Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > La France a préféré accorder des aides qu’investir dans les vaccins

La France a préféré accorder des aides qu’investir dans les vaccins

mercredi 21 avril 2021, par Aymeric Belaud

Le gouvernement français se vante de son « Quoi qu’il en coute ». Des milliards qui sont déversés en aides, en subventions, en chèque « psy ». Des aides en partie légitimes pour certaines entreprises, commerces et restaurants fermés de force par l’Etat. Elles viennent combler des pertes causées par les confinements et les restrictions, qui auraient pu être levés plus tôt si la vaccination était plus rapide.

Cela n’a pas été le choix de notre pays. Alors que les Etats-Unis ont investi, dès le mois d’avril 2020, plus de 2 milliards de dollars dans la recherche sur un vaccin, grâce à l’opération Warp Speed du président Trump, la France, elle, n’a mis que 17 millions sur la table. L’Allemagne a investi 1.5 milliards de dollars, le Royaume-Uni 500 millions et même la Norvège a dépensé 15 fois plus que la France ! Résultat, tandis que le Royaume-Uni et les Etats-Unis sortent de la crise, la France y est toujours engluée. Et la facture du « Quoi qu’il en coûte » s’alourdit chaque jour qui passe. Bercy distribue actuellement 4.5 milliards d’euros par semaine en aides et subventions ! Il aurait été plus profitable à tous, et surtout beaucoup moins coûteux, d’investir dans la recherche plutôt que dans l’assistanat.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/La-France-a-prefere-accorder-des-aides-qu-investir-dans-les-vaccins

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière