Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La CAF relaie la désinformation de la théorie du genre

La CAF relaie la désinformation de la théorie du genre

par
769 vues

En janvier 2023, la CAF a publié un article sur la transidentité chez les enfants et adolescents. L’organisme de droit privé, mais dépendant bien des fonds publics, se fonde sur un sondage Ifop de novembre 2020 dans lequel 22 % des 18-30 ans déclarent ne pas se reconnaître dans les catégories de genre homme / femme. De la lecture de l’article, il ressort que la CAF conseille aux parents « d’accompagner » leurs enfants dans leurs aspirations transidentitaires, alors qu’à ce stade de la vie se bousculent souvent les incertitudes en tout genre (en particulier chez les jeunes femmes, plus enclines à la dépression et à l’anxiété). Ces états instables pourraient n’être que passagers, et non, comme on tente de le faire croire, l’indice irréfutable d’une « dysphorie de genre. »

À cela, 80 professionnels de santé, des intellectuels et des universitaires ont publié une lettre ouverte au ministère de la Santé afin de faire cesser la désinformation propagée par les tenants de la théorie du genre et l’idéologie trans. Ils ont demandé au ministre de la Santé, François Braun, de « faire retirer sans délai cette page de désinformation » en raison de ses « lacunes » et de sa « partialité ». La CAF s’est alors empressée d’ajouter des précisions bienvenues sur son site, à savoir que « les changements médicaux ne sont bien entendu pas à prendre à la légère, avec des impacts potentiellement lourds au-delà des changements sur l’appareil génital externe, nécessairement irréversibles. »

Ce qui est gravissime, c’est que la négation des catégories sexuelles, au mépris de la réalité biologique, s’immisce jusque dans les organismes de santé gérés par la collectivité. Et que les médecins signataires de la tribune aient été convoqués par les conseils départementaux de l’Ordre des médecins à la suite d’une plainte déposée par l’association OUTrans, un collectif qui promeut cette idéologie. L’argent public ne devrait pas servir à répandre des théories dangereuses dont les conséquences s’observent déjà aux Etats-Unis. Et encore moins à attaquer des médecins intègres.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

1 commenter

THIERRY C. 2 mai 2023 - 12:50

Tout est effrayant dans cette information :
– qu’un sondage puisse donner un tel résultat chez des adultes (PLUS DE 18 ans) sauf à ce que les questions et réponses aient été « fortement orientées »
– que la CAF puisse publier cela, même avec la mise en garde ajoutée …
– que le Conseil de l’ordre des médecins puisse s’insurger face à un rappel de la réalité biologique, et condamner plutôt que de préconiser une prise en charge des victimes de cette honteuse propagande, sauf à vouloir à toute force vider les caisses de l’assurance-maladie au profit de chirurgiens et laboratoires sans scrupules.

Répondre