Accueil » Face aux rodéos, osons des méthodes musclées !

Face aux rodéos, osons des méthodes musclées !

par François Turenne

Il ne se passe plus une semaine sans qu’un drame causé par un rodéo urbain ne fasse la une de l’actualité. Le Val d’Oise a payé un lourd tribut. Dernièrement, deux enfants de 10 et 11 ans ont été percutés par un inconscient à moto. Le ministre de l’Intérieur communique régulièrement sur son action mais dans les faits, les drames sont toujours plus nombreux. Certes le droit punit désormais plus sévèrement la pratique du rodéo urbain, un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende, mais les juges ne condamnent que trop rarement à de telles peines.
Les forces de l’ordre font de leur mieux pour juguler ce fléau. Le nombre de motos saisies ne cesse d’augmenter. Néanmoins, les policiers témoignent de leurs difficultés à interpeller les chauffards lorsqu’ils prennent la fuite, la hiérarchie déconseillant fortement toute poursuite, afin d’éviter les accidents. Ils doivent donc laisser filer les délinquants et l’on sent du découragement parmi eux, impuissants à exercer leur travail dans un cadre juridique satisfaisant.

Le Royaume-Uni, lui, a pris – presque littéralement – le taureau par les cornes. Le droit a été modifié, les policiers peuvent dorénavant appliquer une technique de choc : tamponner les voleurs de motos ou les adeptes de rodéos urbains avec leur véhicule afin de les faire tomber et de pouvoir les interpeller. Une décision qui a porté ses fruits puisque le nombre de vols a diminué de 18% depuis son entrée en vigueur. Les policiers sont sérieusement formés pour éviter tout danger grave, notamment de blessures. Mais ils cassent… le sentiment d’impunité des délinquants. Les images, visibles sur les réseaux sociaux, s’avèrent dissuasives pour les petits malins qui voudraient tenter l’expérience. Cet exemple a pourtant, en France, fait pousser des cris d’orfraie à certains. Il faudrait une belle fermeté politique pour le suivre, il faudrait faire confiance à nos force de l’ordre, il faudrait aussi s’inquiéter des conséquences parfois mortelles de tels comportements pour les victimes potentielles, plutôt que de les redouter avant tout pour les motards qui, eux, prennent leurs risques. Notre ministre aura-t-il le courage de porter une telle mesure, radicale mais efficace ?

Vous pouvez aussi aimer

7 commentaires

Laurent46 12 août 2022 - 4:34

Cela fait de longues années ou l’UE et particulièrement la France est la poubelle du monde ou l’on envoi tous les indésirables de certains autres pays. Et surtout ne leur dites rien, pas de remarques désobligeante, ne les privez surtout pas de toit, de soins ni de nourriture faute d’avoir un gros troupeau de Français déjà eux même bien assistés qui vont vous traiter de tous les noms possibles. Cela dure depuis de longues années et n’est pas prêt de finir faut-il pour cela saisir tous les biens de ceux qui bossent toute l’année pour y arriver par la force de leur travail. Cela à déjà commencé les taxes deviennent insupportables et plus rien ne fonctionne car tout le fric va dans l’assistanat permanent de fainéants au point ou les usines privée sont obligés de fermer leur porte ou de sen aller ailleurs et que ceux qui ont encore le courage de travailleur pour produire de la richesse s’appauvrissent un peu plus tous les mois.
Alors les gens intelligents de la Ripoublique demandent des caméras et autres moyens qui coûtent toujours plus de fric et de fonctionnaires et toujours plus de taxes et de charges parce que plus personne n’a le courage de virer tout ce tas de boue hors de France et là aussi en première ligne on trouve les écolos et leurs copains, les payés quoi qu’il arrive qui détruisent la société avec l’argent de ceux qui travaillent, encore ou encore car le découragement à déjà fait son chemin et ne s’arrêtera pas demain au regard de ce qui dirige pays et les couches stratosphériques des services locaux.

Répondre
Almaviva 12 août 2022 - 4:36

La majorité de ces délinquants sont soient étrangers soient d’origine étrangère autrement dit ils font partie de cette fameuse diversité que nos politiques aiment tant. Les mêmes politiques vont donc tout faire pour ne pas prendre de telles décisions ! Il ne faut pas faire de mal à cette richesse pour la France ! Tant pis si des enfants sont tues ou blessés Par contre faite de la com alors là oui il faut faire croire au bon peuple que l’on s’occupe d’eux !

Répondre
Roven 12 août 2022 - 6:18

Les technocrates qui nous servent d’hommes politiques sont veules et craignent toute « bavure » : ils sont réduits à la communication, pas à l’action ! Les délinquants soutenus par le garde des « sots » ont un bel avenir…

Répondre
Fasquelle lavoine jm 12 août 2022 - 6:35

Pauvre FRANCE !

Répondre
Obeguyx 12 août 2022 - 10:03

La solution est toute simple : le manche de pioche. Très utilisé dans les pays relevant de la religion de ces « animaux humains ». Il suffit simplement de le « VOULOIR ». Or, nos élites ont peur et notre magistrature aussi. Une de mes connaissances, magistrate, m’a avoué avoir peur, non pour elle, mais pour sa famille. La mafia ne faisait pas mieux. Nous pouvons donc aller prendre quelques leçons chez les Italiens qui savent comment faire. Avez-vous entendu parler du « deuxième rideau » aux différents barrages de polices en Italie ? Demandez à nos supers élites de pacotilles, ils vous expliqueront. La peur ne résout rien, bien au contraire.

Répondre
Astérix 13 août 2022 - 9:21

M. Darmanin n’a rien compris, une fois de plus ! vous pouvez arrêter tous ceux qui pratiquent le rodéo, les juges les relâcheront immédiatement. Si vous leur confisquez leurs engins, ce qui est très bien, sauf qu’ils en rachèteront un le lendemain avec l’argent de la drogue des banlieues !!
Puisque nous n’avons que des incapables au pouvoir qui meurent de peur, il faut envoyer la légion afin de nettoyer le terrain une bonne fois pour toute.

Répondre
Y. Vagagne 13 août 2022 - 2:56

Lorsque les valeurs de l’éducation ne sont plus transmises ni par les parents, ni par l’éducation nationale, ni plus généralement par des acteurs influents de notre société (réalisateurs de jeux vidéos, de séries TV « réalité », de films pour adolescents, et au travers des réseaux sociaux,…), il ne faut pas s’étonner que des jeunes se comportent comme des sauvages.
De plus lorsque l’État laxiste et notamment la justice baissent les bras sous la pression de certains médias ou de certains courants politiques, ou autres associations malveillantes, on voit les résultats.
Les remèdes sont connus, mais la situation n’est pas encore suffisamment dégradée pour que l’État s’arme de courage et que le Peuple ‘’accepte’’ les mesures qu’il faudra bien prendre un jour ! Dans cette hypothèse il faudrait introduire une certaine ‘’dose d’autorité‘’ , mais nos société occidentales démocratiques ne sont pas prêtes pour cela.
Cela revient à dire que les libertés telles que pratiquées dans nos démocraties occidentales ont des limites. Ayons la lucidité de reconnaître ce constat. Rappelons nous du slogan clamé à une certaine époque par des gens utopiques et irresponsables ’’ il est interdit d’interdire’’.

Répondre

Laissez un commentaire