Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Emmanuel Macron semble avoir enfin compris qu’avec des dictateurs comme Poutine, seuls les rapports de force ont une chance de payer

Emmanuel Macron semble avoir enfin compris qu’avec des dictateurs comme Poutine, seuls les rapports de force ont une chance de payer

par
1 628 vues

Nos lecteurs ont eu maintes fois l’occasion de constater que nous ne ménageons pas nos critiques au président Macron. Nous critiquons souvent ses politiques, nous l’avons beaucoup critiqué lorsqu’il a reçu Poutine, en grande pompe au château de Versailles et de manière plus privée au fort de Brégançon. Nous avons écrit à plusieurs reprises qu’il était inutile de chercher à dialoguer avec le dictateur du Kremlin, nous avons souligné l’inanité de sa démarche, lorsqu’il s’est déplacé à Moscou le 8 février 2022, avec pour seul  « résultat » l’humiliation de se retrouver au bout d’une table longue de 10 mètres. Quelques jours après, Poutine envahissait l’Ukraine. Aujourd’hui, il semble avoir tiré les leçons de ces épisodes. Dans son intervention télévisée du 14 mars, il a affirmé que « Nous avons mis trop de limites dans notre vocabulaire » et que « Nous avons un objectif : la Russie ne peut pas et ne doit pas gagner cette guerre ». Paroles claires et fermes. L’Histoire – que les dirigeants des pays démocratiques devraient connaître par cœur – montre qu’il est complètement illusoire d’espérer faire céder les dictateurs par le dialogue. Reagan l’avait bien compris au début des années 1980 lorsqu’il a rompu avec la « realpolitik », a sans ambigüité désigné l’URSS comme étant l’Empire du mal et a lancé la course aux armements dans l’espace. L’URSS s’est écroulée quelques années plus tard. Le président Macron est en train de faire la même chose à l’égard d’un régime qui menace régulièrement de destruction notre pays ainsi que les autres pays occidentaux. Selon un sondage Elabe, 61% des Français jugent que Vladimir Poutine est une menace réelle pour la sécurité de la France.

Poutine est au pouvoir depuis 1999. Depuis, il a tué et enfermé des dizaines d’opposants, de journalistes et d’oligarques qui ont osé lui tenir tête (Vitaly Robertus  est le quatrième directeur de Lukoil – le principal producteur russe de pétrole – à mourir soudainement depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, le 24 février 2022). Il vient aussi d’éliminer son principal opposant, Navalny. Le 27 février, Oleg Orlov, co-président de Memorial du Goulag (dissout par Poutine) et lauréat du prix Sakharov du Parlement européen, a été condamné à deux ans et demi de prison pour un article dans lequel il critiquait la guerre contre l’Ukraine. Oleg Orlov a 70 ans ! Il rejoint Alexeï Gorinov, Alexandra Skotchilenko, Igor Barychnikov, Vladimir Kara-Mourza et bien d’autres qui ont eu le courage d’élever la voix et qui sont lentement tués dans les colonies et les prisons. Ils sont tués pour avoir protesté contre l’effusion de sang en Ukraine, pour avoir souhaité que la Russie devienne un État démocratique.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

10 commentaires

Koris 16 mars 2024 - 11:22

M. Lecaussin, j’ai une petite question pour vous: la France doit-elle officiellement entrer en guerre contre la Russie?
Et si oui, acceptez-vous la possible mobilisation de vos enfants, de vos impôts et de toute l’économie?

Répondre
Nicolas Lecaussin 18 mars 2024 - 11:51

Bonjour, oui, je serais fier que ms enfants défendent un peuple qui se bat pour sa survie. D’ailleurs, j’ai un fils qui a 20 ans. De plus, ma famille a connu l’occupation sous la botte russe et il faut tout faire pour que d’autres ne la connaissent pas (plus).
NL

Répondre
TANAS 16 mars 2024 - 1:14

Il est grand temps que l’Europe réagisse. Ne respecteant rien ni personne, Poutine élimine tous ceux qui le dérangent. Mais, d’ici à ce que cet ignoble personnage disparaîsse, il faut défendre notre liberté et l’avenir
de nos enfants !

Répondre
Anne 16 mars 2024 - 1:22

Remarquons tout de même que Macron n’a pas du tout la même puissance économique à sa disposition que Reagan.

Répondre
aliers de la Russie et Bielori 16 mars 2024 - 4:11

Belles déclarations de notre Président, sous réserve que notre armée soit prête. L’objectif de 2 % du budget du PIB 2023 pour nos armées n’a pas été atteint et le dépassera de peu en 2024. Pour être crédible, il faudrait un pourcentage très supérieur (Pologne 4%) comme tous les états frontaliers de la Russie et la Biélorussie.

Répondre
Michel 16 mars 2024 - 7:19

Vous ETES POUR MACRON ON LE VOIT ça vous avez supprimé non commentaire qui vous gêné

Répondre
Nicolas Lecaussin 18 mars 2024 - 11:44

Ca prend qqs secondes pour trouver des dizaines d’articles contre Macron avec lequel nous sommes même procès! Mais dire que c’est un dictateur est une énormité ! S’il l’était comme Poutine vous (et nous) seriez déjà condamné à 7 ans de prison !
NL

Répondre
AlainD 19 mars 2024 - 1:13

On peut regretter que l’Europe et l’Otan n’aient pas montré les dents dès que Poutine a entamé ses manigances, c’est à dire quand il est entré en guerre sous couvert hypocrite dune « opération militaire spéciale ». Il aurait certainement fait marche arrière. Cela dit, Macron n’est pas un stratège, tout au plus un va t en guerre, lui qui n’a pas fait de service militaire et qui a freiné les crédits militaires en début de mandat, entraînant la démission du général de Villiers. Aujourd’hui, nous n’avons sûrement pas l’arsenal disponible dont nous pourrions avoir besoin.

Répondre
Nicolas Lecaussin 19 mars 2024 - 11:48

vous avez raison mais il faut montrer les dents maintenant aussi..Les dictateurs comme Poutine n’aiment pas ça

Répondre
Broussard 24 mars 2024 - 8:29

Ah, quelle merveilleuse table de négociations que celle du Kremlin !
Dix mètres pour faire entendre raison à son locataire, était-ce suffisant, ou n’en fallait-il pas plus ?
Christian .

Répondre