Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’emploi des crédits du Fonds Marianne contre le séparatisme est opaque

L’emploi des crédits du Fonds Marianne contre le séparatisme est opaque

par
659 vues

À la suite de l’assassinat de Samuel Paty le 16 octobre 2020, Marlène Schiappa, alors ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, avait lancé un fonds destiné à promouvoir les valeurs républicaines et lutter contre le séparatisme sur internet : le fonds Marianne.

Un appel à projets avait ensuite été initié et 17 dossiers de différentes associations, dont le nom n’avait au départ même pas été rendu public, avaient été sélectionnées pour recevoir une somme totale légèrement supérieure à 2 M€.

La semaine dernière, une enquête diligentée notamment par le journal Marianne a révélé que 4 associations s’étaient partagées 1,3 M€ d’argent public, l’une d’elle, l’Union des Sociétés d’éducation physique et de préparation au service militaire (USEPPM), ayant même reçu 355 000€, dont 120 000 ont été exclusivement employés à la rémunération de ses deux dirigeants, Cyril Karunagaran et Mohammed Sifaoui.

Il aura donc fallu qu’un média se saisisse du dossier pour que les autorités compétentes, l’Inspection générale de l’administration (IGA) et le procureur de la République en l’espèce, se décident enfin à contrôler les comptes d’associations récipiendaires d’une manne d’argent publique pourtant substantielle.

Au-delà de cette simple affaire, de nombreuses associations sont régulièrement stipendiées par l’Etat et les collectivités au mépris de l’intérêt général. Ces acteurs privés, dont beaucoup ne sont pas contrôlés, ne sont d’ailleurs que peu mis en concurrence et deviennent une émanation du secteur public.

Récemment, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’est d’ailleurs attaqué à l’épineux dossier du financement public de la Ligue des droits de l’Homme, une association parmi d’autres qui véhicule de fausses informations et un discours de haine général vis-à-vis de l’autorité.

Une revue générale des crédits octroyés aux associations s’impose donc avec un contrôle de la performance et de la neutralité politique, préalablement à une mise en concurrence accélérée du secteur.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Laissez un commentaire

3 commentaires

Laurent46 7 avril 2023 - 4:18

L’ADN même de la nouvelle République, des mendiants et des voleurs. Une mafia d’escrocs aux sommets de tous ce qui devrait être au service du public en tout cas de ceux qui payent et qui cotisent et des mendiants de plus en plus fainéants. On a même put entendre sur un média un de ces escrocs parler des gênes que produisent les manifestant pour ceux qui veulent partir en Vacance! mais pour ceux qui veulent travailler ce n’est pas une gêne c’est une normalité Républicaine!

Répondre
jacques Marc 7 avril 2023 - 5:07

Merci pour votre article.

Il me semble que l’ensemble des subventions accordées par l’Etat est détaillé sur un document annexe au budget Général de l’Etat (un « jaune » budgétaire de plus de 100 pages )
-la lecture de ce document est édifiante…

Répondre