Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Chèque énergie, une nouvelle dépense publique inutile

Chèque énergie, une nouvelle dépense publique inutile

par
52 vues

Face à l’augmentation du prix du gaz et de l’électricité, le gouvernement a annoncé, en grande pompe, une augmentation de 100 euros du chèque énergie pour plus de 5 millions de foyers français. La ministre Barbara Pompili et le premier ministre se sont félicités de cette aide aux plus défavorisés. Pourtant, une mesure très simple aurait pu permettre de faire baisser la facture pour les ménages : la baisse de la fiscalité. En effet, celle-ci – TVA, TCFE, CTA, CSPE – représente entre 30 et 35% du prix de l’électricité. Un taux similaire s’applique au prix du gaz. Dans le projet de loi de finance de 2019, le chèque énergie représentait une dépense de 760 millions d’euros. Le parlement devrait augmenter ce budget en 2022, en prenant en compte la promesse du gouvernement. Cette nouvelle dépense ne sert qu’à compenser – et en partie seulement – les augmentations d’impôts et de taxes que subissent les Français… et qui les appauvrissent.

Le gouvernement persiste dans la démagogie en gaspillant l’argent des contribuables à sept mois de l’élection présidentielle. Difficile de ne pas y voir une coïncidence.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Tibus 54 18 septembre 2021 - 4:42

Chèque énergie, une nouvelle dépense publique inutile
Le prix de l’essence est au plus haut alors que le prix du pétrole ( 75 $ le baril de Brent) est encore très loin de ses records historiques ( 130 $ le baril de Brent) . Les professionnels du secteur reconstituent les marges erodées par le Covid…

Répondre
PICOT 18 septembre 2021 - 8:39

Chèque énergie, une nouvelle dépense publique inutile
Taxer un maximum les gens tout en les aidant financièrement est un vieux truc pour les tenir sous tutelle. C’est pourquoi nos « gouvernants » ne diminueront jamais les prélèvements obligatoires, il s’agit de nous rendre dépendants de l’Etat.

Répondre
La delfa 18 septembre 2021 - 9:10

Chèque énergie, une nouvelle dépense publique inutile
Depuis l’ouverture du marché de l’énergie. Les tarif de la facture énergétique est sans cesse en augmentation. Pour autant La France était il y a qq années encore le pays où l’électricité était la moins chère. La pression allemande a fait que l’énergie électrique en France est en augmentation exponentielle. Non pas sur le prix de KWh mais sut les taxes…..Elle se répercute sur la facture des contribuables. A chaque augmentation le gouvernement saupoudre les plus démunis et au bout du compte la répercute sur les autres manages. Bientôt ces deniers dont je fais partie intégrerons aussi « plus démunis » également. Au regard des « Charlotte » qui se présentent aux présidentielles en plus de ceux actuellement en poste, je crains fort que ce type de gouvernance ne mène le pays vers l’implosion. A bon lecteur… salutations.

Répondre
AlainD 18 septembre 2021 - 9:28

Chèque énergie, une nouvelle dépense publique inutile
J’ai un doute sur la clarté d’esprit du ministre Le Maire , de deux choses l’une: ou bien il nous prend pour des imbéciles ou bien il ne sait pas compter. Cette seconde hypothèse n’est pas invraisemblable dans la mesure où l’Ena dont il est issu a été sur le point d’être en faillite. Alors comment peut on confier l’argent des contribuables à des personnes aussi irresponsables ?
Il est parfaitement clair que la solution pour réduire les prix de l’énergie serait de baisser les taxes, en commençant par ne plus assujettir à la tva la cta et autres taxes qui financent l’énergie éolienne et partiellement la retraite des employés d’EDF. Par ailleurs est il normal d’appliquer la tva à 20% sur les consommations d’électricité alors qu’il s’agit d’un produit de première nécessité.
Sur les carburants, la tva s’applique aussi sur la ticpe, encore un racket car que je sache, cette taxe n’est pas une valeur ajoutée au sens concret du terme. Mais c’est là toute la rapacité des gouvernements successifs qui se sont montrés incapables d’avoir un budget à l’équilibre et cela depuis 1981, malgré toutes les ponctions fiscales que nous supportons.

Répondre

Laissez un commentaire