Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Et maintenant un impôt européen sur la fortune ?

Et maintenant un impôt européen sur la fortune ?

par
1 333 vues
prop_4_pendules.png

L’Union européenne n’en a pas fini avec le chemin escarpé des réglementations : la Commission a été saisie, jeudi 8 juin, d’un projet de taxation à grande échelle. Pour financer la « transition écologique », rien de mieux que de taxer les grandes fortunes du Vieux Continent pour les guider vers le panneau de sortie. C’est sans doute ce que souhaitent les auteurs de ce projet : le Belge Paul Magnette (Parti socialiste) et la Française Aurore Lalucq (Place Publique), tous deux députés européens.

Ils vont déposer par conséquent à Bruxelles, avec l’appui de Thomas Piketty, une demande d’initiative citoyenne européenne (ICE) visant à instaurer un impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Cet « ISF vert » européen s’appliquerait alors aux 1% les plus riches, afin de financer ensuite le combat contre le réchauffement climatique, dans des conditions qui demeurent obscures. Pour défendre son projet, Aurore Lalucq s’insurge contre le fait que « le sujet de la taxation des ultra riches a disparu de l’agenda politique ». Elle semble ignorer ou oublier les slogans « Taxez les riches » qui parsèment les manifestations contre la réforme des retraites, ou encore l’étude de l’économiste Jean Pisani-Ferry (professeur à Sciences Po) qui préconisait à Matignon, en mai 2023, de taxer le patrimoine des 10% les plus aisés au nom de la  « justice climatique ».

L’engouement pour une instance supranationale tentaculaire aux relents providentiels a peu de chances de faire florès. En effet, cette « superpétition » risque de peiner à réunir le million de signataires de sept pays membres, dans un délai de 365 jours, qu’elle doit réunir pour être recevable. Malgré tout, elle témoigne de la lutte de la gauche européenne pour internationaliser le modèle de l’Etat social, sous couvert de combats environnementalistes. L’objectif est toujours le même : s’attaquer aux symboles de la réussite en Europe. Avec cet ISF vert, ce serait la première fois qu’une structure supranationale mettrait en place une fiscalité envers des particuliers. La gauche veut ouvrir une brèche dans les règles qui interdisent aujourd’hui à l’Europe d’avoir une fiscalité propre. Mais si les nations européennes perdent leur monopole fiscal, elles disparaitront. Il n’y aura plus de concurrence fiscale en Europe et les citoyens européens en pâtiront. Car la concurrence fiscale protège les contribuables comme la concurrence commerciale protège les consommateurs.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

5 commentaires

Laurent46 10 juin 2023 - 5:03

C’est comme pour la République de France il n’y a plus de fric nul part pour quelle raison ? C’est comme pour les migrants, l’effet du nombre ce n’est pas compliqué il y a de plus en plus de gros fainéants rentiers de la politique et des administrations qui glandent sur le dos de ceux qui travaillent encore et qui se font emmerder par ces fainéants grassement payés pour peu de travail, mais tous obligés de prouver qu’ils sont indispensables.

Répondre
fernandez jeanne 12 juin 2023 - 12:38

Super intéressant !

Répondre
Pierre 12 juin 2023 - 1:01

Comment faire fuir ceux qui réussissent !! L’UE était censée être un espace de libre-échange non ?

Répondre
Mounivong Cristophe 13 juin 2023 - 11:47

Cet article propose une analyse critique d’une proposition de taxation à grande échelle visant les grandes fortunes en Europe pour financer la transition écologique. Il soulève des préoccupations légitimes quant aux implications d’une telle mesure, notamment en ce qui concerne la perte du monopole fiscal des nations européennes et la concurrence fiscale.

L’auteur met en évidence les risques potentiels de cette fiscalité supranationale et souligne l’importance de préserver la réussite individuelle tout en soutenant les efforts pour protéger l’environnement. Il est crucial d’avoir des voix critiques et équilibrées dans le débat public afin d’élaborer des politiques justes et équitables.

Enfin, je tiens à exprimer mon soutien à Gaspard Conan pour avoir présenté une analyse perspicace et contribué à un débat politique éclairé. Les questions soulevées dans cet article invitent à une réflexion approfondie sur les enjeux économiques et environnementaux auxquels l’Europe est confrontée.

Merci à Gaspard Conan pour son travail et sa contribution à la discussion sur ces sujets importants.

Répondre
PhB 16 juin 2023 - 7:53

Ben! Voilà!
A quand l’uniformisation européenne de l’ensemble des taxes et prélèvements divers?
PhB

Répondre