Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Malgré leur coût, les TGV ont peur de la neige

Malgré leur coût, les TGV ont peur de la neige

par
44 vues

Un déplacement en train de Paris jusqu’à la frontière allemande, dans la ville de Hayek, Freiburg, s’est transformé en un véritable cauchemar. Deux heures de retard à l’aller et 4 heures au retour. Les raisons ? Les intempéries. Néanmoins, la réponse de la SNCF nécessite quelques précisions. La météo était en grande partie prévisible, nous sommes fin décembre.

Normalement, l’entreprise publique devrait être prête à faire face à ce genre de problème. La neige n’est quand même pas survenue en plein mois d’août. Deuxièmement, il y avait environ 2 cm de neige. Un TGV, notre fierté nationale, ne peut pas faire face à quelques cm de neige ? C’est un peu déroutant. Lorsque l’on sait combien paye les voyageurs et les contribuables, même ceux qui ne prennent jamais le train… Comme l’IREF l’a déjà révélé, le prix moyen des billets des TGV a augmenté de 18 % entre 2002 et 2009. En cause, surtout, de la croissance de 3 % du coût moyen/an du… statut de l’agent. Et cette augmentation du billet ne tient pas compte des aides publiques assurées par les contribuables. Pour la SNCF, elles sont de l’ordre de 12 Milliards d’euros par an. En réalité, le coût moyen du billet de train est beaucoup plus élevé… Faut-il aussi s’étonner que le TGV s’exporte mal par rapport à ses concurrents ?

Vous pouvez aussi aimer

1 commenter

Anonyme 8 mars 2011 - 2:20

étrange
Je trouve étrange que le coût de l’agent augmente de 3% alors que le nombre de cheminots diminue d’année en année !

Ne confondez vous pas avec le coût des péages que doit verser la SNCF à RFF?

Le TGV est un service commercial non « subventionné » , tout comme Eurostar , Thalys ou Lyria .

D’autre part , je ne trouve aucun lien de cause à effet entre l’intitulé de l’article et sa conclusion !

Pourriez vous expliquer ?

Répondre

Laissez un commentaire