à des Bretons”. Voilà ce que titre Ouest France à la suite d’une étude de l’Insee sur la question.

Pourtant, on ne compte pas les messages sur les réseaux sociaux ainsi que les articles de presse affirmant que les Parisiens feraient monter très fortement le marché immobilier breton (d’autres régions sont d’ailleurs souvent évoquées aussi), en achetant massivement des résidences secondaires, empêchant les locaux de se loger. L’Insee rappelle d’ailleurs que seuls 12% des logements  bretons sont des résidences secondaires, à peine plus que la moyenne nationale (9%), rien d’inouï pour une région rurale et bordée par la mer presque de tous les côtés.  : 43% des résidences secondaires de Bretagne sont détenues par des Bretons, contre 30% par des habitants de l’Ile-de-France. Sans oublier que l’Ile-de-France concentre près de 20% de la population française et Paris n’en est qu’une petite partie. Il n’y a donc absolument aucune “invasion” des Parisiens qui achèteraient en masse les maisons des Bretons. Et il y a fort à parier qu’il en va de même dans d’autres régions.

Mais tout est bon pour appuyer la jalousie de certains envers les propriétaires immobiliers : encadrement des loyers, taxe et surtaxe sur les résidences secondaires, sur les logements vacants, voire volonté d’interdiction d’achat de maisons par les non-résidents !

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

4 commentaires

Laurent46 10 mai 2023 - 5:30

Rien de neuf mais vous oubliez que c’est la même chose sinon pire sur la côte basque jusqu’à Bordeaux et que parmi ces propriétaires la moitié n’ont que deux appartements, avec chacun un garage loué sans être déclaré et parfois à de petites entreprises de service loin de leur siège social, pendant que les propriétaires de la nouvelle génération sont eux au chômage et certains au RSA et leur passe temps au surf comme beaucoup d’autres du corps médical préoccupés davantage par leurs revenus non déclarés que par le travail qui consiste a soigner la population.
Rien de neuf cela à commencé avec AirBnB et devenu un vrai mode de vie avec le Covid par lequel Macron et sa clique de bons à rien à créé un nouveau métier de glandeurs professionnels à la charge de la société dans laquelle l’argent est gratuit et les Dettes et Taxes explosent.

Répondre
Dupond 10 mai 2023 - 7:14

Bien vu LAURENT..
La location saisonnière est plus lucrative et sans emm….. dements . Les français préfèrent un minimum de travail légal pour la protection sociale et un maximum dede combines pour échapper à la taxommanie….. Très apprécié des travailleurs des régimes spéciaux au temps libre élastique. Pas de sentiments pour le voisin qui ne trouve pas de logement.

Répondre
Dudufe 10 mai 2023 - 10:54

Vous écrivez : 12% des logements bretons sont des résidences secondaires à peine plus que la moyenne nationale de 9%. Attention 12 % par rapport à 9% représente quand même 30% de plus !

Répondre
Ragnar D. Anskool 10 mai 2023 - 12:59

43% de Bretons, + 20% avec les départements limitrophes (Loire Atlantique) et 30 % venant de régions parisiennes.
Ce que l’étude ne dit pas, c’est combien parmi ces Parisiens ou nantais sont des bretons expatriés pour des raisons professionnelles et qui héritent ou achètent un bien sur la terre de leurs ancêtres éventuellement pour y passer leur retraites dans qq années plus tard?
Je suis prêt à parier que si on remonte de 2 générations 95% des résidences secondaires bretonnes appartiennent à des bretons…

Répondre