Accueil » Le gouvernement chinois renforce son emprise sur les grandes entreprises technologiques du pays

Le gouvernement chinois renforce son emprise sur les grandes entreprises technologiques du pays

par Gabriel Collardey

Le gouvernement chinois a annoncé hier l’ouverture d’une enquête contre l’entreprise de VTC Didi pour utilisation frauduleuse des données personnelles de ses utilisateurs. Cette investigation, qui s’ajoute à l’enquête en cours pour abus de position dominante, a été annoncée par l’administration chargée de la sécurité numérique le lendemain de l’entrée en bourse aux États-Unis de Didi. Elle s’inscrit dans un large mouvement de reprise en main des géants de la tech par le gouvernement. En effet, Alibaba et son fondateur Jack Ma ont déjà fait les frais de cette politique « antitrust » tout comme Tencent et Wechat.

La lecture des faits reprochés au géant du VTC par le gouvernement laisse perplexe. D’une part, la protection des données personnelles n’est absolument pas garantie en Chine, puisque le gouvernement a organisé, avec l’aide des géants de la tech, la surveillance généralisée et illimitée de sa population. D’autre part, le pouvoir central a encouragé, aidé et subventionné le développement de Didi et d’autres géants de la tech désormais devenus très puissants – Didi a près de 500 millions d’utilisateurs, Wechat 900 millions – et cherchant à s’émanciper de l’emprise du parti. Il faut aussi voir une volonté nationaliste dans cette manœuvre. En effet, deux des plus importants actionnaires de Didi sont le japonais Softbank et l’américain Uber qui ont annoncé leur retrait du capital de l’entreprise après l’ouverture de l’enquête. Le PCC arrive ainsi, et sans grand mal, à l’une de ses fins qui consiste à débarrasser des entreprises chinoises de toute présence étrangère au capital.

You may also like

Laissez un commentaire