Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le déficit : un virus français – Immigration et délinquance en Allemagne – Inflation américaine

Le déficit : un virus français – Immigration et délinquance en Allemagne – Inflation américaine

par
638 vues

France

Le déficit public (Etat, collectivités locales, Sécurité sociale) français devrait s’établir à 5,1% du PIB cette année, bien au-dessus des 4,4% initialement prévus, a admis mercredi après-midi le ministère de l’Economie et des Finances. Soit le niveau le plus élevé de l’Union européenne derrière la seule Italie. Selon Bercy, dont le programme de stabilité doit être examiné en Conseil des ministres la semaine prochaine, le déficit devrait ensuite ralentir à 4,1% du PIB en 2025, 3,6% en 2026 et à 2,9% en 2027, donc en dessous, enfin, du seuil de 3% exigé par le pacte ayant créé l’euro. Cela supposerait toutefois une croissance très vigoureuse, donc une projection optimiste. Bercy tablait précédemment sur un déficit de 4.4 % du PIB (équivalent au demeurant à un quart des dépenses de l’Etat) pour 2024 après un déficit déjà plus élevé qu’attendu l’an dernier, à 5.5 % du PIB contre 4.9 % prévus.

En raison de ces dérapages, le gouvernement a annoncé récemment 10 milliards d’euros d’économies d’urgence, dont un quart au détriment des collectivités territoriales, dont la dotation ne représente toutefois qu’un vingtième des dépenses de l’Etat. Un autre quart de ces efforts proviendra de la taxation des profits exceptionnels des entreprises du secteur énergétique et des rachats d’actions. La perspective d’une nouvelle dégradation de la note de la dette publique française le 26 avril prochain se précise.

Etats-Unis

L’inflation a rebondi à 3.5 % sur un an en mars en rythme annuel aux Etats-Unis, contre 3.2 % en février, ce qui semble enterrer la perspective, pourtant solidement établie par les analystes jusqu’à récemment, d’une baisse des taux d’intérêts par la Fed en juin prochain. Cette dernière aurait été bienvenue pour relancer l’investissement. L’inflation demeure tirée par les prix de l’essence, du logement et des transports, tandis que ceux de l’alimentation sont plus sages. L’absence de progrès vers la cible de 2 % d’inflation est désormais une tendance, selon des analystes financiers. Un coup dur pour le président américain, Joe Biden, en difficulté dans les sondages pour la présidentielle du 5 novembre, dans la mesure où l’inflation est, avec l’immigration illégale, le principal sujet de préoccupations des électeurs.

Allemagne

Le nombre de délits en Allemagne, en hausse de 5.5 % en un an, a atteint l’an dernier son niveau le plus haut depuis 2016, avec 5.9 millions d’actes de tout type. Et 41 % d’entre eux ont été commis par des étrangers, alors qu’ils ne représentent que 13 % de la population allemande, selon des statistiques diffusées par le ministère de l’Intérieur à Berlin, mardi soir.

Si ces chiffres mélangent choux et carottes, ou plutôt petits délits et crimes, il convient de noter que les agressions physiques et les cambriolages (+ 18 %) ont progressé plus que la moyenne, tout comme la criminalité des mineurs et celles des étrangers. Les agressions au couteau ont progressé de 10 % et les vols à main armée de 17 %. La ministre de l’Intérieur, la social-démocrate, Nancy Faeser a reconnu, pour la première fois, un lien manifeste entre immigration et délinquance, admettant qu’il fallait en parler « sans timidité ni ressentiment ».

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Laissez un commentaire