Accueil » “Nous sommes parmi les pays de l’OCDE celui qui a l’immigration de peuplement la plus importante et l’immigration de travail la plus faible”

“Nous sommes parmi les pays de l’OCDE celui qui a l’immigration de peuplement la plus importante et l’immigration de travail la plus faible”

par Adélaïde Motte
Jean-Paul Gourévitch est consultant international, spécialiste de l’Afrique et des migrations depuis 1987, auteur de l’étude de Contribuables associés sur le coût annuel de l’immigration qui vient de paraître et de l’ouvrage la France en Afrique 1520-2020 vérités et mensonges (L’Harmattan). Il revient sur certains points de son étude.

Comment expliquer que l’immigration profite moins au PIB en France qu’ailleurs dans l’OCDE ?

La situation de la France est particulière. Nous sommes parmi les pays de l’OCDE celui qui a l’immigration de peuplement la plus importante et l’immigration de travail la plus faible. Le document « L’essentiel de l’immigration, données de cadrage, n°2020-56 » a été rédigé en 2020 à partir des données INSEE du 1er janvier 2017. Ces données mériteraient donc d’être actualisés. Selon lui cependant, le cumul des immigrés ayant l’âge de travailler mais qui sont au chômage ou inactifs, c’est à dire qui ne cherchent pas d’emploi, est de 40,6% pour les migrants en provenance du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne, qui représentent plus de la moitié des immigrés et de leurs descendants directs résidant en France. Cette part est seulement de 14,1% pour les « natifs », et 18% pour les immigrés qui viennent de l’Union Européenne. Ajoutons que l’écart de fécondité entre cette population et celle des natifs fait qu’elle est beaucoup plus jeune et nombreuse que la moyenne nationale. Il faudra voir, dans une dizaine d’années, si le rapport immigrés/natifs ayant un emploi s’est ou non modifié. Durant les dix précédentes années on n’a observé aucune avancée significative.

La privatisation de certains services, comme les transports ou la santé, permettrait-elle de diminuer la fraude ?

Dans ces domaines, la fraude sociale est en effet très importante. C’est même, pourrait-on dire, par rapport à d’autres pays voisins, une spécialité française. Pour la faire diminuer, il faudrait imaginer un système où le fraudeur ne trouve pas son intérêt à transgresser la loi. Ce n’est pas du tout le cas à la RATP en raison de la rareté des contrôles et de la difficulté à récupérer les sommes dues par les contrevenants. Dans un système plus libéral, l’entreprise qui a intérêt à faire du profit se préoccupe davantage du rapport coût/efficacité et donc du contrôle de la fraude. Reste qu’on voit mal comment, dans la situation actuelle, la privatisation de ces services pourrait être acceptée par la communauté nationale. Il faudrait d’abord que soient rendus publics les chiffres qui montrent combien la fraude coûte à chacun des contribuables. Or, malgré tous nos efforts pour tenter de faire la transparence sur ces dérives, la fraude reste un des secrets les mieux cachés de notre République grâce à la complicité de « journalistes d’investigation », plus prompts à s’intéresser aux « scandales » qu’à faire des recherches sur le terrain ou dans les dossiers.

Comment faire correspondre la demande à l’offre dans le domaine des aides aux migrants, au lieu de constater sans cesse un manque de moyens ?

Si vous parlez de l’offre en matière de logement, le constat est simple. Malgré la bonne volonté ou la générosité d’une partie de la population, et les efforts des pouvoirs publics, la France n’a pas les moyens d’héberger correctement tous ceux qu’elle accueille, sauf à donner la priorité à des migrants en situation sur ceux qui attendent un logement social depuis des années. En matière d’emploi c’est beaucoup plus complexe, car le profil de ceux qui arrivent correspond mal aux niches d’emploi disponibles. On peut évidemment penser que des quotas décidés à l’avance ou/et une formation appropriée permettraient de réduire en partie ce déficit. Mais pour moi la solution réside davantage dans la collaboration des diasporas à la politique migratoire. Les diasporas sont l’interface entre pays d’origine et pays d’accueil. Elles peuvent jouer un rôle majeur d’information pour les candidats à la migration sur les opportunités disponibles et les compétences exigées, quitte à décourager d’immigrer ceux qui n’ont aucun projet professionnel fiable ou qui ne viennent pas pour travailler.

Renforcer les contrôles aux frontières serait-il rentable pour éviter des frais de santé, d’éducation, de logement, etc. ?

Théoriquement oui. Mais chacun sait que dans la pratique c’est impossible. On ne convaincra jamais des migrants qui ont choisi de quitter leur pays, parfois au péril de leur vie, pour trouver ailleurs des meilleures conditions d’existence ou de travail, de renoncer à leur projet. En revanche, s’accorder sur un minimum de politique migratoire européenne commune, éviterait la pratique du « shopping migratoire » où, très naturellement, le migrant va vers le pays qui lui offre le plus d’avantages et le moins d’inconvénients. C’est ainsi que la France est plébiscitée pour l’éducation, la santé, les aides sociales, le soutien des diasporas déjà présentes, le très faible risque de reconduites, mais nullement pour l’emploi, le logement ou l’accueil « à bras fermés » d’une partie de la population.

You may also like

4 commentaires

Obeguyx 23 avril 2022 - 9:53

Un pays de fainéants et d’assistés ne peut qu’attirer les fainéants et les assistés !!!

Répondre
Photini 23 avril 2022 - 10:10

“NOUS SOMMES PARMI LES PAYS DE L’OCDE CELUI QUI A L’IMMIGRATION DE PEUPLEMENT LA PLUS IMPORTANTE ET L’IMMIGRATION DE TRAVAIL LA PLUS FAIBLE” C’est à cause du regroupement familial à l’usage des seuls les Africains. Lorsque quelqu’un de chez nous trouve son partenaire dans un pays voisin, Allemagne, Belgique, Italie, Espagne, Grèce etc, le couple formé décide du pays dans lequel ils vont s’installer et vivre. Les familles de ce couple restent chez elles et ne demandent pas le regroupement familial en France. Pourquoi les Européens ne demandent pas à user de ce droit alors que les Africains en ont fait un droit légal d’immigrer? Est-ce que cette facilité est seulement réservée aux Africains et interdite aux européens?

Répondre
Astérix 24 avril 2022 - 8:46

La France est spécialisée. Uniquement des étrangers soigneusement choisis qui viennent en France pour profiter des aides en tout genre. Un appel d’air hallucinant qui fonctionne très bien avec le bouche à oreilles, venez en France , vous ne travaillerez pas, serez nourris, logés et vous pourrez bénéficier d’allocations multiples le tout sans impôts !
Et les Français qui continuent à élire ce crétin de Macron spécialiste en la matière pour recueillir toute la racaille du monde !!?
Désespérant !

Répondre
REMI 24 avril 2022 - 9:30

France : « Pourrait mieux faire dans la cacophonie des Nations, des « Saints innocents » …selon l’Épitre de Saint Emmanuel, Père de FRANCE….

Répondre

Laissez un commentaire