Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Iegor Gran : Z comme zombie. Les Russes comme vous ne les avez jamais vus !

Iegor Gran : Z comme zombie. Les Russes comme vous ne les avez jamais vus !

par
622 vues

Parmi les accusations des poutinistes contre ceux qui critiquent l’invasion de l’Ukraine figure celle de « russophobie ». Pour eux, être contre l’autocrate du Kremlin c’est mépriser le peuple russe, sa culture et son Histoire. Ils confondent le peuple et son chef. Comme si être contre Macron signifiait qu’on était contre les Français plutôt que contre l’étatisme et les mauvaises décisions des politiques au pouvoir !

A vrai dire, le peuple russe souffre de ses dirigeants plutôt que de pouvoir s’assimiler à eux. Comme nous l’avons déjà écrit, le peuple russe a souffert (et souffre toujours) de l’incurie et de la violence de ses dirigeants. Ceux qui invoquent les grands noms de la culture russe devraient savoir que c’est bien Moscou qui a obligé Tourgueniev à s’exiler et qui a déporté Dostoïevski en Sibérie. C’est l’Etat russe et l’église orthodoxe russe qui ont emprisonné Tchernychevski et excommunié Tolstoï. C’est bien l’Etat soviétique qui a persécuté Boulgakov, Akhmatova, Pasternak, humilié Chostakovitch, qui a déporté Soljenitsyne, Chalamov, Grossman et des milliers d’autres intellectuels. Tous ces « faits d’armes » sont le résultat, entre autres, de la dictature et aussi de l’atmosphère « toxique » qui existe dans ce pays, très bien décrite par l’écrivain français d’origine russe, Iegor Gran, dans son dernier livre. Nous avions déjà rendu compte d’un de ses livres, ironique et délicieux, consacré aux bêtises des écologistes. Cette fois-ci, il s’agit de la bêtise des Russes intoxiqués par la propagande poutiniste.

Le « zombie » russe fabriqué par le ouvoir croit libérer une nouvelle fois l’Europe du fascisme. Il a choisi la lettre « Z » de l’alphabet latin pour se battre contre l’Occident décadent. Les médias russes entièrement à la botte du Kremlin inventent à longueur de colonnes des récits terribles sur l’Ukraine et l’Occident.  Bien entendu, il n’est nulle part question des enfants d’apparatchiks envoyés faire leurs études dans les universités en putréfaction de cet Occident corrompu… Ni des oligarques qui achètent des maisons dans le sud de la France ou autour du lac de Côme. C’est de « l’hystérie à grand spectacle » selon Iegor Gran, dans un pays qui est une victime permanente du charlatanisme télévisuel (dans les années 1990, des hypnotiseurs prétendaient guérir les téléspectateurs à distance juste en leur demandant d’installer des bassines d’eau à côté du poste…). En plus de ce flot d’escroqueries quotidiennes, les Russes voient et écoutent la propagande du régime qui les assure de leur supériorité. Selon la puissance divine (le patriarche Kirill est un laquais servile de Poutine), le peuple russe aurait été désigné pour accomplir de grandioses et tragiques desseins. Il serait « unique dans l’histoire » et leurs véritables héros sont  Ivan le Terrible, Pierre le Grand, Lénine et, bien sûr, Staline. C’est-à-dire, surtout des grands massacreurs de… Russes..

Comme l’écrit très bien l’auteur, « Dans le cœur des Russes, l’idée n’est pas de conquérir et de régner, tel l’Empire romain, sur une collection disparate des colonies… mais de soumettre les autres par une sorte d’attractivité naturelle, la vassalité envers la Russie étant supposée innée. (…) Les Russes ne comprennent pas pourquoi les petits peuples de la périphérie ne se soumettent pas spontanément… Tel le violeur en série qui se sent humilié de ne pas être le bienvenu chez sa victime, les Russes se mettent à bouillir au plus profond d’eux-mêmes quand on déboulonne Lénine… ». Drôle et inquiétant à la fois, le livre d’Iegor Gran est un vrai traité sur les Russes. Les poutinistes français devraient le lire le crayon à la main.

Achetez le livre

4 commentaires

Hubert Manave 7 janvier 2023 - 10:18

A vous lire, Poutine et tous ses prédécesseurs seraient les premiers russophobes. Non, la majorité du peuple russe, càd. au moins 51%, est et reste pro-poutine. Ce fameux peuple russe est bien en accord avec ses chefs. Ce qui est reproché à Poutine, ce sont ses erreurs. En Russie, on aime le knout et l’homme fort. C’est comme ça. Certes, il y a des exceptions qui ne représentent qu’elles-mêmes et qui au final veulent la même chose que le pouvoir en place. A vous lire, les Français ne seraient pas non plus étatistes. Pourtant, la majorité, càd. au moins 51%, est et reste étatiste. Ce que l’on reproche à Macron comme à Hollande, c’est ne pas avoir su faire fonctionner cet étatisme dont on attend toujours plus, toujours plus loin, toujours plus fort. Cela n’empêche pas la France d’avoir produit des Turgot, des Say, des Condillac, des Thiers, des Constant, des Montesquieu, des Molière, des Revel et j’en passe. Idem pour la Russie. C’est là toute l’ambiguité. En 1945, les Américains n’ont pas trouvé un seul nazi dans la population allemande. « Hitler nous avait forcés. On ne savait pas ». Le peuple russe est, dans sa majorité, cynique, escroc et vindicatif. C’est comme ça. Rien ou presque n’a changé depuis Pierre le Grand, qui est peut-être le seul souverain russe à avoir tiré ce pays arriéré vers le haut. Mais à quel prix? Quant à taxer ceux qui ne sont pas d’accord ni avec Poutine, ni avec la pensée russe, de russophobes, ce n’est que du chantage intellectuel. Idem avec l’islamophobie qui revient à dire qu’il n’y a pas vriment de problème latent ou avéré avec la majorité des musulmans vivant en France. alors que la lucidité indique le contraire.

Répondre
le veilleur 7 janvier 2023 - 6:53

on est, semble t’il , dans la caricature. Que tout le monde n’aime pas Poutine..heureusement mais dire que les russes sont drogués par une propagande non-stop…..il faudrait analyser aussi les francais…qui me paraissent plus intoxiqués.
Je pense que Igor non tend un miroir ou il est facile de voir la paille dans l’oeil de Moscou et beaucoup moins la poutre francaise en bois dont on fait les pipeaux.

Répondre
Nicolas Lecaussin 8 janvier 2023 - 1:12

Il existe quand même en France des médias, des réseaux sociaux, des livres… où l’on critique le pouvoir, Macron et les autres sans relâche…La preuve… Par ailleurs, on n’est pas envoyé en prison lorsqu’on le fait…
Cordialement,
NL

Répondre
BOYER 23 janvier 2023 - 9:39

Monsieur vouloir comparer avec la France ça ne change rien à la réalité, car en France il y a une démocratie alors que le peuple russe est terrorisé par les dictateurs qui se succèdent quasiment depuis un siècle. Les russes civilisés fuient leur pays et

les autres qui restent se soumettent et subissent avec une infinie lâcheté !
Et en excusant ce criminel de Poutine, le lâche c’est aussi VOUS !!

Répondre

Laissez un commentaire