Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La rémunération de Carlos Tavares : la controverse infondée

La rémunération de Carlos Tavares : la controverse infondée

par
1 052 vues

L’assemblée général des actionnaires de Stellantis ( PSA, Fiat…) a validé, ce 16 avril, à 70,2 % des voix, la rémunération de Carlos Tavares,  directeur général du groupe, qui pourrait atteindre 36,5 M€ pour 2023. Une polémique a aussitôt enflé contre ce patron qui gagnait par jour le salaire annuel de ses employés.

M Tavares assume : « 90% de mon salaire est fait par les résultats de l’entreprise, […] donc cela prouve que les résultats de l’entreprise ne sont apparemment pas trop mauvais ».

Stellantis a réalisé en 2023 un résultat record de 18,6 Md€ sur lequel 1,9Md€ ont été redistribués en primes à raison d’un montant moyen de 4 100€ par salarié. En outre, un plan d’actionnariat salarié a été mis en place fin 2023 et près d’un tiers des salariés français éligibles y ont participé avec une décote de 20% sur le prix de l’action et un abondement de l’entreprise. Les salariés du groupe détiennent environ 2% du capital et l’objectif est de parvenir à 5%. Sur le résultat 2023, les actionnaires, dont les salariés, ont reçu 7,7 milliards d’euros sous forme de dividendes ou de rachats d’actions.

Le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Boris Vallaud, veut redéposer une proposition de loi visant à limiter les écarts de revenus dans les entreprises. De son coté, Bruno Le Maire défend avec Lula une taxe internationale sur les plus riches, dans l’esprit de l’économiste Gabriel Zucman qui propose une taxe de 2 % annuelle sur le patrimoine.

La gauche continue ainsi à vouloir niveler les rémunérations par le bas. S’ils y parviennent, les salariés perdront leurs primes et leurs dividendes chez Stellantis. On n’a jamais vu en effet un partage de bénéfices chez Lada, Volga et autres Zaz, Zil et Tatra, ces marques de l’outre-tombe soviétique. Il faut choisir entre la prospérité pour tous et une forme d’inégalité ou l’égalité dans la médiocrité absolue et inévitable.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Laissez un commentaire

9 commentaires

LYBD 20 avril 2024 - 8:22

Monsieur Balaud gagne moi que Mr Tavares, mais lui il a des résultats. Idem pour Mr MACRON et Lemaire.
M’Bappe gagne plus mais il ne fait travailler personne; sauf son porte monnaie;et il déserte pour mieux!!!

Répondre
Patou 20 avril 2024 - 8:52

Bravo à M.Tavares, s’il pouvait devenir ministre de l’économie et des finances en remplacement de nos Mozart de la finance, la France n’aurait pas de dette abyssale. peu importe la rémunération, seul compte le résultat, pour tous.

Répondre
Patricia ROUQUENELLE 20 avril 2024 - 9:18

On peut comprendre qu’un PDG d’une telle Société puisse rapporter beaucoup d’argent donc en gagner beaucoup mais il n’est pas tout seul à faire fructifier les bénéfices de l’entreprise. Les salariés font eux aussi partie de la chaine même si TAVARES est au-dessus. Il est normal que ce dernier perçoive un important salaire lié aux résultats, mais ce qui est inadmissible et décourageant pour les autes salariés c’est la gigantesque différence de salaires entre eux. Quand on gagne 1300 ou 1500 même 2000 euros il est très difficile de vivre aujourd’hui avec de tels salaires en France et on peut avoir du mal à comprendre que le PDG lui gagne jusqu’à 100.000 euros par jour.

Répondre
LG 20 avril 2024 - 10:08

Finalement quel est le montant net après paiement des impôts sur le revenu ?
Quel pourcentage ?

Répondre
BARBARAY 20 avril 2024 - 12:58

Les excès, qu’ils soient positifs ou négatifs, n’ont jamais été rémunérateurs à long terme.
A tout fonctionnement, il faut un équilibre. Actuellement, nous sommes dans une débauche financière de la part de certains qui nous mène inévitablement vers la faillite, et ce n’est pas la libéralisation de tout et n’importe quoi qui y changera quelque chose.
Pendant ce temps, des personnes qui travaillent, cotisent, survivent à peine, ne bénéficient pas du fruit de leur travail qui profite à d’autres (?)

Répondre
Acidacetix 20 avril 2024 - 4:09

Remplace le message précédent (corrections)
Nous avons une école qui a pour but de fournir l’état en génies politiques, économiques et autres choses en « iques ». Le résultat n’est pas à la hauteur des objectifs. Nous avons un endettement dépassant 3000 milliards € et le gouvernement est en échec toutes catégories. Imaginons un seul instant qu’un clone de Tavares parvienne au pouvoir. On a le droit de rêver. Qu’arriverait-il ? Fin de gabegies financières, fin de la pléthore de fonctionnaires, fin des gabegies militaires en Ukraine, fin de l’assistanat, fin de l’impénitence judiciaire, fin de l’envahissement migratoire, fin de …. tout ce dont souffre notre pays. L’Etat est une entreprise comme une autre au service du pays. Les recettes de l’entreprise lui sont applicables. On n’augmente pas ses prix de vente en période de baisse de marché, on diminue ses prix de revient. Le redressement suppose de la poigne et la volonté d’aboutir. Combien devrions-nous payer un Tavares bis capable de faire sauter tous les points de blocage et de réussir pareille transformation ? Même s’il fallait le payer le double nous y gagnerions tous et rétablirions les conditions de la croissance au lieu actuellement de faire appel à des experts qui ne sont que des marchands d’horoscopes.

Répondre
Nicolas Lecaussin 21 avril 2024 - 7:47

la « gabegie » militaire pour sauver le peuple ukrainien est de…0.07 % du PIB https://fr.irefeurope.org/category/publications/les-chiffres-cles/

Répondre
Picot 20 avril 2024 - 6:55

Les socialistes ont horreur des gens qui travaillent, gagnent de l’argent et réussissent. Leur idéologie c’est le nivellement par le bas pour atteindre « l’égalité ». Résultat : ils mettent tout le monde par terre. Parfaitement stupide.

Répondre
yenamarre 21 avril 2024 - 11:10

Oui c’est indécent mais c’est une entreprise privée alors ils font ce qu’ils veulent !

Répondre