Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le Smic et la smicardisation de la France

Le Smic et la smicardisation de la France

par
1 257 vues

Sans cesse depuis des années, les médias et les politiques d’opposition parlent de baisse de pouvoir d’achat, notamment pour les plus modestes. Mais qu’en est-il vraiment ? On s’intéressera ici uniquement aux actifs qui ont un emploi, et plus précisément à ceux qui sont au smic. Voilà le graphique de l’Insee, correspondant à la réalité de l’évolution du smic comparée à l’inflation avec pour base l’année 1990.

Jamais donc depuis 1990 les smicards n’ont eu autant de pouvoir d’achat, celui-ci ayant progressé quasiment chaque année. Pas si étonnant quand on se rappelle que la revalorisation du smic ne peut en principe être inférieure à l’inflation en raison de la loi de 1952 sur le SMIG, devenu Smic en 1970. Et les gouvernements, par électoralisme, ont eu tendance à l’augmenter plus que l’inflation : ainsi par exemple, en juillet 2020, le smic a été augmenté exprès de 1,2% alors que l’inflation était de 0,5%.

S’agit-il donc d’une bonne nouvelle ? En apparence oui sauf que cette hausse entraîne des effets pervers : les autres salaires n’augmentent pas aussi vite, ce qui génère un phénomène de smicardisation du pays, qui provoque à son tour une frustration chez beaucoup de gens. Outre que cette augmentation imposée porte gravement atteinte au principe de liberté de fixation du salaire, elle nuit à l’emploi lui-même et aux consommateurs : certaines entreprises renoncent à embaucher car elles ne pourraient pas payer des salaires à ce niveau ou bien répercutent le coût de ses salaires sur le consommateur, ou bien rognent sur leur marge, entraînant une baisse de compétitivité des entreprises.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

1 commenter

Astérix 21 avril 2023 - 8:46

Merci de votre article. Un pays socialocommuniste comme la France ne peut pas fonctionner lorsque les dépenses publiques représentent 70 % du P.I.B. alors qu’il ne faudrait pas dépasser 25 à 30 % du P.I.B. C’était le cas sous Pompidou et c’est la raison pour laquelle les rémunérations étaient équilibrées, le pouvoir d’achat augmentait pour toutes les catégories avec un franc fort. Maintenant avec cette gestion lamentable du Pays, nous avons une smicardisation assurée et surtout une faillite globale garantie !
Crétins de gouvernants !

Répondre