Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2099

par ,

La vérité sur la Suisse

« Monsieur Hollande, faites nous l’honneur d’une visite » : Ce sont les rédacteurs de la célèbre agence suisse AGEFI qui invitent ainsi le Président français à venir voir ce qui se passe dans leur pays, qui pourrait et devrait servir de « modèle ». Les comparaisons France-Suisse sont hélas cruelles pour le « modèle social français ».

Le quotidien de l’AGEFI, la célèbre Agence économique et financière de Genève, a publié en novembre un numéro spécial consacré à la Suisse afin de casser les clichés véhiculés en France sur ce pays. Le numéro est intitulé « Monsieur Hollande, faites-nous au moins l’honneur d’une visite » et fait la part belle aux comparaisons économiques avec la France. Au moment où l’on prend l’Allemagne comme modèle, il serait utile de se tourner aussi vers la Suisse car il y a beaucoup de choses à apprendre. Il faut aussi souligner que les auteurs de ce numéro spécial utilisent abondamment des informations et des chiffres tirés de l’ouvrage « A quoi servent les riches » écrit par Jean-Philippe Delsol et Nicolas Lecaussin.

Voici quelques données que les Français devraient connaître :

> Ces 10 dernières années, la France a détruit 750 000 emplois alors que la Suisse en a créé 500 000, dont une bonne partie grâce aux entrepreneurs français expatriés ;

> Les dépenses publiques ne représentent que 30 % du PIB en Suisse contre 56.2 % en France ;

> Contrairement aux clichés, le secteur financier suisse ne représente que moins de 15 % du PIB. L’industrie (production des biens, sans les services) emploie plus de 20 % de la population active ;

> La Suisse n’est pas seulement une terre d’accueil grâce à son régime fiscal. Environ 140 000 Français travaillent dans l’industrie et les services suisses surtout dans les zones frontalières. Ils rejoignent tous les jours les 150 000 Français qui sont établis en Suisse ;

> La balance commerciale suisse est excédentaire même avec un pays comme la Chine (+ 6 Milliards d’euros) alors que la France est largement déficitaire avec ce pays (- 24.2 Milliards d’euros) ;

> Le premier contributeur au PIB est le secteur MEM (machine-électricité-métallurgie). Il est aussi le premier employeur du pays avec 338 000 personnes ;

> La concurrence fiscale existe entre les 26 cantons et les 2 500 communes qui forment la Confédération. Cette concurrence stimule la création d’emplois et décourage les hausses d’impôts au niveau local ;

> La Suisse se place en deuxième position (après les Etats-Unis) pour ce qui est des dons par rapport au revenu. Le pays compte 12.700 fondations d’utilité publique représentant un budget d’environ 58 Milliards d’euros. La France ne compte que 626 fondations d’utilité publique ;

> Le corps enseignant dans les universités suisses représente plus de 46 % du total des enseignants contre moins de 10 % en France.

A force de parler de notre « modèle social », on oublie qu’il existe de vrais modèles économiques et politiques très attractifs pour les Français. Le modèle suisse en fait partie.

Partager cet article :

Autres lectures ...

L’Allemagne se désendette de 1675 € par seconde
Dans la même seconde, la dette française s’alourdit de 2090 €

La dépense publique française par habitant est supérieure de 67,8% à celle de l’Allemagne


Emploi à temps partiel imposé en France :
4 fois plus important qu’en Allemagne

Assemblée nationale : les frais de personnel les plus importants d’Europe !
136 932 euros par employé/an ! 2.25 fois plus qu’au Bundestag !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (6)

La conjuration des imbéciles

le 29 novembre 2012, 11:52

Le président de Peguinet(manufacture horlogère française)racontait il y a quelques jours sur BFM l’histoire de l’horlogerie suisse.

Après le révocation de l’Edit de Nantes 1500 horlogers ont quitté le pays(l’horlogerie était alors exclusivement française),pour la Suisse,l’Angleterre et la Hollande.

Plus fort encore,selon lui aujourd’hui dans le monde c’est la France qui forme le plus d’horlogers(10 lycées techniques,dont celui de Morteau,à la frontière suisse...),mais il n’y a pratiquement plus de production horlogère en France !

