Accueil » Zone euro : la France est première pour les dépenses publiques et quatrième pour la dette publique

Zone euro : la France est première pour les dépenses publiques et quatrième pour la dette publique

par Romain Delisle

Alors qu’Eurostat publie les comptes provisoires des administrations européennes, il est temps de dresser le bilan définitif des finances publiques des Etats européens pour l’année écoulée.

Avec 6,5% de déficit public en 2021, la France fait mieux que les autres  Etats latins, Italie (7,2%) et Espagne (6,9%), mais se situe derrière 13 pays européens, dont l’Allemagne (3,7%) et les Pays-Bas (2,5%). Huit pays ont d’ailleurs continué à respecter les critères de Maastricht, avec un déficit contenu sous la barre des 3%, la moyenne de la zone euro s’élevant à 5,1%.

Notre pays, avec 59,1% du PIB consacrées aux dépenses publiques, décroche la pire place de la zone euro, dont la moyenne s’établit à 52,4% du PIB, en particulier lorsqu’on le compare à l’Allemagne (51,5%).

La dette publique tricolore a, de même, littéralement explosé, passant de 97,4% en 2019 à 112,9% à la fin de l’année dernière. En comparaison, celle de la zone euro a augmenté de 83,4% à 95,6%. Il n’y a guère que la Grèce (193,3%) et l’Italie (150,8%) qui soient plus mal loties que nous.

Ce constat morose pour les finances publiques françaises est appelé à se pérenniser : à horizon 2027, la dette devrait se stabiliser, dans le meilleur des cas, aux alentours de 117% et le déficit légèrement en deçà de la barre des 3%, le retour à l’équilibre n’étant même pas évoqué. Les marges de manœuvres de l’Etat continueront à être obérées et la fiscalité galopante ne permettra pas le retour de la croissance, qui stagnera autour de 1%. En somme, il s’agit là de perspectives plus que pessimistes.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Almaviva 1 mai 2022 - 8:35

Tant que les pouvoirs publics refuseront de s’attaquer aux dépenses de fonctionnement, cette situation perdurera jusqu’au jour où nous ne pourrons plus emprunter ! Ce sera la faillite de la France, nous ferons comme les grecs avec là une baisse importante de notre pouvoir d’achat ! Ce sera l’heure des extrêmes ! ATTENTION!

Répondre
Verdun 1 mai 2022 - 8:51

Les dépenses publiques sont telles qu’elles permettent de masquer le taux de chômage hallucinant et donner une impression de stabilité.

Vos bases de calcul (eurostat) sont erronées… Le réveil va être douloureux après les législatives.

Bien à vous

Répondre
Laurent46 21 août 2022 - 5:04

Vous avez oublié la Prétention domaine dans lequel la France est largement en tête des pays de l’UE voir du monde, le Président en tête de liste. Je viens de lire un extrait du fameux document de Trump sur le Président Français Macron et Buzin qui une fois de plus y est mêlée ! des gens qui mériteraient autre chose que les places qu’ils occupent. Cherchez bien vous trouverez des extraits.

Répondre
Obeguyx 21 août 2022 - 9:54

Non, ces chiffres sont très, très optimistes. Le réveil sera beaucoup plus douloureux. Personne ne parle plus des 2 à 4000 milliards d’€uros sous le tapis. Les chiffres vont d’ailleurs bon « train » (surtout à la SNCF). Le peuple a été rendu aveugle par 50 ans de mensonges, de vols et d’assistanat systématique. Après Mitterrand, tout le monde a dit : plus jamais ça. Après Chirac tout le monde a dit : du nerf, bon dieu !. Après Sarkosy et toutes ses frasques, tout le monde a dit : plus d’agités mentaux. Après Hollande, tout le monde a dit : on ne peut pas avoir pire. Arrivée de Macron, l’homme soi disant providentiel. Tellement providentiel qu’on lui confère un second (je n’ai pas dit ce con bien que je le pense très fort) mandat pour achever la destruction définitive de notre pays de France. Je pense, hélas, qu’il est désormais trop tard pour se réveiller en douceur et que bien des malheurs vont arriver. De profundis …

Répondre

Laissez un commentaire