Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le palais des Cosaques perdus

Le palais des Cosaques perdus

Lisa Weeda

par
297 vues

C’est avec talent que Lisa Weeda balaye le mythe du Palais du Peuple en le remplaçant par celui de ses ancêtres cosaques morts pour le tsar et de leurs descendants. Ce récit à la fois historique et familial est séduisant. Sous une apparence fantasmagorique pleine de poésie slave, Lisa Weeda révèle les incessantes  tragédies des  Krasnov intimément liées à leur terre  ukrainienne, dorénavant baptisée république populaire de Lougansk. Le but de Lisa : déposer sur la tombe de son jeune cousin Kolya, à la demande de sa grand-mère, une broderie aux couleurs de sa patrie.  A défaut de pouvoir passer la frontière entre l’Ukraine et cette  république revendiquée par les Russes, Lisa remonte le temps à travers un palais  imaginaire  fort ressemblant à celui programmé, mais jamais réalisé, de Staline.

Là  son arrière-grand-père Nikolaï lui raconte  les souffrances endurées par ses ancêtres, que ce soit les épurations soviétiques ou les déportations nazies. On assiste aux  déchirures familiales, aux séparations imposées, aux apparitions du cerf à la flèche d’or, augure d’une  mort inévitable, aux divergence des choix politiques familiaux. Car certains optent pour la  soumission, d’autres pour la résistance. A force de pointer son doigt vers l’Ouest , Staline a laissé entrer la liberté.  Quand Lisa se réveille de son rêve au milieu d’un champ de mines,  seule  lui reste dans les mains la broderie de son aïeule. Les armes pour la paix ne  seraient-elles que le fil et l’aiguille, les seuls  capables de recoudre les cœurs et chanter  leur  patrie en secret ? Livre d’où émane, malgré les cruautés humaines, une certaine douceur due à la beauté du style de  Lisa Weeda.

Achetez le livre

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Laissez un commentaire