Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Les OGM sont notre futur

Les OGM sont notre futur

vendredi 23 avril 2021, par Aymeric Belaud

Une infographie de l’Usine nouvelle explique comment les technologies de modification du génome vont révolutionner notre quotidien. Dans l’alimentation, dans la construction, dans les déplacements : les OGM vont permettre l’émergence de nouvelles innovations plus écologiques et plus aptes à résister aux phénomènes météorologiques.

Les cloisons seront plus résistantes et plus isolantes grâce à un bois OGM, des gènes de lucioles pourraient supprimer l’éclairage public, les moustiques ne seraient plus vecteurs de certaines maladies et la culture des fruits et légumes serait moins impactée par les aléas climatiques.

Contre les maladies, la malnutrition et la sous-nutrition, pour l’environnement et contre la pollution, les organismes génétiquement modifiés nous offrent d’innombrables possibilités de développement et d’amélioration de nos conditions de vie. Le futur de l’Homme n’est pas dans la décroissance, mais dans l’innovation.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Les-OGM-sont-notre-futur

Vos commentaires

  • Le 25 avril à 07:10, par Francis En réponse à : Les OGM sont notre futur

    Les OGM peuvent rendre des services. Mais ils sont aussi une tentative de prise d’otages planétaire du monde paysan par des firmes dont la recherche orientée uniquement sur des inventions brevetables étouffent et répriment les techniques naturelles traditionnelles et gratuites. L’exemple de la campagne anti-artémisia concernant le traitement du paludisme et de la covid montre que la technologie est rarement neutre commercialement. C’est un professionnel de l’agriculture avec 50 ans d’expérience qui vous le dit.

  • Le 26 avril à 10:17, par Durand En réponse à : Les OGM sont notre futur

    A l’attention de Francis, de la part d’un professionnel de l’agriculture avec (seulement) 40 ans d’expérience :
    1- L’artémisia n’a rien à voir avec les OGM. Avec l’hyroxychloroquine, toutefois, j’y vois plutôt un parallèe avec la chasse aux vieilles molécule phytosanitaires...
    Notre catalogue a été massacré depuis une vingtaine d’années, et les arguments et méthodes utilisés me paraissent similaires. Dernier en date : le glyphosate... (pas encore mort, heureusement)
    2- Vous venez de découvrir que les firmes (phytosanitaires, semences, ou autres) ont un compte de résultat ?
    Elles sont là pour gagner de l’argent, comme vous et moi (ok, beaucoup plus !), et il ne faut pas s’attendre à la gratuité, là comme ailleurs.
    3- Sur les techniques "brevetables", rien n’oblige les gens à les utiliser (contrairement aux fadaises des écolos), et leur succès repose sur un vrai avantage pour l’utilisateur.
    On n’a jamais vu Monsanto avec des armes, menaçant les agriculteurs pour utiliser leurs semences !
    Au contraire, quand Lula, au Brésil, a voulu interdire l’utilisation de soja Roundup Ready, les agriculteurs sont allés s’en procurer en Argentine (où Monsanto avait simplement oublié de breveter le truc !)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière