Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Covid : comment le Parti communiste chinois a fini par accepter les antiviraux et les vaccins occidentaux

Covid : comment le Parti communiste chinois a fini par accepter les antiviraux et les vaccins occidentaux

par
851 vues

Aucune dictature communiste ne peut accepter une aide médicale venant de l’Occident capitaliste. La médecine socialiste est, cela va de soi, nettement supérieure à celle des pays de l’Ouest (bizarrement, cette supériorité n’existe plus lorsqu’il s’agit de soigner les apparatchiks et leurs familles…). Ce postulat est encore plus valable pour la Chine qui a toujours voulu montrer l’efficacité sans faille de sa science médicale. Après avoir menti sur le Covid, Pékin a reconnu, au moins en partie, les dangers du virus tout en imposant la politique zéro Covid, des confinements autoritaires et en affirmant avoir découvert des traitements miracle et des vaccins « infiniment plus efficaces que les vaccins occidentaux ». Aujourd’hui, comme l’écrit très bien le Wall Street Journal, on constate que rien de cela n’a marché. Malgré l’enfermement des populations pendant des mois dans des villes désertes et des vaccins « faits maison », le Covid ravage toujours la Chine. On ne connaît pas exactement la situation car les communiqués officiels sont truffés de mensonges plus que d’informations ; mais si le Shanghai Fosun Pharmaceutical Co. a autorisé les utilisateurs chinois de son application à s’inscrire pour obtenir des doses du vaccin ARNm BioNTech fabriquées en Occident, cela veut dire qu’elle est très grave. Il reste cependant un souci. Ces vaccins ne sont disponibles qu’à Hong Kong et seuls les Chinois aisés peuvent prendre un vol pour en profiter. Des centaines de millions de Chinois n’y auront pas accès et l’épidémie va progresser, surtout parmi les plus âgés…

De force plutôt que de gré, le contexte sanitaire s’aggravant et les manifestations de mécontentement grondant de plus en plus fort, Pékin a aussi autorisé – à partir de février ! –  la diffusion de Paxlovid, le médicament antiviral de Pfizer. Selon le quotidien South China Morning Post, des milliers de Chinois font déjà la queue devant les cliniques pour s’inscrire sur les listes des bénéficiaires.

La dictature chinoise a toujours refusé d’utiliser les vaccins Pfizer ou Moderna. Elle a tenté de mettre la main sur les brevets afin que ses laboratoires les fabriquent eux-mêmes, en vain. Elle a tenté de les voler, en vain. Elle a alors élaboré ses propres recettes. Avec les résultats que l’on peut constater.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Picot 3 janvier 2023 - 4:27

Comme vous le dites si bien les communiqués officiels sont truffés de mensonge. Il est urgent de prendre du recul devant ce flot anxiogène de nouvelles Chinoises. Un Covid 19 catastrophique? Mais alors ce serait, en fait, un variant redoutable, ce qui est peu probable, cela n’étant pratiquement jamais arrivé dans une épidémie virale à tropisme respiratoire. Mais est ce bien une épidémie due au Covid? Rien n’est clair dans cette histoire, ne nous emballons pas.

Répondre
Nicolas Lecaussin 4 janvier 2023 - 7:02

S’ils approuvent les vaccins et les traitement anti-Covid, c’est bien le cas…Par ailleurs, on voit bien que les Chinois qui voyagent à l’étranger ont le Covid…
NL

Répondre
DENIS 5 janvier 2023 - 6:34

sur le site de John hopkins, on constate que les pays les plus vaccinés sont aussi ceux qui ont le plus de morts, moi ça m’interroge , pas vous ?

Répondre
Nicolas Lecaussin 6 janvier 2023 - 6:46

Visiblement, vous avez mal vu, c’est exactement le contraire. Il faut regarder à partir de la période de vaccination, pas avant les vaccins…
NL

Répondre

Laissez un commentaire