En Suisse le secteur pèse aujourd’hui 15 milliards d’euros(95% à l’export),et emploie 55 000 personnes dont...17 000 Français !

www.bfmtv.com/grille/bfmbusiness/po ...

Jean.

# "LIP c’est fini" merci CFDT-CGT

30 novembre 2012, 20:39

L’après 68 et l’intellectualisme français a force de verbiage tout azimut a conduit les esprits vers "le non elitisme", "le droit de parler quoique l’on dise", "tout le monde a le droit de se tromper", "ça n’est pas sa faute", "...pas fautifs les pauvres défavorisés", "faut faire payer les riches", "laissez la place aux jeunes "..."la solidarité" etc. a fait que le rien faire était mieux récompensé que le travail... Et la fiscalité a triplé son poids et son omniprésence.

Tout cela dans le "bon courant de pensée"... le début de la dégringolade qui n’a fait que commencer avec la "médiocratisation" du peuple que d’aucun ont tiré vers le bas au grand désarroi des ouvriers ambitieux qui voulaient réussir leur vie de famille... et puis tout le rest qui a suivi...

- Répondre -

Fabriquer le gâteau avant de le partager

le 29 novembre 2012, 12:59

Les Suisses, comme les Allemands, ont compris que pour améliorer son niveau dévie il faut enrichir le pays. Donc ils aident les entreprises (les seuls créateurs de richesse) a se développer pour exporter et rentrer de l’argent. Ainsi le gâteau a partager croît.

En France nous sommes toujours englués dans la lutte des classes (ravivée par les 35 heures) et faisons croire au peuple (les électeurs) que l’effort est inutile. Il suffit de prendre aux "riches", dont les chefs d’entreprise caricaturés comme des individus avec plein de billets de banque dans les poches (immerites, bien.

Ainsi nous dépensons notre temps et notre énergie a partagerun gâteau qui diminue alors que nos voisins suisses se préoccupent de l’agrandissement du gâteau.

- Répondre -

Réfléchir dans la bonne direction, impossibilité Française !

le 29 novembre 2012, 13:17

La SUISSE se porte bien car il s’agit d’un Pays intelligent. La France à toujours, depuis plus de de 30 ans, comme modèle, l’ex-URSS.

Le jour où nos compatriotes auront compris cette évidence, il sera trop tard.

LA FRANCE EST CUITE !

- Répondre -

Eh oui !!!

le 29 novembre 2012, 16:54

En France, on traite d’individualistes ceux qui rechignent à donner un peu de leur surplus à ceux qui ont moins qu’eux. Au lieu d’encourager la création de richesses pour que tout le monde ait du surplus, on préfère prendre à Jacques pour donner à Paul. Comme ça, on est sûr de mettre les deux au même niveau de pauvreté. Il est vrai que, pendant que Jacques et Paul, l’un avec ce qu’on lui laisse, l’autre avec ce qu’on lui donne, essaient tant bien que mal de subsister, ils ont moins d’énergie pour manifester et réagir. Ce type de nivellement par le bas porte le joli nom de collectivisme. Ils ont essayé en ex-URSS, avec quel résultat !

- Répondre -

La Suisse en armes

le 29 novembre 2012, 22:19

La Suisse est le pays où il y a le plus d’armes de guerre chez les citoyens : un demi-million d’armes de troupe et deux-cent mille armes de poing (officiers et sous-offs). C’est aussi le pays où ces armes sont le moins utilisées pour commettre des crimes.

- Répondre -

Vive la Suisse

le 30 novembre 2012, 21:52

Je souhaite juste apporter mon témoignage de jurassien. Tout d’abord, je suis d’accord avec tous les précédents commentaires.

Je souhaite ajouter une dimension politique car il ne faut pas oublier que la Suisse est une fédération de cantons extrêmement décentralisée dans laquelle cohabitent trois cultures et n religions. C’est le pays de la tolérance, du dialogue et du respect d’autrui.Modèle écologique et de civilités.Juste un témoignage : mon père centenaire me rappelle qu’autrefois, c’était les suisses qui venaient comme saisonniers travailler dans les fermes comtoise !

Pauvre France.

Jean

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies