Accueil » Les premières faillites des entreprises vertes alimentées par la spéculation

Les premières faillites des entreprises vertes alimentées par la spéculation

par Jules Devie

Deux entreprises américaines, Lordstown Motors et Nikola, spécialisées dans la fabrication de camions à moteur électrique, sont en grande difficulté. Lordstown Motors a annoncé ne pas avoir assez de trésorerie pour poursuivre ses activités. Les dirigeants de Nikola sont accusés d’avoir produit des bilans faussés, ce qui a fait chuter de 70 % son action cotée au Nasdaq.

La situation de ces deux entreprises est inscrite dans un contexte financier particulier, caractérisé par une spéculation alimentée par le gouvernement américain. Le secteur des énergies vertes, en particulier celui des moyens de transport verts, recueille un nombre très important d’aides étatiques. Ces subventions sont favorisées par la politique monétaire de la Réserve fédérale qui produit de l’argent « à bas coût ». Mais cette politique pousse aussi à la spéculation, notamment dans le secteur des énergies vertes. Beaucoup de start-up se sont donc lancées en bourse, notamment grâce aux SPAC qui permettent de contourner les réglementations boursières en vigueur.

Pour l’instant les faillites ne sont qu’anecdotiques sachant que l’économie est encore grandement supportée par la Fed. Mais cela sera-t-il encore le cas quand l’argent facile aura disparu ?

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire