Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » « Le virus de l’islamisme est en train de pénétrer la société française, de s’infiltrer dans les écoles »

« Le virus de l’islamisme est en train de pénétrer la société française, de s’infiltrer dans les écoles »

par IREF

Lundi 20 décembre, Nicolas Lecaussin était l’invité de CNews.
Il a été question de l’islamisme à l’assaut du sport, du nécessaire changement de paradigme de la gauche et du pass sanitaire en entreprise.

You may also like

3 commentaires

Marsaudon 23 décembre 2021 - 8:56

« Le virus de l’islamisme est en train de pénétrer la société française, de s’infiltrer dans les écoles »
Quand arrêterons-nous de nous voiler la façe ? Comme l’avait déclarè Erdogan « il n’y a pas d’islam modéré; l’islam est
l’islam « …

Répondre
Alain BONNEFOY 23 décembre 2021 - 2:28

« Le virus de l’islamisme est en train de pénétrer la société française, de s’infiltrer dans les écoles »
Le virus de l’Islamisme est en train de pénétrer absolument partout. Les islamistes utilisent toutes les possibilités que nous leur laissons pour avancer des pions dans notre système. Cela est une évidence pour tous ceux qui prennent le temps de s’informer. Le patriarcat étant très fort dans leur culture, les femmes sont des pions faciles à mettre en avant et à manipuler. Après les piscines, les plages, les cantines, l’école, les lieux publics, l’hôpital, le sport etc….ils ne s’arrêteront qu’après leur but atteint…ou une réaction efficace du peuple Français et Européen.

Répondre
Maurice Desmazures 29 décembre 2021 - 8:41

« Le virus de l’islamisme est en train de pénétrer la société française, de s’infiltrer dans les écoles »
Il faudra bien un jour contenir cela. Sur un même territoire il ne peut y avoir deux civilisations rivales: plus on attendra a montrer sa détermination, plus ce sera dur ensuite.L’histoire est instructive a ce sujet. Louis 16 ne voulait pas répandre le sang français dans les journées de révolte de septembre 92: résultat, deux millions de morts vingt ans après.

Répondre

Laissez un commentaire